Tous les articles par Benoît Kermoal

«L’effondrement de notre rêve» : les frères Bougot au combat

Chercher à reconstituer le parcours militaire de militants socialistes durant la Grande Guerre oblige à partir à la recherche de traces souvent peu visibles. Car il y  avant tout un problème de sources pour faire l’histoire de ces hommes  partis combattre souvent à contre cœur. J’utilise pour tenter d’avancer dans la recherche sur ce domaine des archives qui permettent toutefois de dresser un portrait collectif de plus en plus affiné. Des dossiers d’officiers conservés au SHD de Vincennes aux correspondances disponibles dans différents dépôts, en passant par d’autres archives privées ou des articles de la presse ancienne, on peut avec le matériel disponible avancer dans la connaissance de ces soldats. Une telle approche est toutefois longue et ne permet sans doute pas de connaître parfaitement la biographie de guerre de ces militants. Mais même si les traces sont peu nombreuses et éparpillées, l’un des paris de ma recherche en cours, est qu’une telle opération vaut le coup d’être tenter, y compris si a priori les sources sont trop lacunaires. Ce billet a pour but de tenter de le démontrer à partir d’un cas individuel, ou plutôt de deux cas, issus d’une même fratrie, les frères Bougot originaires de l’Ille-et-Vilaine. Il n’est pas anodin d’avoir choisi deux hommes aux liens forts, car dans toute mon étude, les liens, familiaux mais surtout amicaux, sont à mettre en évidence pour mieux comprendre l’impact de la guerre de 14-18 sur le parcours militant de ces socialistes.

Portrait des frères Bougot

Charles et Albert Bougot sont au début de la guerre des hommes à la vie bien remplie. Ils ont tous deux plus de 40 ans, ce qui normalement les rend, dans un premier temps du moins, à l’abri d’une mobilisation. Ils partent pourtant à la guerre, en première ligne même. Charles y réchappe après avoir été blessé à la jambe par un éclat d’obus. Albert par contre y laisse sa vie : il meurt en Belgique, des suites de la première attaque au gaz orchestrée par l’armée allemande en avril 1915. Tous deux étaient socialistes depuis le tournant du siècle. Ils avaient même activement participé à l’implantation du socialisme à Rennes. Et cela ne peut être dissocié d’un autre temps fort de l’histoire de la ville à savoir les suites de l’affaire Dreyfus. C’est en effet au moment de l’Affaire que se développe autour d’intellectuels comme Victor Basch et d’ouvriers comme Charles Bougot le mouvement socialiste à Rennes. Etudier le parcours des Bougot oblige donc à revenir en arrière pour désenclaver l’histoire de la Première Guerre mondiale. Mais si cela est vrai pour les années précédent le conflit, cela est aussi exact pour les années d’après même s’il n’y a plus que Charles qui est en vie. Il poursuit en effet son action militante au sein de la SFIO rennaise devenant un des acteurs les plus en vue du mouvement socialiste du département.

Les deux frères Bougot ne sont donc pas des inconnus, et pourtant on dispose de peu d’informations sur leurs années de guerre.

Le parcours des Bougot au prisme des sources disponibles

J’ai peu de sources disponibles pour établir l’histoire de Charles et d’Albert durant la guerre. Le premier fut mobilisé dans un régiment colonial, mais je ne sais pas lequel. Albert, quant à lui, est mobilisé au sein du 76e Régiment d’Infanterie territoriale.

Comme souvent le point de départ est le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le fameux Maitron. On y apprend qu’ils sont donc tous les deux mobilisés; Charles est sergent dans un régiment d’infanterie coloniale mais on ne précise pas lequel. Albert est dit être mobilisé dans le 75e régiment d’infanterie territoriale, mais j’ai découvert par la suite que c’était plutôt dans le 76e . Ces imprécisions sont souvent fréquentes dans le Maitron comme si la période de la guerre était une simple parenthèse. C’est aussi bien souvent à cause de la difficulté qu’il y a à reconstituer de tels parcours a posteriori. Les deux notices n’ont pas d’auteur mais comme souvent pour ces militants rennais, on peut penser que l’historien Armand Rébillon, lui aussi militant socialiste à cette époque, a été l’artisan de ces recherches biographiques.

La presse fournit peu de documentation. La presse socialiste locale ne paraît plus en effet durant la guerre, mais l’Humanité publie cependant chaque jour des listes de militants morts ou blessés. C’est une ressource extrêmement précieuse et la mise en ligne  sur Gallica permet surtout l’interrogation par mot clé, ce qui est évidemment un gain de temps irremplaçable. On signale ainsi la blessure de Charles ainsi que le décès d’Albert. Il a droit d’ailleurs à une nécrologie assez importante et très précieuse pour les informations fournies. Pour ce dernier, on dispose également de sa fiche sur le site « Mémoires des hommes » qui recense tous les morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Enfin, j’ai également une correspondance entre Charles Bougot et Augustin Hamon, responsable socialiste de la fédération du département voisin des Côtes du Nord, établi à cette période à Londres. Cet échange de lettres permet d’ailleurs de mieux comprendre le parcours des deux hommes durant la Grande Guerre.

C’est toute la documentation primaire dont je dispose, c’est sans doute assez peu. On peut cependant y ajouter plusieurs travaux historiques portant sur Rennes et l’Affaire Dreyfus ou encore sur le parcours de Victor Basch. Ce dernier a d’ailleurs laissé un portrait de Charles dans un discours qu’il prononce à Rennes au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme :

« A cette époque, j’avais quant à moi, trente-quatre ans et jamais, vous m’entendez, jamais, je n’avais vu de près un ouvrier, je n’avais parlé avec un ouvrier, je ne savais pas ce que c’est un ouvrier (…) Je fus vite rassuré. Nous fûmes accueillis à bras ouverts par les chefs et leurs amis. Nous fûmes vite rassurés et lorsque j’entendis Bougot nous parler avec ce clair bon sens et cette spirituelle bonhomie dont vous avez pu juger vous-mêmes l’autre soir au théâtre et au Congrès, lorsque je le vis avec ses lourds poings et son large torse, symbole de la force ouvrière, je sentais que nous n’étions plus seuls et que la lutte devenait possible. »[1]

Ce moment, qui a tout de la scène d’origine restituée après coup du ralliement des ouvriers aux partisans de Dreyfus et dont il faudrait analyser en détail le compte rendu fait par l’intellectuel face au monde ouvrier, nous donne à voir une image forte et virile de Bougot. Militant ouvrier reconnu et responsable socialiste, Charles est aidé également par son frère. Ce dernier était  militant syndical cheminot et trésorier de la section socialiste de Rennes avant la guerre. Lorsque le conflit se déclenche, les deux hommes ne sont pas mobilisés dans un premier temps, mais quelques mois plus tard tous deux sont en première ligne.

La guerre des deux frères

Charles est mobilisé comme sergent du génie et il appartient à un régiment de la coloniale. Ce traitement particulier s’explique selon la notice du Maitron par le fait qu’il était inscrit avant 1914 sur le carnet B[2]. Sur ces registres tenus par département, on inscrivait  tous les responsables ouvriers que l’on pensait nécessaire d’arrêter en cas de guerre car ils avaient  des opinions pacifistes et révolutionnaires Même si dans les mois précédent août 1914, de nombreux militants sont rayés de la liste, il est tout à fait possible que la présence du nom de Bougot sur ce fichier explique son enrôlement dans une structure souvent reconnue pour accueillir les fortes têtes et les personnes à surveiller.

« Que la terre lui soit légère »

Extrait de l'Humanité, 7 août 1915
Extrait de l’Humanité, 7 août 1915

Albert ,lui , est mobilisé au 76e Régiment d’infanterie territoriale, destiné normalement à ne pas être en première ligne car ce type de régiment regroupait les soldats les plus âgés que l’on surnommait les «  pépères ». Mais la guerre durant au delà de ce qui est prévu, plusieurs régiments de ce type servirent par la suite en première ligne. La fiche du sergent Albert Bougot nous indique qu’il meurt dans la région d’Ypres en Belgique en avril 1915. Une étude plus poussée a révélé qu’il meurt le 23 avril, soit un jour après la première attaque au gaz faite par l’armée allemande dans cette zone de combat sans que l’on sache si sa mort est la conséquence de cette attaque. On pourrait le penser mais la nécrologie de l’Humanité indique une autre raison.

C’est seulement dans l’édition du 7 août 1915 que l’on évoque le sort d’Albert. Cela peut paraître très tardif mais l’on sait que le journal attend longtemps avant de publier les avis de décès pour ne pas que les familles apprennent la mort d’un proche dans la presse ; cela permet aux autorités de prévenir les personnes liées au défunt. Cette notice nous apprend qu’il est mort d’une « balle au front ». On y lit aussi qu’il fut trésorier en plus de la section de Rennes de l’ensemble de la fédération du département et on revient bien sûr sur son rôle durant les suites de l’affaire Dreyfus :

« Il fut sa vie entière, un camarade dévoué, un ami sûr. C’est pourquoi ses amis ne se consolent pas de sa mort et cherchent encore, instinctivement, dans les réunions où il était si assidu, la figure souriante et fine de l’absent…Que la terre lui soit légère : il combattit le bon combat ! »[3]

On peut être surpris par cette notice très précise et aux accents si personnels. Elle n’est pas signée mais on devine que c’est forcément un proche qui l’a écrite. Le journal , un mois plus tard, évoque le sort de son frère Charles « sergent en traitement à Avignon »[4]

Charles Bougot  et la guerre

Dès la publication de cette indication, un ami de Bougot s’inquiète et lui écrit. Il s’agit d’Augustin Hamon, un des socialistes les plus importants en Bretagne à cette époque. Il est alors à Londres mais entretient une riche correspondance avec des militants bretons. Il écrit à Bougot pour s’inquiéter, demander des précisions sur la blessure, ainsi que des nouvelles d’Albert. Il ne semble pas avoir lu l’Humanité du mois d’août qu’il l’aurait informé de sa mort. C’est une lettre courte, précautionneuse car Hamon ne connaît pas l’état de son camarade.[5]

Bougot lui répond le 21 septembre au moment où il quitte l’hôpital pour aller en convalescence à Rennes. Il lui apprend la mort de son frère et lui donne des nouvelles des autres militants rennais Armand Rébillon et Carle Bahon. Il détaille également les circonstances de sa blessure à la jambe . Surtout il détaille son propre sentiment vis-à-vis de la guerre :

« Quand on fera le compte (si toutefois on le fait jamais) des pertes que cette guerre aura occasionné je vous assure que ce sera effrayant. En France avec la presse muselée comme elle est on a pas l’air de s’en douter et cependant que de vide il y a. »[6]

Et il ajoute que s’il en réchappe, il faudra que les deux hommes s’entretiennent à propos de « l’effondrement de notre  rêve ».

