Le Cri suspendu

Le Réveil socialiste, 13 février 1915, photo DR

Pour connaître l’action des militants socialistes durant la première Guerre mondiale, il est nécessaire de faire appel à plusieurs sources, mais malgré cela, il est bien difficile de saisir l’importance de ces années de conflit pour les membres de la Sfio. En effet, la plupart des publications militantes arrêtent de publier dès le début du conflit, beaucoup de militants sont mobilisés et le parti semble presque se mettre en sommeil dès le mois d’août 1914. Mais ce serait toutefois aller trop vite en besogne que de considérer qu’on ne peut que trop difficilement connaître l’histoire localisée du milieu partisan socialiste pendant la Première Guerre mondiale. Si c’est une reconstitution difficile, ce n’est pas pour autant une mission impossible. Mais de quelles sources peut-on disposer ? Si la presse militante se met majoritairement en veille, quelques publications socialistes continuent de paraître : c’est en particulier le cas du journal de la fédération du Finistère, le Cri du Peuple, alors que les autres journaux des fédérations bretonnes arrêtent totalement de publier. Il ne faut pas non plus oublier l’Humanité, ou encore le Populaire à partir de 1916 émanation de la « minorité » du parti, qui relatent de nombreuses actions locales durant cette période. On doit toutefois manier cette presse militante avec habilité car elle est soumise à la censure gouvernementale. Il n’est en conséquence pas rare de trouver plusieurs colonnes totalement blanches après être passées au ciseau de la censure. Un exemple parmi tant d’autres  peut être donné ici, le 10 avril 1915, le journal a souhaité publié un témoignage d’un soldat militant socialiste :

Un extrait censuré du Cri du Peuple, 10 avril 1915

«  Nous avons demandé à l’un de nos amis mobilisés et envoyé au front depuis le début de la guerre, de nous donner ses impressions sur le conflit actuel ; nous donnons sans y changer une ligne, les réflexions qu’il nous a adressés, ne voulant leur enlever en rien leur cachet personnel. Ce qui suit n’engagera donc en rien notre rédaction » Suivent deux longues colonnes blanches.

De ce témoignage, les lecteurs, et nous a posteriori, ne seront rien. On peut seulement voir que le Cri du peuple prend des précautions à la publication de tels articles. Il faut dire qu’en plus de la censure, ce type de publication s’expose également à la suspension de parution décidée par le pouvoir. Et justement, le journal du Finistère vient à la même époque d’être suspendu pour un mois en raison de la publication  d’« articles calomnieux de nature à discréditer les détenteurs de l’autorité militaire et à exciter le désordre »[1]. La fédération socialiste du département a créé donc lors du mois de suspension un nouveau journal dont le titre Le Réveil socialiste  peut montrer la détermination à continuer d’informer les militants et un lectorat plus large. D’ailleurs dans le premier numéro, on peut lire un article non signé intitulé « Notre patriotisme » défendant la nature patriotique du socialisme français contre ceux qui voyaient en ses militants que des ennemis de la patrie. En effet, une lecture postérieure des événements a peut-être trop insisté sur le courant minoritaire opposé à la guerre au détriment de très nombreux militants socialistes qui jusqu’au bout ont accepté de combattre pour la France durant ce conflit. Enfin, les actes de censure ou de suspension de parution ont en outre la particularité de laisser des traces dans les archives militaires que l’on peut consulter au Service Historique de la défense de Vincennes : on y retrouve ainsi des mentions sur les journaux Le Cri du Peuple et le Réveil Socialiste.

                 La surveillance des socialistes ne s’arrêtait au contrôle de la presse, les réunions des militants sont également étroitement surveillées mais on ne trouve pas mention de tels regroupements dans toutes les archives départementales. Ainsi si les rapports de police sont nombreux dans le Finistère, les autres départements contiennent moins d’informations sur les réunions socialistes, mais on doit s’interroger ici pour savoir si de telles réunions n’ont pas eu lieu ou si plus  simplement on n’en a pas gardé de traces dans les archives. Il faut surtout élargir le spectre de recherche et tenter de trouver d’autres sources. Il existe par exemple des correspondances adressées à des militants nationaux, comme Albert Thomas, ou influents en Bretagne comme Augustin Hamon ou encore Yves Le Febvre, qui bien que n’étant plus à la Sfio, continue de s’entretenir par lettres avec des militants socialistes.

Mais, outre les sources, il faut également s’interroger sur la manière dont on doit utiliser ces documents. C’est en ce moment ce qui me préoccupe. Dans l’étude des socialistes bretons en guerre, j’essaye en particulier de mieux appréhender, d’un côté, le milieu de « ceux qui protestaient » pour reprendre l’expression de Galit Haddad[2] mais également d’un autre côté, les militants qui ont combattu dans l’armée française sans manifester d’opposition à la guerre. Ces derniers sont évidemment très nombreux puisque toute la population est mobilisée mais il est difficile de reconstituer leur parcours de combattant, ce qui m’oblige à croiser l’histoire du mouvement ouvrier avec l’histoire militaire. Surtout, il est aussi nécessaire de s’arrêter sur le traitement des sources : ainsi dans un rapport préparatoire rédigé par un inspecteur auxiliaire en août 1917 pour le commissaire de police de Quimper, on peut lire qu’après avoir expliqué que la population dans son ensemble participe plutôt d’un bon pied à l’effort de guerre, l’inspecteur émet quelques doutes sur l’enquête d’opinion qu’il a menée:

« Je crois devoir faire remarquer (…) combien serait différente l’opinion de la classe ouvrière, mobilisée ou non, si elle pouvait être librement exprimée ».

Cette remarque oblige l’historien à s’interroger sur le contenu des archives en ce qui concerne les enquêtes sur l’état de l’opinion à propos du déroulement de la guerre et du soutien apporté par la population dans son ensemble, et sur les différentes manières de «lire» ces archives. Dans ce domaine, les travaux de l’anthropologue James C.Scott, auteur de La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne (éditions Amsterdam, 2008) me sont très utiles. Je mentionne donc pour terminer ce billet deux entretiens avec James C.Scott publiés par la revue Vacarme, le premier portant sur l’infra-politique des groupes subalternes et le second intitulé “dans le dos du pouvoir“, ainsi qu’une utilisation de ses travaux dans l’histoire du mouvement ouvrier issu du carnet AIMOS.



[1] Le Réveil Socialiste, 13 février 1915

[2] Galit Haddad 1914-1919, Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles Lettres, 2012.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.