Louis Guilloux père,février 1917,«Voulez vous la paix ?»

L.Guilloux, La Maison du Peuple,1927

Je travaille en ce moment sur l’activité des sections socialistes bretonnes durant la Première Guerre mondiale. L’idée que l’on retrouve souvent exprimée, sans doute à cause de l’existence de l’Union sacrée, serait que ces groupes de militants soient peu actifs durant ce conflit ; on assisterait alors à une mise en sommeil du milieu partisan socialiste[1]. Il est en effet assez difficile de mesurer l’activité de celui-ci car par exemple la plupart des publications militantes ne sont plus publiées durant cette période. Toutefois, on peut retrouver des traces de la permanence d’une identité militante qui s’exprime de multiples façons. Les archives de contrôle des autorités peuvent le montrer, bien que de nombreuses lacunes existent. Mais on trouve ainsi le compte rendu régulier de réunions des sections socialistes dans le Finistère entre 1914 et 1918, et dans ce département, la publication du journal fédéral continue malgré la censure. C’est donc à un patient travail de reconstitution et de rassemblement d’informations que j’essaye de procéder afin d’avoir une vision assez précise des actions militantes durant la Première Guerre. Cela peut se concrétiser par la signature de pétitions comme on peut le voir en février 1917 à Saint-Brieuc. A cette période, ceux que l’on appelle les « minoritaires » de la Sfio, partisans d’une paix rapide, sont de plus en plus nombreux et ils sont davantage surveillés par les autorités. Dans la préfecture des Côtes-du-Nord, c’est le père de l’écrivain Louis Guilloux qui est responsable de la section socialiste durant la guerre[2]. Celui qui se nomme également Louis, est connu par le portrait qu’en fait son fils dans son livre La Maison du Peuple, publié en 1927, qui relate l’action de militants ouvriers avant guerre et est dédié à quelques-uns d’entre eux touchés par les malheurs du conflit. On peut aussi découvrir les liens, parfois difficiles, que le fils entretient avec le père dans le livre de Sylvie Golvet Louis Guilloux. Devenir romancier qui retrace la naissance de l’écrivain Louis Guilloux. Et il y a aussi ces notes du commissaire de police de Saint-Brieuc, en date du 21 février 1917, relatant une forme d’action militante :

«  J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, fait signer en ce moment un factum en vue d’obtenir la paix. Il appelle quelques unes des personnes qui passent et leur dit ‘ Voulez vous la paix ?’ – ‘ Oui ?’ lui répondent-elles – ‘alors ajoute-t-il signez ceci’ » et le commissaire précise « Guillou est un socialiste militant »

Ce premier rapport est suivi d’un autre rédigé le même jour après que le policier ait été rendre visite à Louis Guilloux père. La demande lui en avait été faite par le préfet.

« J’ai été trouvé le Sr Guillou Louis, cordonnier, place du Théâtre, et l’ait invité à me représenter le factum qu’il fait signer en vue et en l’obtention de la paix. Il me l’a remis aussitôt, et m’a déclaré que c’était sans mauvaise intention qu’il l’avait fait signer».

Le commissaire précise qu’il a saisi la pétition et qu’il le remet au préfet. On ne la trouve pas dans la liasse consultée, tout comme on ne trouve pas d’autres papiers en lien avec cette affaire. Mais la défense de Louis Guilloux semble a posteriori assez savoureuse à lire : « c’était sans mauvaise intention », ce qui rappelle la volonté manifeste ou naïve de continuer à jouir des droits élémentaires du citoyen à s’exprimer même en temps de guerre, à moins qu’il ne s’agisse de la part de Louis Guilloux d’une forme d’ironie à l’égard du policier : il y a en effet fort à parier qu’il était tout à fait au courant que ce type d’actions pouvait rencontrer l’hostilité des autorités de l’époque. Dans le livre de son fils, tout comme dans les extraits de correspondance entre eux deux, on peut voir que le père était un homme dur à la peine, aux opinions tranchées et peu prompt au compromis. Je crois qu’il y a une expression en breton pour désigner ce type de personne : «penn kalet » ou une « tête dure »[3].

Sur Louis Guilloux, il existe un excellent site de la Société des Amis de Louis Guilloux, qui organise en octobre prochain un colloque sur les relations entre l’écrivain et ses amis. Plusieurs interventions concerneront également l’histoire du mouvement ouvrier. Enfin La Maison du Peuple est disponible en poche (Les Cahiers rouges, Grasset, avec une préface de Camus) associé à un autre texte Compagnons. L’ensemble en fait un livre magnifique que je ne peux que vous conseiller de (re)lire !


[1] Il y a de très nombreuses indications méthodologiques très utiles sur l’étude de la « mise en sommeil » des groupes militants dans le livre dirigé par Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

[2] On peut retrouver la biographie de Louis Marie Guilloux dans le Maitron. Elle a été rédigée par Alain et François Prigent qui ont par ailleurs publié un article retraçant un épisode historique en lien avec les Guilloux «L’expérience éphémère de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1909) » Cahiers d’Histoire, n°116, 2012.

[3] Pour analyser ce type d’expressions militantes, le livre de James C.Scott, La Domination et les Arts de la résistance.Fragments du discours subalterne, Paris, éditions Amsterdam, 2008, est très utile.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.