Maintenant continuer à chercher

J’ai bien aimé tout de suite à la première lecture cette dernière expression « l’effondrement de notre rêve ». Il n’est sans doute pas nécessaire de s’interroger longtemps pour deviner que ce rêve qui s’effondre désigne l’aspiration à construire un monde meilleur grâce au socialisme et à l’internationalisme au moment où la guerre mondiale s’éternise. Mais il faut aller delà de cette première impression et essayer de savoir ce que pense Bougot de la guerre par la suite. On retrouve l’idée de désenclavement de l’étude de la Première Guerre mondiale. Si pour connaître davantage les frères Bougot dans la guerre, il a fallu revenir sur leur parcours avant 1914, il est nécessaire aussi d’essayer de retracer le parcours militant de Charles après 1918. Il est resté à la SFIO, devient adjoint au maire de Rennes, Carle Bahon, à partir de 1925 mais à partir du milieu des années Trente il est moins présent dans le milieu partisan socialiste. Comme pour beaucoup de militants qui ont participé aux combats de 14, il me faut maintenant tenter de voir en quoi cela a influencé la suite de son parcours. Donc il faut continuer à chercher. Mais comme le dit Carlo Ginzburg « c’est pourquoi par définition, la recherche est sans fin. »[7]


[1] V.Basch, discours au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, 1909, cité par André Hélard, L’Honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Rennes, éditions Apogée, p.116.

[2] Sur le carnet B, l’ouvrage de référence reste celui de Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris, Klincksieck, 1973. On y trouve en particulier une analyse poussée du carnet B du Finistère. Par contre l’auteur affirme que le même fichier du Morbihan a disparu depuis la guerre, ce qui est inexact car j’ai pu le consulter aux Archives départementales de ce département. Plus globalement, on peut toutefois constater que dans l’ensemble les militants socialistes sont rayés de ce carnet B avant 1914 contrairement aux militants du syndicalisme révolutionnaire qui sont toujours à surveiller. En août 1914, le gouvernement décide finalement de ne pas utiliser ces fichiers pour arrêter préventivement les militants. Pourtant plusieurs cas montrent que par la suite ceux qui y étaient inscrits ont eu droit à un traitement particulier durant la Grande Guerre, en étant par exemple enrôlés dans des bataillons disciplinaires ou dans des régiments coloniaux à la réputation plus stricte.

[3] L’Humanité, 7 août 1915.

[4] L’Humanité, 16 septembre 1915.

[5] La correspondance d’Augustin Hamon est conservée au Centre d’Histoire du Travail de Nantes. Je remercie vivement son personnel d’avoir permis la consultation de cette très riche correspondance.

[6] Charles Bougot, lettre à Hamon , 21 septembre 1915.

[7] C.Ginzburg, conférence au collège de France, 19 mars 2013, visible en ligne .

« Quand quelqu’un frappe à la porte »: la mairie socialiste de Landerneau et les réfugiés espagnols (1937-1939)

Si le gouvernement du Front populaire ne s’engage pas véritablement dans la guerre d’Espagne qui divise ce pays entre partisans du Frente populare et nationalistes réunis autour de Franco, le conflit a toutefois des conséquences nombreuses sur la vie politique nationale et locale en France. Ce fut tout d’abord un point de division important entre la gauche et la droite, mais aussi entre les différentes composantes du Front populaire. De plus, des milliers de réfugiés sont accueillis dans les départements proches de la frontière, mais aussi plus largement dans toutes les régions françaises. La présence de ces réfugiés, rendant plus concrète les horreurs de cette guerre civile, a suscité des réactions contrastées, de l’hostilité affirmée à l’expression d’une solidarité toujours plus chaleureuse. Même dans un département aussi éloigné de l’Espagne que le Finistère des réfugiés sont accueillis entre 1937 et 1939. Quelques sources[1] permettent ainsi  de reconstituer l’histoire de ces Espagnols accueillis dans la petite ville de Landerneau dirigée dans les années Trente par le socialiste Jean-Louis Rolland.

L’accueil des réfugiés

"Pour les gosses d'Espagne" Le Breton socialiste, 5 juin 1937
« Pour les gosses d’Espagne » Le Breton socialiste, 5 juin 1937

Landerneau connaît deux vagues d’arrivée de réfugiés espagnols en juin 1937 puis en février 1939. Cela correspond à deux offensives des nationalistes : la première est la résultant de l’offensive franquiste sur le pays basque et les Asturies, la seconde coïncide avec l’attaque générale de la Catalogne. Les premiers arrivants de 1937 sont hébergés dans deux locaux appartenant à la ville. Près de 150 réfugiés sont sous la responsabilité de la mairie socialiste, ce qui dépasse de très loin les capacités d’accueil de la petite commune. Une solution transitoire est trouvée lorsque le maire décide de les recevoir dans la colonie de vacances du Quelern dans la presqu’île de Crozon, que la ville loue pour ses œuvres de bienfaisance. Mais là aussi les places manquent. C’est le préfet du département qui gère la répartition des réfugiés dans les communes du Finistère : 1700 réfugiés doivent être accueillis dans le département. Mais cette mission est délicate car de nombreux maires refusent tout net de recevoir des réfugiés. Du coup, ce sont les mairies qui acceptent qui doivent de plus gérer le flux de réfugiés supplémentaires. Plusieurs édiles conservateurs ont ainsi mis leur démission dans la balance pour ne pas suivre les ordres du préfet. Une campagne de presse se développe d’ailleurs dans les journaux de droite : les Espagnols seraient des fauteurs de troubles, des combattants armés, pire encore des « fils de rouges » ou des vecteurs de maladie. Il ne faut pas recevoir en France ces Espagnols affublés de tous les défauts selon eux.

Les premiers réfugiés de Landerneau sont rapatriés au début de l’année 1938, ils sont donc restés près de six mois à la charge de la commune. Mais en février 1939, un second exode a lieu, avec encore plus de réfugiés. La commune doit accueillir cette fois-ci 200 Espagnols. Leur présence est plus longue puisque dans les premiers temps de la guerre qui début en septembre 1939, on peut découvrir dans les archives qu’ils sont encore présents dans la commune. Mais ensuite on perd leur trace.

Tentative de portrait collectif des réfugiés

C’est le préfet du Finistère qui apporte une première réponse :

«  Je vous confirme qu’il s’agit de malheureux, femmes et enfants, victimes depuis plus d’un an des atrocités de la guerre civile. »[2]

Mais la presse xénophobe et hostile au Front populaire affirme au contraire que ce sont des hommes en âge de combattre, des soldats dangereux, des communistes armés qui risquent d’exporter la guerre civile en France. On possède pourtant, grâce aux archives communales, des données statistiques qui contredisent ces affirmations.

On ne trouve que des femmes et des enfants, souvent d’ailleurs ce sont des familles. Il y a aussi quelques femmes âgées. Il n’y a aucun homme en âge de se battre, l’enfant de sexe masculin le plus vieux ayant 12 ans. Ils sont auscultés de près par une équipe médicale mais on ne décèle aucune carence ou maladie. Ce n’est pas le cas en 1939 où les nouveaux réfugiés accueillis sont dépourvus de tout, souffrent de plusieurs maladies comme la gale. Plusieurs actions sont menés afin de les occuper dans la journée, on tente même de reconstituer des activités scolaires pour les enfants.

Quelles réactions dans la population ?

C’est l’Etat qui prend en charge l’accueil des réfugiés. Des indemnités sont allouées et elles sont à Landerneau gérées par la caisse des écoles qui procure également les locaux d’accueil. Là encore, la presse réactionnaire se déchaine et affirme que les Espagnols ont droit à davantage d’aides que les Bretons de pure souche. Mais les signes de solidarité sont aussi très présents : la mairie lance des appels à des dons qui sont entendus : des vêtements chauds sont récupérés, des dons de toute nature également surtout de la nourriture. Les organisations syndicales prennent en charge également des réfugiés et 11 familles landernéennes se proposent pour accueillir chez elles des réfugiés.

Le maire Jean-Louis Rolland fait tout son possible pour gérer l’afflux de ces Espagnols dans sa commune. Il apporte personnellement son aide et s’oppose surtout au discours xénophobe de la droite. Bien que pacifiste et hostile à une intervention de la France dans ce conflit, il aide au mieux fidèle en cela à ses convictions humanistes. C’est aussi le cas lorsqu’il faut accueillir d’autres réfugiés comme des Juifs d’Allemagne : on retrouve en effet dans les archives de nombreuses lettres dont lesquelles il demande à l’Etat d’accepter la présence de ces réfugiés. Sans doute y avait-il profondément ancré chez ce maire socialiste l’idée de générosité et la volonté d’aider au mieux ses semblables. On peut même penser qu’un sentiment de dette était présent. En effet, comme l’écrit Jean-Pierre Vernant :

« Le sentiment de dette demeure néanmoins chez un grand nombre de gens, sous des formes variées. Germaine Tillion avait raison de dire récemment, lors d’une émission télévisée, que lorsque quelqu’un frappe à la porte, il y a ceux qui ouvrent et ceux qui n’ouvrent pas. Celui qui ouvre, c’est celui qui se sait en dette. »[3]


[1] La plupart des informations mentionnées ici proviennent des archives municipales de Landerneau, série 2I2, réfugiés espagnols, 1937-1939.

[2] Lettre du préfet aux maires du département, 4 août 1937.

[3] J.P.Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Seuil, collection points, p.628.

«Une raie au beurre noir » ou le jour où tout a failli s’arrêter

Il y a des moments où on ne se sent pas du tout à la hauteur de la tâche à accomplir. Aujourd’hui fut un jour de cette nature. C’est arrivé en lisant le livre récent de Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? dont l’ambition est de relater une histoire sociale des combattants durant la Grande Guerre en étudiant plus particulièrement des textes d’intellectuels. Ces derniers, dotés d’un capital culturel les plaçant à l’écart du reste de la société française, ont porté un regard sur le peuple que l’historien décrypte avec brio. Parmi les 42 intellectuels concernés par l’étude, l’un d’entre eux Henri Jacquelin a plus particulièrement retenu mon attention. Très souvent cité dans l’ouvrage, ce témoin a en effet un profil qui ne pouvait que m’intéresser :

«  Parmi les témoins, le cas d’Henri Jacquelin est particulièrement instructif quant au rôle que tient l’environnement civil dans la prégnance de la thématique héroïque chez les intellectuels mobilisés en 1914. Le professeur de lettres socialiste est en effet atteint de typhoïde dès septembre 1914 (…) ancien maire de Quimper et fonctionnaire de l’Etat. »[1]

J’ai mis quelques temps à bien comprendre ce que l’historien écrivait mais il n’y avait pas de confusion possible : Jacquelin était avant 1914 maire socialiste de Quimper. Et je ne le savais pas ! En plus, le voilà participant à la Première Guerre mondiale, comme nous le révèle sa correspondance qui a été publiée par la suite[2] et sur laquelle s’appuie l’historien. Il fallait donc se rendre à l’évidence : d’une part, je n’avais jamais rencontré dans mes recherches ce militant socialiste, pourtant maire de la préfecture du Finistère ; d’autre part, je n’avais pas non plus connaissance de son parcours de combattant durant la Première Guerre mondiale. Et pourtant, mon sujet de recherche porte pour une grande partie sur les soldats socialistes de 14-18 originaires de la Bretagne ! Je me suis alors demandé comment de tels oublis étaient possibles. Il fallait se faire une raison : cet oubli remettait en cause toute ma démarche, tout l’édifice patiemment constitué ; sans doute qu’en conséquence, l’ensemble était trop bancal, sans doute aussi n’étais-je pas fait pour réussir un tel travail. Plutôt que de cumuler oublis, erreurs et insuffisances, fallait-il mieux se consacrer à d’autres activités, tout arrêter ! Hop, on ferme le blog, on range pour toujours les archives dans des cartons et l’écriture en cours restera à jamais inachevée car trop mauvaise. Et on oublie tout.

Quelques vérifications plus tard, cela se confirmait : Jacquelin était socialiste SFIO, on trouvait cette indication sur le site du CRID 14-18 et sur le site de la ville de Quimper, on indiquait que Jacquelin était le premier maire socialiste de la ville.

Donc il fallait tout arrêter.

Et puis une question toutefois restait présente : « comment est-ce possible ? ».

Et puis le « comment est-ce possible ? » est devenu un désespéré « c’est impossible ! ».

Henri Jacquelin n’a pas de notice biographique dans le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le Maitron. L’absence de biographie pour quelqu’un qui avant 1914 a une fonction de maire est assez rare dans ce dictionnaire de référence, mais des oublis sont toutefois possibles. Après tout, Jacquelin ne fut maire de durant deux années, ce qui est assez court. J’ai repris alors toute ma documentation, et je n’ai trouvé aucune mention sur lui, rien du tout. Il a fallu donc replonger dans la consultation de la presse militante de la SFIO. Rien dans l’Humanité, rien non plus dans Le Cri du peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère. Pourtant, la fonction de Jacquelin, qui plus est professeur au lycée de Quimper, aurait normalement due laisser des traces. Je me suis alors plongé sans grande conviction dans la presse locale que l’on peut consulter en ligne sur le site des Archives départementales du Finistère.

La situation devint ensuite beaucoup plus claire : Jacquelin avait été élu maire de Quimper fin octobre 1912 à la suite de plusieurs épisodes assez rocambolesques de la vie politique de la ville. Il avait été soutenu par des conseillers socialistes qui profitèrent de la situation pour affirmer leur existence face aux  autres conseillers municipaux, très divisés entre radicaux, libéraux et républicains. Ces divergences étaient avant tout liées des querelles de personnes. Mais le plus important était de pouvoir retracer le profil d’Henri Jacquelin : il n’est pas du tout adhérent à la SFIO, refuse l’étiquette socialiste ou même celle de radical-socialiste. Il se décrit comme un libéral, un intellectuel très éloigné des querelles politiques. Avec un certain humour, voici ce que le journal Le Citoyen écrit à son sujet juste après son élection :

« M. Jacquemin s’ignore, il se cherche, sans avoir encore réussi à se définir lui-même. Il est un peu républicain, beaucoup libéral passablement socialiste et chrétien, et pas du tout radical. Et maintenant si vous n’êtes pas fixés, vous n’avez qu’à entrer au restaurant et à vous commander une raie au beurre noir, agrémentée de persil et arrosée d’un filet de vinaigre rouge en guise de citron, et, vous y serez »[3]

 Je ne sais pas si finalement tout cela est rassurant, mais le point positif de mon côté, c’est qu’après cette découverte, tout continue !


[1] N.Mariot, Tous unis dans la tranchée ? Les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, p.285.

[2] Claire Jacquelin, De la rue d’Ulm au Chemin des Dames. Histoire d’un fils, trajectoire d’un homme, 1902-1918, Paris, L’Harmattan,2000.

[3] Le Citoyen, organe de concentration républicaine, 2 novembre 1912.

L’agent Émile,ou esquisse du portrait d’un socialiste résistant

Aujourd’hui on commémore la création du Conseil National de la Résistance sous la direction de Jean Moulin. Il a été au début des années Trente sous-préfet de Châteaulin dans le Finistère et la biographie que lui consacre Daniel Cordier mentionne quelques épisodes de sa vie dans cette petite sous-préfecture de Bretagne. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Mon sujet de thèse se termine en juillet 1940, date à laquelle le régime républicain disparaît. Et pourtant, l’attitude des socialistes bretons durant la Seconde Guerre est un sujet qui m’interpelle. Un des fondements de mon travail est en effet d’essayer de mieux comprendre l’importance du pacifisme dans la culture militante de ces militants qui dans la Seconde Guerre mondiale ont ensuite eu des parcours diversifiés. Surtout ces parcours ne semblent pas obéir à des logiques préconçues, à des déterminismes que l’on pourrait résumer en quelques mots. Certains socialistes participent à la collaboration de manière active, d’autres se taisent, d’autres encore essayent de maintenir une identité socialiste clandestine alors que quelques-uns, plus rares, au moins au début, participent activement à la Résistance. S’interroger sur cette multiplicité des parcours possibles afin d’y déceler quelques explications me semble être un problème historiographique important. Peut-être aurais-je l’occasion de l’aborder plus tard, mais je voudrais surtout évoquer ici le parcours d’un responsable socialiste plusieurs fois déjà mentionnés, Jean-Louis Rolland, l’agent Émile dans la Résistance[1].

Jean-Louis Rolland, un élu socialiste dans la guerre

Député de Brest depuis 1936, maire de Landerneau depuis 1929, il est un des élus socialistes les plus en vue en Bretagne avant guerre. Profondément pacifiste et lié au courant de Paul Faure, pour qui le pacifisme semble un principe essentiel primant sur les autres valeurs socialistes, il fut munichois comme son ami Louis L’Hévèder, qui explique à maintes reprises son positionnement dans la presse locale et nationale du parti. Pourtant, lors du vote du 10 juillet 1940 contrairement à ce dernier, Rolland vote contre, rejoignant une petite minorité d’élus, les fameux Quatre-vingts, qui n’ont pas accepté la disparition des institutions républicaines et la mainmise de  Philippe Pétain sur la république. À partir de là, Jean-Louis Rolland s’engage de plus en plus fermement dans une hostilité au nouveau régime.

Il est dans un premier temps maintenu à son poste de maire, mais plusieurs conseillers socialistes sont remplacés par des personnes en phase avec le nouveau régime. C’est en particulier le cas des nouveaux conseillers affilié à l’Office central de Landerneau, très proche dans les années Trente du mouvement de Dorgères. Il y a chez eux un vrai esprit de revanche orchestré par le préfet du Finistère qui signale dès les premiers mois du nouveau régime le peu d’estime qu’il a pour le député-maire socialiste. Mais Rolland tente de préserver une marge de manœuvre au sein du conseil municipal, usant par exemple de phrases à double sens dans les délibérations du conseil municipal, pratiquant une politique de « l’épaule froide » avec les autorités de Vichy et les occupants. Mais le 31 mars 1942, suivant en cela plusieurs autres élus du département, il est provisoirement suspendu de sa fonction de premier magistrat de la ville. Son successeur inscrit son action dans la droite ligne de Vichy.

C’est que Rolland est en contact depuis plusieurs mois avec des groupes de résistants. On connaît peu – et ce serait un travail important à faire que de retracer cette histoire – l’action des socialistes bretons entre 1940 et 1942-1943. On sait seulement qu’autour de Tanguy-Prigent, l’autre ancien parlementaire socialiste du département, s’est organisé un ensemble de groupes dont la logique est la lutte contre le nouveau pouvoir et l’occupant, même si parfois de telles structures sont tolérées par la préfecture : c’est en particulier le cas de regroupements agricoles dont la fonction officielle semble la défense des intérêts des paysans mais dont l’action réelle vise à sabrer les fondements idéologiques de Vichy.

Jean-Louis Rolland, selon des documents postérieurs, appartient à un réseau résistant à partir du 1er septembre 1942, mais on sait que de telles dates que l’on trouve dans les documents de liquidation du réseau, sous forme de fiches personnelles, sont souvent arbitraires. Quoi qu’il en soit l’ancien maire de Landerneau est membre du réseau Jade-Fitzroy, qui agit avant tout dans le renseignement pour les Britanniques et l’accueil d’aviateurs alliés. Il est également membre du mouvement de résistance Libération Nord, dont un des premiers organisateurs fut Tanguy-Prigent, et qui rassemble une bonne partie des socialistes résistants. Il a par contre refusé d’être membre de Défense de la France, mouvement actif à Brest, préférant sans aucun doute s’associer à ses anciens camarades socialistes et syndicalistes au sein de Libération-Nord.

La Résistance

Dans un premier temps, Rolland est l’agent Émile, agent P1 du réseau, c’est-à-dire qu’il n’est pas clandestin, qu’il garde une vie familiale, et qu’il sert avant tout d’agent de liaison et héberge les aviateurs alliés tombés sur la zone. On dispose du propre témoignage de Rolland sur cette action :

« En bref, la filière employée consistait à recevoir des aviateurs tombés sur différents points du territoire, à assurer leur hébergement chez des patriotes résistants éprouvés, en attendant d’assurer leur acheminement vers l’Angleterre. »[2]

L’action de ce réseau nécessite une organisation très hiérarchisée et efficace puisque les aviateurs sont un élément précieux pour les Alliés qui cherchent à les récupérer le plus rapidement possible. Mais la participation de Rolland est difficile car selon un des chefs du réseau Jade Fitzroy «  tout le monde le connaissait à Landerneau »[3] et les soupçons sur son action résistante étaient nombreux. Pour amener les pilotes vers la côte nord du département, endroit à partir duquel ils étaient ensuite rapatriés par bateau, l’ancien maire possédait des fausses cartes d’identité qui portaient souvent la mention «  sourd-muet » afin d’éviter d’attirer des questions. Il bénéficiait aussi de la complicité d’une importante partie de la population, ainsi que de gendarmes eux-mêmes membres de Libération-Nord.

Ce mouvement a été l’un des plus importants dans le département, et à partir de 1943, il est de plus en plus structuré. Après la constitution du CNR en mai de cette année, une première ébauche d’un comité de libération du département se met en place en juillet. Il est dirigé par un ancien socialiste Louis Dupoux, qui semble avoir été placé à ce poste par Jean-Louis Rolland. Ce dernier a un rôle décisionnel au sein du mouvement, sans que l’on sache véritablement pour le moment son champ d’action.

L’arrestation

Le Finistère Libéré, 26 août 1944
Le Finistère Libéré, 26 août 1944

En février 1944, Rolland a pour mission d’entrer en contact avec des officiers de marine à Brest afin de préparer la libération, ce qui montre que de nombreux militaires changent de camp à ce moment. Mais deux jours après cette rencontre, il est appréhendé par la police allemande, on retrouve à son domicile des faux papiers, des documents militaires et des tracts socialistes ; plusieurs responsables résistants sont aussi arrêtés. On sait  que l’arrestation repose sur une dénonciation dont on connaît l’origine : elle provient d’un petit groupe de militants d’extrême droite hostile au socialiste depuis l’entre-deux-guerres.

Rolland est amené à la prison de Brest, les cellules sont dans le noir complet, la détention dure jusqu’en juin 1944 ; là, il est amené au camp Marguerite de Rennes. Et le socialiste, dans un grand baraquement où 150 prisonniers sont rassemblés, tente de garder confiance pour lui et ses camarades :

«  Malgré notre internement et notre avenir incertain, Jean-Louis avait gardé sa bonne humeur, toujours affable, il nous a gardé le moral.»[4]

Le 2 août 1944, les prisonniers sont évacués par le train vers une destination inconnue. Le convoi de 51 wagons subit les bombardements alliés puisque les Américains sont au même moment aux portes de Rennes. Des prisonniers réussissent à s’évader, comme le résistant socialiste qui est touché par une balle lorsqu’il saute du train. Il n’est pas repris mais la grande majorité des prisonniers est elle rassemblée à nouveau dans le train qui s’achemine ensuite vers le camp de concentration de Dachau. Jean-Louis Rolland, lui le fervent anticlérical d’avant-guerre, ne peut trouver refuge que dans un couvent ! Ce couvent subit d’ailleurs un bombardement et il est grièvement blessé à la jambe. Il n’assiste donc pas à la libération de la Bretagne et de sa ville natale, Landerneau, qui est libérée le 10 août 1944. Il revient seulement le 30 octobre 1944 après avoir été soigné. Toute sa vie durant, il garde une grande douleur à la jambe après sa blessure mal guérie. On peut le voir sur des photos lors de la visite du général de Gaulle le 22 juillet 1945 dans le département : on le voit très droit, très fermé, près de de Gaulle. Je sais par des témoignages postérieurs qu’il souffrait énormément de sa blessure à ce moment, presque à en avoir un évanouissement. J’ai sur mon bureau une de ces photographies. Aujourd’hui, où l’on commémore les 70 ans de la création du CNR, mais où on assiste également à une récupération honteuse de l’héritage de la Résistance par certains manifestants qui semblent décidément ne pas avoir beaucoup de culture historique, il me paraissait important d’évoquer un peu de l’action de ces femmes et de ces hommes qui ont participé à la Libération.


[1] Jean-Louis Rolland a une autre identité clandestine : Lecorre, comme le « cor de Roland ».

[2] Lettre de J.L.Rolland, 6 avril 1970, fonds Huguen, Archives départementales des Côtes d’Armor.

[3] Lettre de Pierre Hentic, 25 février 1995.

[4] Témoignage de F.L’Azou, dossier Rolland, Archives municipales de Landerneau.

De passage à Marseille (2013) pour revenir à Brest (1913): l’historien n’est pas un antiquaire !

C’est donc le centième billet de carnet. Après celui là, il y  aura une pause. Parce qu’il me faut écrire de nombreuses autres choses, sur d’autres supports, parce qu’il me faut surtout écrire la suite de la thèse, et comme le temps n’est pas une donnée extensible, je pense qu’il faudra attendre longtemps pour le 101ème billet.

«La qualité maîtresse de l’historien» (M.Bloch)

Ce  100e billet ne pouvait évidemment que parler d’un centenaire, celui du congrès de la Sfio à Brest en 1913. J’avais prévu d’aborder ce congrès sous plusieurs aspects mais  faute de temps, ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai récolté de nombreuses informations sur ce congrès, de quoi avancer dans ma recherche, de quoi aussi mieux comprendre certains pans de la culture militante des socialistes avant 1914. Mais je crois que j’ai aussi appris beaucoup, peut-être de façon plus étonnante, sur ce congrès dans un autre cadre. C’est ce que je voudrais évoquer ici.

J’ai déjà abordé dans la #Villa réflexive la question de l’engagement et de la distanciation dans la pratique de l’histoire. C’est une question importante à mes yeux, tant il me paraît difficile de déconnecter l’histoire de mes autres activités. Marc Bloch dans le formidable Apologie pour l’histoire explique parfaitement ce que je pense à ce sujet : relatant un propos d’Henri Pirenne, il explique ce qu’est la qualité maîtresse de l’historien :

« J’ai déjà ailleurs rappelé l’anecdote : j’accompagnais, à Stockholm, Henri Pirenne ; à peine arrivés, il me dit : «  Qu’allons-nous voir d’abord ? Il paraît qu’il y a un Hôtel de Ville tout neuf. Commençons par lui. »Puis, comme s’il voulait prévenir un étonnement, il ajouta : «  Si j’étais un antiquaire, je n’aurais d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Cette faculté d’appréhension du vivant, voilà bien, en effet, la qualité maîtresse de l’historien.»[1]

J’adore ce passage qui explique parfaitement ce que je pense à ce sujet. Pour faire de l’histoire, il faut avant tout être dans la vie.

Le passage par Marseille 2013

s'engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR
s’engager pour continuer. Photo B.Kermoal DR

Alors que je travaillais plus particulièrement sur le congrès socialiste de 1913, j’ai participé il y a quelques semaines au congrès du syndicat dans lequel je milite. Le parallèle des situations fut très intéressant. Il ne s’agissait pas du tout pour moi de faire lors de ces trois jours de congrès une observation participante avec un regard de scientifique. Il n’y avait là que de l’engagement, aucune distanciation, et ce fut d’ailleurs très réjouissant. Discuter avec d’autres militantes et militants, découvrir les arcanes du fonctionnement du congrès syndical, expliquer pourquoi on est là, et parfois sentir le frémissement de participer à une œuvre collective, ce sont autant de moments vécus lors de ce congrès. Je sais aussi que cette expérience m’a permis ensuite de lire mes archives avec un œil neuf, de m’arrêter sur des points qui étaient passés inaperçus, de poser de nouvelles questions afin d’enrichir l’étude en cours. Comme l’écrit Gérard Lenclud :

« On se hasardera à avancer qu’observation ethnographique et historique ne se distinguent, avec quelque netteté, que dans les procédures mises en œuvre pour commuer des observables en objets de connaissance. Et ces distinctions, dans les problématiques et le langage conceptuel, sont seulement de type «plus » ou «  moins ». Si les anthropologues et les historiens ont les mêmes yeux pour voir, ils ne disposent pas à ce jour du moins, des mêmes lunettes intellectuelles pour observer. Ils n’observent donc pas tout à fait du même œil. Rien n’oblige à croire qu’il en sera ainsi demain. »[2]

Impossible en conséquence de séparer mes activités, comme l’affirmait Pirenne, être historien c’est aimer la vie. Je ne peux qu’être reconnaissant aux personnes avec qui j’ai beaucoup échangé lors des trois jours de congrès à Marseille pour tout ce que cela m’a apporté.

Et maintenant ?

Pendant plus de deux ans, ce carnet m’a servi de béquille pour avancer dans ma recherche. J’ai découvert tous les bienfaits de cette forme publique d’écriture historique non définitive, de cette avancée dans la recherche en tâtonnant par l’écriture des billets. J’ai aussi découvert qu’il y avait des lectrices et des lecteurs qui trouvaient parfois cela intéressant. C’est donc le moment de vous remercier avant d’entamer une pause qui durera peut-être un temps assez long, ou peut-être pas ! Citant Meyerson, Jean-Pierre Vernant disait souvent qu’il fallait trois choses pour avoir une vie complète : une grande tâche, un grand espoir et un grand amour. Ce sera donc le principe des jours à venir !


[1] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A.Colin, 1974 ( réed.) , p.47.

[2] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013, p.68.

Ceci n’est pas du fascisme: observation ethnographique d’une manifestation

"Reconstitution" de Ph.Artières comme une source d'inspiration.
« Reconstitution » de Ph.Artières comme une source d’inspiration.

Une partie importante de ma recherche concerne les mobilisations collectives de l’entre-deux-guerres auxquelles des militants socialistes ont participé. Souvent se posent pour eux la question de la violence comme moyen d’action : son recours est alors bien plus rare qu’avant 1914, puisque l’ensemble de la Sfio s’inscrit plutôt dans un mouvement de participation active à la vie politique dans la période suivant la Grande Guerre, ce qui passe par une exclusion de la violence perçue comme anti-démocratique et par l’utilisation de pratiques partisanes régies par un processus pour employer l’expression de Norbert Elias de «civilisation des mœurs ». Pourtant dans le contexte particulier des années Trente, la question de la violence doit être réexaminée à l’aune de nouvelles considérations : face aux ligues d’extrême droite qui utilisent tout un répertoire d’actions marquées par le sceau de la violence, les militants socialistes doivent expérimenter de nouveaux moyens de riposte ; c’est le « socialisme actif » dont parle Serge Tchakhotine qui doit faire face à ce que les socialistes nomment le fascisme, et l’utilisation de moyens d’actions physiques ne sont dès lors plus exclus. On peut particulièrement le voir avec la mobilisation organise par Tanguy Prigent pour faire faire aux chemises vertes qui essayent de trouver du soutien à leur idéologie d’extrême droite dans les campagnes bretonnes.

Je fais cette remarque liminaire pour expliquer que je m’intéresse en conséquence à l’étude des manifestations violentes du point de vue historique. Mais se retirer du présent est toutefois difficile, et comme à d’autres reprises, je voudrais dans ce billet partir de l’actualité afin de progresser dans mon travail de rédaction de thèse. Il m’est en effet impossible de considérer que pour faire de l’histoire, il soit nécessaire de rester sourd et aveugle à la situation présente. On peut même penser que les frontières poreuses entre le passé et le présent, la dynamique d’une concordance des temps mobilisée pour mieux comprendre les deux époques, ou plus largement le travail par analogie, sont autant d’outils utiles à l’élaboration d’un récit historique plus pertinent.

Même si cette question mériterait un examen bien plus approfondi, je souhaite davantage faire part d’un retour d’expérience : puisque j’étudie des manifestations violentes fomentées par les ligues d’extrême droite, pourquoi ne pas aller voir de telles manifestations actuelles ? En effet, la loi sur le mariage pour tous, adoptée depuis seulement quelques minutes au moment où j’écris ses lignes, a suscité des réactions nombreuses dont plusieurs ont consisté en des manifestations où les débordements furent nombreux. Au lieu de condamner les violences, on a pu entendre plusieurs responsables politiques soutenir, au moins à demi-mot, de tels débordements. Il m’a paru donc utile d’aller voir par moi-même.

« J’aurais dû mettre une soutane »

Non il ne s’agit pas du tout pour moi de ridiculiser les manifestants qui ont participé à la mobilisation du dimanche 21 avril 2013.  C’est tout simplement une réflexion que je me suis faite en pensant au livre de l’historien Philippe Artières Vie et mort de Paul Gény[1]. Ce récit retrace l’enquête de l’auteur à Rome à propos du meurtre de son grand-oncle philosophe jésuite. Ce formidable livre d’histoire – et j’insiste sur le dernier terme ! – débute par l’achat d’une soutane, sans que l’auteur d’ailleurs ne sache vraiment répondre à la question du pourquoi. Dans un autre livre[2], pendant du premier, on peut d’ailleurs voir l’auteur, habillé de cette soutane, allant jusqu’à reconstituer le meurtre de Paul Gény. Je ne sais pas encore pourquoi mais ces livres m’ont beaucoup plu, non pas d’un simple point de vue esthétique ou émotionnel, mais parce qu’il touche du doigt le mystère de la création du travail de l’historien.

Donc dès le début de cette manifestation pour tous (sic), j’ai aperçu de nombreux ecclésiastiques  au milieu des manifestants, portant souvent ostentatoirement leur soutane. Cette présence de membres de l’Église catholique montre également un des aspects de la mobilisation des anti-mariage pour tous. En effet, le réseau de base dans certains cas semble être la paroisse catholique. Me rendant à la manifestation avec plusieurs groupes, j’ai en effet pu constater que ceux-ci s’organisaient par groupes affinitaires, aux liens forts préexistant avant la mobilisation. Paroisse, école privée, organisations de jeunesse, lieux de parole, sont autant de lieux de sociabilité qui sont mobilisées lors de cette manifestation. D’ailleurs, une des fonctions de ce rassemblement semble également d’être la mise en commun des informations reçues, entendues, dites depuis la dernière manifestation : il n’était pas rare d’entendre « tu as vu le mail ? », « tu as vu la vidéo sur le réseau ? » etc. , ce qui montre également l’utilisation de tous les moyens actuels de communication. Je retrouvais ce jour là une organisation efficace de la mobilisation reposant sur des réseaux catholiques préexistants comme on pouvait également le voir dans les années Trente en Bretagne.

Donc j’ai pensé « j’aurais dû mettre une soutane » pour me fondre dans le paysage, car il est évident que je me suis tenu à distance, il m’était impossible de me placer au milieu des manifestants. Rester sur le trottoir était déjà suffisant, faire de l’observation participante en « milieu hostile » n’est pas mon fort.

L’inversion des rites 

Décidément, vous allez croire que mes intentions sont polémiques ! Si je parle d’ «inversion», ce n’est pas pour évoquer une quelconque orientation sexuelle, mais plutôt pour aborder un point qui m’a étonné, avant de revenir sur la visibilité – ou plutôt l’invisibilité- de la violence, point de départ de mon expédition.

J’ai vu peu de symboles traditionnels de la droite réactionnaire lors de cette manifestation : quelques drapeaux tricolores avec le Sacré-Coeur, quelques pancartes aux slogans minorant le rôle de la démocratie, mais c’est tout. Cela ne correspondait en rien aux images que l’on a pu voir lors de précédentes manifestations où des intégristes catholiques, des militants affirmés de groupes d’extrême-droite, ou de farouches partisans de la Contre-Révolution étaient présents en nombre. Non, là il y avait pour tout dire bien plus de symboles pris dans le camp adverse mais revu à la sauce anti-mariage pour tous. Du bonnet phrygien au poing serré, de la main dessinée façon «Touche pas  à mon pote » au slogan « on ne lâche rien », c’est davantage à un plagiat des symboles que l’on pouvait voir. Cette inversion des rites de la manifestation me pose question : est-ce parce qu’il ne fallait pas apparaître comme une manifestation réactionnaire que les symboles de la droite tradi-catho ne sont pas utilisés ? Ou alors est-ce dû plus simplement à un manque de culture politique évident des organisateurs de la manifestation, pour qui tout symbole est bon à utiliser, bravant ainsi tout confusionnisme mais s’exposant aux impasses du « ni droite ni gauche » ?

Je n’ai pas approfondi la question car il me fallait revenir à mon propos : où est passée la violence dans tout ça ?

« Observation ethnographique, observation historique »

Je reprends ici le titre du premier chapitre du livre de Gérard Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison[3].S’interrogeant sur les différences entre l’observation ethnographique et l’observation historique, l’auteur analyse les composantes de la méthode historique et de la méthode anthropologique d’une façon très éclairante. Un peu comme pour  le livre déjà cité d’Artières, je considère que Lenclud apporte de précieuses aides pour mon travail en cours, sans que je puisse encore les cerner. Quoi qu’il en soit, il me paraissait ici d’ajouter à l’observation historique, une observation ethnographique.

Je n’ai vu aucune violence, et pourtant tout le monde en parlait. On prévenait par micro qu’il ne fallait pas être violent, tout le monde s’accordait à trouver l’ambiance bon enfant (et les enfants étaient en effet très nombreux) ; il y avait du côté des manifestants comme une volonté de dire et de montrer qu’ils n’étaient pas violents, tout comme ils n’étaient pas homophobes. Mais il ne faut pas être un observateur naïf pour autant : lorsqu’on affirmait dans le micro que les manifestants aimaient les homos, tout près de moi quelques jeunes s’insurgeaient « non nous pas trop…», et le service d’ordre mis en place par les organisateurs a dû interdire à des groupes de brandir telle ou telle banderole portant des slogans trop contestataires. La forte présence policière avait aussi réussi à dissuader les plus acharnés. Ce dimanche, à la différence des jours précédents, la violence n’était pas au rendez-vous, mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’a pas été utilisée par de mêmes groupes lors de rassemblements précédents. À cette violence dans les rues, qu’il ne semble pas falloir réduire à quelques groupes d’extrême droite, s’ajoute une violence verbale qui n’a eu de cesse de s’exprimer ces jours derniers y compris au sein de la droite parlementaire. Deux jours avant, suivant les débats de l’Assemblée nationale, j’ai pu entendre un député reprendre mot à mot des idées que Charles Maurras développait à propos de la différence entre « le pays réel » et « le pays légal » et ce dimanche, une pancarte contenait la même référence. On se demande bien quelle « divine surprise » peuvent attendre celles et ceux qui reprennent les paroles de Maurras ?


[1] P.Artières, Vie et mort de Paul Gény, Paris, Seuil, 2013.

[3] G.Lenclud, L’Universalisme ou le pari de la raison. Anthropologie, histoire, psychologie, Paris, Ehess, Gallimard, Seuil, 2013

Un billet de transition: ralentir le mouvement et appuyer sur pause?

 

déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite
déserter les archives et le bureau pour mieux y revenir ensuite

Il y a quelques jours je me suis rendu compte un peu par hasard qu’il y aura bientôt cent billets sur ce carnet de recherche ! J’ai trouvé cette information étrange, je ne croyais pas du tout en avoir  autant. Cela m’a obligé également à m’interroger à nouveau sur cette pratique publique d’écriture qui accompagne un travail souterrain de rédaction de thèse, et qui n’a rien d’évident pour de nombreuses personnes. Travail souterrain ? En ce moment c’est plutôt d’ailleurs un travail enlisé, une période où rien ne vient facilement et où les choses à écrire s’accumulent, avec le retard et toutes les autres petites contrariétés. J’avais prévu un programme de billets sur le centenaire du congrès de 1913 à Brest et je me suis arrêté en plein milieu comme presque à bout de souffle. Mais ce que j’aime aussi ici, c’est que cela n’a pas grande importance, ne pas tenir son planning ou arrêter d’écrire parce que cela ne vient pas. Du coup, ce carnet en ligne, comme les autres carnets de papier que j’ai sous le bras, permet aussi de pratiquer une forme particulière d’écriture, l’écriture-refuge, celle qui permet de vivre la période de « soudure » sans trop de difficultés, de continuer à avancer dans cette période de repli.

En ce moment la phrase qui est la plus difficile à entendre est « alors tu finis quand ta thèse ? ». Je ne sais pas mais le plus important, c’est que malgré tout, ça avance ! C’est pourquoi les deux prochains billets qui compléteront cette première série de 100 seront plus que les autres ancrés dans l’actualité, dans le présent, non pas parce que je considère dans un facile raccourci que l’histoire aide à comprendre le présent, mais tout simplement parce que c’est ce présent qui pour le moment est au centre de mes réflexions. Après, le travail de recherche pourra reprendre pleinement.

Le 99e billet s’intitulera « Ceci n’est pas du fascisme : observation ethnographique d’une manifestation ». Il faudra attendre au mieux dimanche soir pour le lire puisqu’il sera basé  sur la manifestation des anti-mariage pour tous qui aura lieu le même jour. Travaillant sur des manifestations de l’entre-deux-guerres, sur ces micro-dynamiques de mobilisations collectives qui parfois utilisent des actions violentes, il me paraît utile de confronter mon travail d’historien en cours à ce type de manifestations actuelles qui mobilisent de plus en plus des moyens radicaux.

Le 100e billet reviendra lui évidemment sur le centenaire du congrès socialiste de Brest en 1913 et aura pour titre : » De passage à Marseille pour revenir à Brest ». Là aussi je partirai du présent car je parlerai davantage d’un autre congrès récent auquel j’ai participé. Non pas que je souhaite évoquer réellement ce présent personnel : il s’agira plutôt d’interroger cette antienne un peu paresseuse du rôle de l’histoire comme clé de compréhension du présent . Le livre récent de Gérard Lenclud  L’universalisme ou le pari de la raison  sera dans ce domaine mon guide.

Il faudra ensuite aller au-delà du chiffre 100 et surtout trouver la réponse à cette fameuse question  » tu finis quand alors ta thèse ? ».

23 mars 1913: début des Pâques socialistes à Brest

Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur ce évènement. Photo DR, coll.particulière.
Le compte-rendu sténographique du congrès de 1913 est la source essentielle sur cet évènement. Photo DR, coll.particulière.

Lors du congrès socialiste de Brest, chaque fédération départementale est représentée par un nombre de délégués qui varie selon le nombre d’adhérents.  Plusieurs des militants présents sont connus à cette date, certains le deviendront plus tard. Ainsi, sont venus Jean Longuet, Pierre Renaudel, Francis de Pressensé, mais aussi Sixte-Quenin, Bracke, Jacques Sadoul, Rappoport ou encore Édouard Vaillant. D’autres leaders socialistes sont absents, tant l’actualité politique, entre la discussion de la loi des trois ans et le remaniement ministériel, oblige de nombreux socialistes à reste à Paris. C’est en particulier le cas de Jean Jaurès, mais aussi de Jules Guesde ou de Marcel Sembat. Pour ce qui est des délégués bretons, on constate  que la fédération du Finistère, organisatrice du rassemblement, a le droit d’être représentée par davantage de délégués, cinq au total. Le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine quant à eux, sont représentés par une seule personne, ce qui montre la faiblesse du nombre d’adhérents dans ces départements. Plusieurs des délégués sont jeunes et c’est la première fois qu’ils assistent à un congrès national: c’est le cas du nouveau responsable fédéral du Morbihan, Louis Bonneaud, mais aussi d’Octave Brilleaud qui représente la fédération des Côtes du Nord. Cela illustre le renouvellement des fédérations bretonnes qui, avant 1914, sont en développement .Elles reposent sur de jeunes militants qui vont être touchés de plein fouet par les années de guerre, ce qui parfois rend plus délicate la connaissance des parcours de ces militants. Mais plutôt que de citer l’ensemble des délégués bretons, je voudrais  m’arrêter sur l’un d’entre eux moins connus que d’autres.

Un inconnu breton au congrès : Cymerman

Il s’agit de Bernard Cymerman, mais l’écriture de son nom est bien souvent fluctuante ce qui renforce la difficulté à trouver des données sur lui. Ce militant du sud du Finistère apparaît à partir des années 1910 dans la fédération socialiste et il est désigné régulièrement  comme délégué aux congrès nationaux. Après 1914, il disparaît par contre totalement des documents socialistes. On trouve en conséquence bien peu de traces de lui, du moins en apparence. Le nom de ce militant m’a bien sûr interrogé, il m’a fallu chercher davantage de précisions. Il a ainsi droit à une série de rapports de la police que l’on peut lire aujourd’hui dans les archives départementales de Quimper. J’ai aussi retrouvé un de ses descendants, qui n’a pas voulu pour le moment donné suite à mes demandes de renseignements. Mais  j’en sais toutefois davantage : Cymerman est d’origine polonaise et est venu en Bretagne afin de mener une étude ethnographique sur le pays bigouden. Il s’installe dans le Finistère et organise la propagande socialiste dans le sud du département. Il est clairement marxiste, un jeune intellectuel que l’on remarque mais que l’on peut aussi redouter. C’est en particulier le cas de l’homme fort de la fédération, Émile Goude qui semble mal voir son intelligence et sa connaissance théorique du socialisme. Marcel Cachin, délégué à la propagande du parti socialiste, en fait le portrait suivant dans ses carnets :

« Jeune Polonais (du PS polonais) [il] fait une thèse sur les Bigoudens et est venu de l’université de Zurich pour la préparer à Pont l’Abbé. Il y a formé un groupe socialiste et lui a fait prendre des ordres du jour d’ordre marxiste. Aussi est-il en lutte avec Goude. Il est venu à la réunion de Rosporden pour se mettre en rapport avec moi. [1]»

Aux côtés de ce délégué qui représente le Finistère, mais qui est Polonais, on trouve a contrario des militants qui eux sont originaires de la région même s’ils sont les représentants d’autres départements. Marcel Cachin, militant né dans les Côtes du Nord qui garde toute sa vie des racines bretonnes,  est délégué de la fédération de la Charente inférieure. Jean-Marie Baco, quant à lui, est né à Lorient. Il a participé à la création de la fédération du Morbihan en 1907 mais il est installé depuis 1910 en Tunisie, où il dirige le groupe socialiste tout en gardant des liens forts avec son département d’origine. Baco est lui aussi délégué à Brest. C’est encore le cas du représentant de l’Yonne Gustave Hervé, né dans le quartier brestois de Recouvrance et véritable «héros» local pour de nombreux socialistes du cru.

Tous ces délégués sont arrivés depuis quelques jours dans la ville de Brest. On escomptait toutefois davantage de monde. Plus de 400 représentants socialistes étaient attendus, moins de la moitié devaient finalement se rendre dans le Finistère. Le rassemblement devait durer 8 jours, mais trois jours suffiront.

Les sources

Pour connaitre le déroulement du congrès de Brest, on doit tout d’abord se référer aux rares études historiques portant sur le sujet. La seule étude spécifiquement consacrée au congrès de 1913 est à ma connaissance l’article de l’actuel maire de Brest François Cuillandre « la Sfio à l’heure du congrès de Brest ( 23,24,25 mars 1913 »[2] mais on peut aussi utiliser le numéro spécial des Cahiers Jaurès portant sur  les années 1905-1914 de la Sfio[3] ou encore la publication collective de C.Bougeard, G.Gramoullé, M.Lucas et J.J.Urvoas  les Socialistes dans le Finistère ( 1905-2005).[4]

Les sources principales sur ce sujet sont toutefois des sources primaires, au premier rang desquelles se trouve le compte-rendu sténographique du congrès qui paraît quelques mois après le congrès[5]. Il y a d’ailleurs lors de ce congrès une discussion pour savoir s’il faut continuer à publier les compte-rendus sténographiques qui peuvent être souvent très longs, ou s’il ne vaut pas mieux publier simplement un résumé des discussions. Pour le chercheur, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique complet est bien sûr une énorme chance et ce type de document est une mine d’informations. On peut y trouver la liste des délégués, avoir des tableaux comparatifs des cartes d’adhérents de tous les départements, lire l’ensemble des rapports déposés au Conseil national du parti et surtout la totalité des discussions. Bien sûr, le fait de disposer d’un compte-rendu sténographique oblige à se poser la question pour savoir si réellement la totalité des propos est reprise par écrit. C’est pourquoi à ce document doivent être ajoutés les nombreux rapports de police rendant compte de évènement  De ce point de vue, les archives départementales sont particulièrement riches puisque on dispose de plusieurs résumés très précis sur les journées de congrès[6].On peut  ainsi connaître certains aspects restés dans l’ombre du compte-rendu officiel. L’ensemble documentaire doit aussi être complété par d’autres publications socialistes, que ce soit le quotidien national l’Humanité ou les publications locales de la Sfio, en Bretagne (Le Cri du Peuple pour le Finistère, ou bien encore le Rappel du Morbihan) mais aussi dans les autres départements. C’est le cas par exemple du journal de la fédération Sfio de Seine-et-Oise La Lutte sociale  qui contient plusieurs articles très intéressants sur le déroulement du congrès de 1913.

Mais comment maîtriser l’espace public socialiste lors du congrès ?

Brest est une municipalité socialiste depuis 1912, après avoir connu une première expérience malheureuse quelques années auparavant. La ville a également amené au parlement un député de la Sfio depuis 1910. En ouvrant le congrès, le maire de la ville, Masson, revient  sur cette histoire encore récente et tumultueuse de l’implantation du socialisme dans l’extrême-ouest breton. Mais surtout, il faut ici s’interroger sur la gestion par la commune de cet évènement  Plusieurs fois inquiété par les autorités, Masson vient de perdre son autorité de maire dans le domaine de la gestion de la police qui est directement exercée dorénavant par l’Etat et  par la préfecture maritime. Cette sanction est une illustration des relations difficiles et compliquées que la municipalité Sfio entretient avec le pouvoir central. Mais c’est encore plus le cas lorsqu’on aborde les relations avec la presse locale. La Dépêche de Brest, qui est le quotidien le plus lu dans la ville, est fermement hostile aux socialistes et lorsque ce journal évoque le congrès, c’est avant tout pour dénigrer l’action municipale et l’idéologie socialiste. C’est pourquoi Masson et son équipe savent qu’ils doivent parfaitement réussir l’organisation de ce rassemblement national. La question de la logistique du congrès sera, entre autres éléments, abordée dans le prochain billet, mais voici une photographie de la salle de réunion pendant le congrès qui permet de connaître les lieux. Cette photographie est parue dans l’Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière qui est publiée sous la direction de Compère-Morel[7].

La salle du congrès ( Tome II de l'encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)
La salle du congrès ( Tome II de l’encyclopédie socialiste, syndicaliste et coopérative p.274.)

La salle choisie est  un grand espace situé à l’Hôtel de ville. Toute l’organisation a été soigneusement préparée comme on pourra le voir dans le prochain billet. Pourtant comme l’écrit un des délégués après le congrès, André Lebey représentant de la Seine-et-Oise, ce congrès est un échec cuisant :

« Quel triste spectacle nous y avons donné ! Je regardais les bonnes figures des militants venus assister à nos délibérations et j’y surprenais une stupeur nouée, une désillusion profonde, tandis que nous nous disputions sans fin – et sans ménagement. Les Bretons sont des croyants. Certains ont quitté la religion pour nous. Prenons garde qu’ils y retournent.[8] »

Le congrès de Brest commence en effet lors du week-end pascal, comme pour montrer en Bretagne et ailleurs que le socialisme devait remplacer le christianisme et incarner une nouvelle «religion». Mais comme ce témoin le souligne, le congrès va être davantage le théâtre de querelles nombreuses au point qu’il sera écourté. La suite de ce centenaire de papier Brest 1913-2013 le montrera.


[1] Marcel Cachin le 23 août 1911 in  Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993.

[2]  Cette étude est parue dans un ouvrage collectif, Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, 1994, p.27-34. Monange a été un de mes professeurs d’histoire contemporaine à l’UBO de Brest. Son enseignement m’a beaucoup appris.

[3] Cahiers Jaurès « les débuts de la Sfio », n°187-188, 2008. On peut lire le sommaire de ce numéro ici.

[4] C.Bougeard et alii, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éditions Apogée, 2005. Ce livre a été publié lors du centenaire de la Sfio ; bonne synthèse souvent très utile, cette publication n’est toutefois pas exempte d’approximations parfois dommageables pour la connaissance du milieu socialiste dans ce département.

[5] 10e congrès national tenu à Brest, 23-24-25 mars 1913, Parti Socialiste, 1913.

[6] Les rapports sur le congrès de Brest sont rassemblés dans le dossier 1M 218 qui porte sur l’activité des socialistes dans le département. Comparé à d’autres archives départementales de Bretagne, on doit reconnaître que ces archives ( ainsi que le dossier suivant 1M 219) sont très riches et permettent de bien connaître le milieu partisan socialiste dans le Finistère

[7]  Cette photographie se trouve dans le Tome II de cette Encyclopédie intitulé La France socialiste qui est un très important document sur les fédérations de la Sfio avant et après la guerre de 14. On peut en consulter les volumes en ligne ici

[8] « Bon sens » article de André Lebey, La Lutte sociale de Seine-et-Oise, 5 avril 1913.

De la butte du Chapeau-Rouge à Brest : «ces innombrables langues de feu» contre la guerre (mars 1913)

Le congrès de la Sfio débute le 23 mars 1913.Une semaine auparavant, la ville de Rennes a été le théâtre d’affrontements entre les socialistes et les nationalistes. Il faut dire que les opposants à la guerre depuis 1912 occupent l’espace public pour montrer leur mécontentement. Le projet de loi sur les trois ans accélère encore la mobilisation. Le congrès du parti socialiste s’ouvre dans ce contexte particulier. Une semaine auparavant, les opposants ont également manifesté dans un lieu qui devient peu à peu le symbole de cette mobilisation, la butte du Chapeau-Rouge au Pré-Saint-Gervais. Il paraît important nécessaire ici de revenir tout d’abord sur cette fameuse loi des trois ans avant de voir comment les opposants vont, de la butte du Chapeau-Rouge à Brest la Rouge, se mobiliser contre cette loi et contre la guerre.

La loi des trois ans

Il s’agit de faire passer dans cette loi militaire la durée du service de deux à trois ans afin de faire face à la menace allemande que l’on perçoit plus présente depuis 1911. Au début de l’année 1913, l’Empire allemand a organisé l’augmentation de ses effectifs militaires et les responsables de l’armée française désirent en conséquence obtenir le même nombre de soldats. Une loi des trois ans est la solution la plus simple afin de rivaliser avec l’armée du Reich. Il faut dire que pour de nombreux responsables de l’État-major, ce qui fait la force d’une armée, c’est son nombre et que, partisans d’une stratégie basée sur l’offensive avant tout, les généraux ont besoin dans cette optique des effectifs les plus larges possibles. Début mars, le projet de loi est soutenu par le gouvernement et le débat peut avoir lieu. Les opposants les plus vifs sont les socialistes, à la Chambre, mais aussi dans tout le pays. Cette loi est pour eux le symbole du militarisme, de la force outrancière de l’armée et c’est aussi l’occasion de mobiliser l’ensemble du mouvement ouvrier contre ce projet en réactivant leur antimilitarisme et leur pacifisme. De plus le gouvernement Briand qui est à l’initiative du projet doit faire face à des difficultés avec ses soutiens, ce qui entraîne d’ailleurs son renversement le 18 mars, élément qui jouera aussi dans le déroulement du congrès de Brest.

La butte du Chapeau-Rouge

manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr
manifestation au Pré-Saint-Gervais, 16 mars 1913.Source : gallica.bnf.fr

Commune limitrophe de Paris et tenue par les socialistes, le Pré-Saint-Gervais devient l’espace symbolique de cette mobilisation contre la loi des trois ans et contre la guerre. La première manifestation a lieu un peu avant la tenue du congrès de Bâle et ensuite la butte du Chapeau-Rouge devient  le site habituel de rassemblement des opposants. Ainsi le 16 mars 1913 se déroule le premier grand rassemblement contre le projet de la loi des trois ans. Ce n’est pas encore la manifestation du mois de mai de la même année qui est restée célèbre grâce aux nombreuses photographies montrant Jaurès haranguant la foule. Pourtant, l’Humanité décrit cette manifestation comme un temps fort de l’opposition des socialistes au projet de loi, tout comme le congrès national qui doit avoir lieu une semaine plus tard. On dispose pour cette manifestation de quelques photographies et surtout d’un témoignage écrit plusieurs années plus tard par un jeune homme de 17 ans à l’époque, André Breton qui assiste ce jour-là à la manifestation :

«Le drapeau rouge, tout pur de marques et d’insignes, je retrouverai toujours pour lui l’œil que j’ai pu avoir à dix-sept-ans, quand, au cours d’une manifestation populaire, aux approches de l’autre guerre, je l’ai vu se déployer par milliers dans le ciel bas du Pré Saint-Gervais. Et pourtant – je sens que par raison je n’y puis rien – je continuera à frémir plus encore à l’évocation du moment où cette mer flamboyante, par places peu nombreuses et bien circonscrites, s’est trouée de l’envol de drapeaux noirs(…)Dans les plus profondes galeries de mon cœur, je retrouverai toujours le va-et-vient de ces innombrables langues de feu dont quelques-unes s’attardent à lécher une superbe fleur carbonisée. »[1]

Dans ce passage, André Breton, outre la poésie que lui évoquent  les drapeaux rouges et noirs transformés en «langues de feu», insiste sur l’union des socialistes, des syndicalistes et des anarchistes dans ce large mouvement d’opposition à la guerre. Bien que très souvent en désaccord, les différentes composantes du mouvement ouvrier retrouvent en effet une unité d’action qui fait peur aux autorités de l’État et aux partisans de la loi des trois ans. Pourtant, loin d’être totalement unis sur la question de la guerre, les socialistes doivent aborder la question de la position à défendre dans ce débat. Le congrès de Brest arrive à point nommé pour discuter de ce sujet. Cela va d’ailleurs éclipser tous les autres sujets de discussion.

En route vers le congrès socialiste de Brest

Il est prévu que le rassemblement socialiste dure toute une semaine. 400 délégués sont invités, mais à peine la moitié assiste réellement au congrès dans la ville de l’Ouest breton. Surtout plusieurs ténors, au premier rang Jean Jaurès, doivent rester à Paris car la formation d’un nouveau gouvernement doit être discutée à la Chambre des députés. Pourtant, la fédération socialiste a tout fait pour organiser au mieux le congrès. Si Jaurès est absent, un autre grand leader socialiste est bien présent et il fait figure d’enfant du pays, puisqu’il s’agit de Gustave Hervé, qui est né à Brest en 1871 et qui connaît parfaitement la ville. Surtout, Hervé incarne la tendance anti-militariste de la Sfio, l’opposition radicale à la guerre et à l’armée, lui qui a passé plusieurs séjours en prison pour s’être opposé fermement au nationalisme et à l’armée. Mais même sur ce point, la période est déterminante car Gustave Hervé est en train d’amorcer un revirement idéologique sur ces questions qui l’amèneront quelques mois plus tard à devenir un partisan acharné du nationalisme.

Mais avant, la ville se pare de rouge, de nombreuses enseignes aux couleurs de la Sfio sont déployées dans toutes les rues. C’est l’ensemble du mouvement ouvrier qui est concerné par l’événement, y compris les syndicalistes de la Cgt ou les anarchistes, même s’ils regardent cette préparation avec distance. A la bourse du travail, on a ainsi prévu une soirée cinématographique : une nouvelle «arme» de propagande contre la loi des trois ans va ainsi être expérimentée devant un public que l’on pense conquis d’avance. Dans de nombreuses villes avoisinantes, on a également prévu des meetings avec des leaders nationaux de la Sfio. Les autorités, elles aussi, dans ce contexte d’opposition à la loi des trois ans font au mieux pour encadrer la venue des socialistes de toute la France. Enfin à l’arsenal de Brest, on met la dernière main sur le cuirassé Bretagne qui va être lancé dans quelques semaines. Peu à peu, les délégués socialistes arrivent en ville. C’est aussi le cas du délégué du Spd allemand Hermann Molkenbuhr. Dans son journal, le premier sentiment à propos de ce congrès qu’il mentionne est que Brest est très loin de Paris : 12 heures de train ! Le dimanche 23 mars, à 10h50, la première séance débute. 100 ans plus tard, j’évoquerai donc dans les prochains billets le déroulement de ce congrès brestois qui ne se passe pas du tout comme prévu.


[1] André Breton, Arcane 17, Paris, éditions 10-18, 1965, p.14-15.

«C’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants»: une manifestation socialiste à Rennes en mars 1913

Extrait de la Une de l'Humanité, 17 novembre 1912
Extrait de la Une de l’Humanité, 17 novembre 1912

Le mouvement ouvrier, en s’opposant à la guerre durant la période 1912-1914, adopte une multitude de pratiques qu’il est difficile de considérer comme étant toutes identiques. Il faut pourtant reconnaître que la mobilisation contre les trois ans qui atteint son paroxysme en 1913 parvient à cacher ces nombreuses divergences puisque l’union du mouvement ouvrier dans son ensemble est alors valorisée. Ainsi, si les membres de la Sfio, les syndicalistes de la Cgt, mais aussi  les anarchistes se retrouvent sous une même bannière contre la guerre, il ne faut pas perdre de vue que leurs opinions sur ce sujet ne sont pas identiques. Cela peut être également le cas au sein d’une même organisation : les socialistes sont eux-même divisés sur l’attitude à avoir face à la guerre. Faut-il s’opposer par tous les moyens au militarisme et aux armements? Faut-il au contraire être en faveur de la défense nationale tout en étant pacifiste ? Au fonds, qu’est-ce signifie cette identité pacifiste si souvent et fièrement revendiquée avant le premier conflit mondial ? Ce ne sont là que quelques interrogations qu’il faut approfondir si on souhaite  avoir une vision plus exacte du mouvement en faveur de la paix avant 1914. Plusieurs travaux déjà anciens comme ceux de J.J. Becker ou J.Julliard ont posé des jalons précieux pour aborder ce sujet. Cependant, lorsqu’on souhaite analyser cet aspect sous un angle plus localisé en retraçant la micro-dynamique de la mobilisation contre la loi des trois ans, il semble nécessaire au moins pour partie de reprendre certains points.

Comment être antimilitariste dans un port de guerre ou un arsenal ?

            La mobilisation contre la loi des Trois ans est développée à la suite du congrès socialiste international de Bâle. La tenue du congrès de la Sfio à Brest en mars 1913 s’inscrit dans le temps de cette mobilisation sociale aux contours multiples. Chaque semaine, des manifestations ou des meetings se tiennent  depuis 1912 dans l’ensemble du territoire français. En Bretagne, on retrouve de tels rassemblements à répétition bien que le contexte soit particulier. En effet, les plus grands centres urbains, qui sont également les principaux lieux d’implantation du mouvement ouvrier, sont marqués par les activités militaires : Brest, Lorient et Rennes, mais aussi d’autres lieux comme la poudrerie de Pont-Buis par exemple, disposent d’arsenaux qui sont bien souvent le principal employeur du lieu. Il y a donc ce premier paradoxe qu’il faut aborder, à savoir que la mobilisation contre la guerre se fait justement dans des lieux où les principales activités économiques sont intrinsèquement tournées vers l’industrie militaire. D’ailleurs, lorsque le maire de Brest ouvre le congrès socialiste en 1913, il éprouve le besoin de préciser  l’environnement particulier de la ville:

 « Je souhaite que cette ville de Brest qui est au milieu des instruments de destruction et de carnage, des instruments de meurtre, voie la première sortir une résolution qui, mise en pratique, empêchera les guerres entre les nations européennes. [1]»

Au delà d’une typologie des positionnements des militants socialistes sur la question de la guerre et de la paix, c’est justement ici l’étude d’une mise en pratique qui m’intéresse.

La mise en pratique d’une manifestation pacifiste

La manifestation socialiste de Rennes a lieu le 14 mars 1913. Un jour auparavant, de nombreux étudiants de la ville se sont réunis pour soutenir le projet de loi des Trois ans et s’opposer à toute forme de pacifisme. Selon eux, la France avait besoin de cette loi pour faire face aux pays ennemis et il n’était pas question de s’opposer aux trois ans de service militaire, un sacrifice certes pour la jeunesse, mais surtout une obligation face aux dangers de l’époque.

La mobilisation rennaise contre les trois ans doit donc être située dans ce contexte mouvementé où les appels à manifester d’un côté ou de l’autre sont nombreux et où les autorités s’inquiètent de plus en plus de ce mouvement contre les trois ans. J’ai pris connaissance il y a seulement quelques mois de cette manifestation dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international qui l’évoque juste avant le résumé du congrès de Brest.[2]

Cela m’a dans un premier temps interrogé : la France connaît au même moment une série de rassemblements bien plus importants que celui de Rennes ; que ce soit à Toulouse, Lyon, Lille ou au Pré-Saint-Gervais, les socialistes ont été beaucoup plus nombreux à s’opposer à la loi des trois ans, souvent portés par des discours des leaders de la Sfio. Rien de tout cela à Rennes, alors pourquoi retenir cette date dans une chronique résumant pour l’Internationale socialiste l’actualité du parti en France ? Sans doute parce que lors de ce rassemblement, partisans et opposants de la loi des trois ans se sont affrontés physiquement et que les premiers plus nombreux ont alors montré leur force contre les nationalistes et leur superiorité.

La réunion contre la loi des trois ans a lieu à la bourse du travail de la ville. Organisée conjointement pour la Sfio et la Cgt, elle est dirigée d’un côté par Charles Bougot, conseiller municipal et l’homme fort des socialistes rennais depuis le début du siècle, et par Ernest Chéreau, militant de la Cgt. Cela montre l’union des deux forces principales du mouvement ouvrier même si leurs points d’opposition sont nombreux à l’époque. Surtout dans la région, de nombreux militants sont en réalité membres des deux organisations. Enfin, en ce qui concerne la Sfio, il faut bien garder en tête que les socialistes sont peu  nombreux à cette période à Rennes et dans le département de l’Ille-et-Vilaine et que s’ils souhaitent lancer un mouvement de masse, cela implique l’appel à d’autres groupes militants.

Un millier de personnes assiste à la réunion. À peine celle-ci a-t-elle débutée que 200 ou 300 étudiants nationalistes arrivent, drapeaux français déployés et vindicatifs. La réunion se transforme en une immense bagarre dans un premier temps dans la salle, puis ensuite dans les rues avoisinantes. Le compte rendu de La Dépêche de Brest, toujours à cette époque très hostile à l’ensemble du mouvement ouvrier mérite ici très cité :

« À la sortie les étudiants patriotes se formèrent en cortège, mais les syndicalistes alors renforcés de nombreux apaches réussirent par une habile tactique à isoler les premiers rangs de tête où se trouvaient les drapeaux tricolores. En un instant, ceux-ci furent lacérés, brisés piétinés cependant que dix ou douze étudiants qui formaient en quelque sorte la garde d’honneur étaient odieusement lynchés »[3]

Quelle signification donner à cette « mêlée[4] » ?

On notera l’association entre les opposants à la loi des trois ans et des «apaches», mot de l’époque pour désigner ce qu’aujourd’hui on appellerait « casseurs » ou « voyous ». Dans la logique anti-socialiste  de ce journal, il est nécessaire qu’à ces manifestants se soient joints des délinquants, manière de porter le discrédit sur l’ensemble du mouvement ouvrier. Plus important peut-être ici, on peut également relever la mention d’une possible tactique des socialistes et des syndicalistes pour s’opposer aux étudiants nationalistes. Cela supposerait un dispositif dont on aimerait mieux connaître les composantes. Mais une telle tactique est-elle seulement réelle et ne s’agit-il pas plutôt d’un simple réflexe de défense collective ? Toujours est-il que dans le bulletin périodique du BSI, cette manifestation est mise en avant parce qu’elle illustre une réussite dans la mobilisation des socialistes contre des adversaires. Une semaine avant le congrès national, la Sfio montre dans la région bretonne qu’elle tient le haut du pavé et qu’elle sait faire face aux partisans de la loi des trois ans. Les socialistes pacifistes et antimilitaristes peuvent se montrer violents si les circonstances l’obligent. C’est assez pour inquiéter les autorités à Rennes, Brest ou ailleurs. Mais c’est aussi un signal d’alarme pour les socialistes : sur quoi peut aboutir cette grande mobilisation contre les trois ans ? Le congrès national arrive à point nommé pour tenter de régler la question.


[1]Intervention d’ H.Masson, 10e Congrès socialiste de Brest, 23-25 mars 1913, compte rendu sténographique, Paris, 1913 p.83-84.

[2] Voir Bulletin périodique du BSI, 1909-1913, introduction de G.Haupt, Genève, Minkoff reprint, 1979.

[3] La Dépêche de Brest, 16 mars 1913. Depuis quelques semaines, ce quotidien est disponible à la lecture en ligne . Bien que journal d’informations, durant une bonne partie de la période sur laquelle je travaille, la Dépêche est farouchement anti-socialiste. Cela implique des considérations très négatives pouvant aller jusqu’à l’énoncé de faits erronés. C’est pourquoi l’utilisation de ce quotidien doit être toujours associée à d’autres sources d’informations.

[4] Le terme « mêlée » est utilisé dans le compte-rendu du bulletin du BSI.

NB : la citation du titre « c’est alors que les pacifistes se révélèrent de fougueux belligérants » provient d’un compte rendu de la manifestation paru dans Ouest-éclair le 16 mars 1913.

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .


[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.

À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913
Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.

«16 septembre.Pluie battante toute la journée»: tenter une micro-histoire de la guerre

couverture du JMO 87e RIT
couverture du JMO 87e RIT

Parmi les sources que je repousse souvent d’utiliser, il en est deux qui pourtant sont souvent très utiles, même si leur utilisation est très souvent fastidieuse. Il s’agit d’une part des délibérations de conseils municipaux, et d’autre part des JMO, les fameux Journaux de Marche et d’Opérations qui relatent, pour un grand nombre d’unités de l’armée française, les opérations effectuées durant la Première Guerre mondiale. Ces deux types de sources sont souvent en ligne, c’est en particulier le cas des JMO. En ce qui concerne les délibérations de conseils municipaux, les lire et les exploiter, c’est entrer dans le quotidien d’une ville avec tout ce que cela signifie de routinier : c’est foisonnant, très technique souvent mais on peut aussi comprendre beaucoup de choses surtout lorsqu’on étudie des parcours militants.

Le maire socialiste de Brest au combat

Sur un point, je savais qu’il me faudrait combiner ces deux types de sources : il s’agissait du parcours d’Hyppolyte Masson, le maire socialiste de Brest en 1914. Mobilisé, il a fait la guerre dans un régiment de l’infanterie territoriale, unité réservée aux plus âgés des mobilisables. Mais malgré son importance locale, je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait que très peu de choses sur son parcours durant la Première Guerre mondiale. Lui-même, d’ailleurs, ne semble pas avoir souvent évoqué sa participation à la guerre, contrairement à d’autres élus socialistes qui comme lui furent mobilisés. Il me fallait donc combiner les deux champs de la recherche en histoire, l’histoire politique du socialisme et l’histoire militaire, ce qui passait par l’utilisation croisée du JMO de son unité de rattachement et des délibérations du conseil municipal de Brest.

Mais le premier écueil – et ils furent nombreux- pour mieux connaître l’action de Masson durant la guerre fut de trouver son régiment ! La notice du Maitron explique en effet qu’il a effectué toute la guerre dans le 128e régiment d’infanterie territoriale. Donc a priori, cela semblait facile. Mais une chose me gênait : ailleurs, dans d’autres archives, j’avais trouvé qu’il était mobilisé non pas dans le 128e mais dans le 87e RIT ! Première question : comment en savoir davantage ? Un principe de réalité s’est imposé toutefois ici : tout d’abord le JMO du 128e RIT n’existe pas, et ensuite ce régiment a pour lieu d’implantation le sud de la France. Dans un premier temps, au moins, la mobilisation est conçue pour que chaque soldat rejoigne une unité dont la base est près de chez lui, donc cela semblait étonnant, surtout qu’a contrario le 87e RIT lui était établi à Brest. Donc j’ai décidé qu’il fallait mieux regarder de ce dernier régiment et laisser de côté la piste du 128e. Evidemment, cela peut paraître un détail, une erreur bien bénigne mais cela illustre également que les deux champs historiques – l’histoire militaire et l’histoire sociale- ne se croisent pas toujours, et je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai encore bien du mal à me repérer dans les méandres de l’organisation militaire française durant le premier conflit mondial. Mais les deux chiffres différents peuvent s’expliquer par une légère confusion : le 87e RIT semble être à sa dissolution rattaché à la 128e division – et non pas régiment- d’infanterie, c’est du moins ce qui apparaît dans les dernières pages du JMO du 87e.

Ce que contient le JMO du 87e RIT

Bon, maintenant que j’avais appris cela, je pouvais lire ce fameux JMO. Le site Mémoire des Hommes présente ce corpus dans son ensemble en précisant bien plusieurs aspects : anonyme, mais rédigé par un officier de l’unité, le journal est dépourvu de «tout commentaire ou appréciation personnelle» et il obéit à des règles très strictes de rédaction. Aussi la lecture du journal du 87e RIT allait me réserver quelques surprises. Je l’ai lu puisque le maire de Brest était mobilisé dans ce régiment dès août 1914 et le journal permet d’entrer dans le quotidien du régiment.

Les territoriaux qui le composent arrivent dans les premiers jours d’août et sont répartis dans plusieurs bataillons soit à Ouessant, soit dans la presqu’île de Crozon. C’est le moment où l’encadrement se met en place, mais ce qui ressort, c’est toutefois une organisation assez difficile :

« 21 août

Il est difficile de se procurer de la paille, la récolte n’étant pas faite ; il faut faucher et battre ; de même pour les pommes de terre ; pour en avoir, il faut d’abord les récolter ; difficultés aussi pour la viande (…) L’habillement est de bonne qualité, mais mal ajusté (…) les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs »

De nombreux hommes sont pressés de rejoindre le front, mais on répond que le 87e est un régiment de forteresse et doit pour le moment rester en place sur les côtes bretonnes. L’ordre de partir arrive le 24 août, d’abord direction Paris puis le front. Le régiment change de lieu tous les jours entre fin août et début septembre sans participer aux combats. Le 15 septembre, le régiment complété par l’arrivée des derniers permissionnaires qui étaient restés dans un premier temps à Brest, s’établit à Dammartin :«Dammartin a été en partie pillé par les maraudeurs. La population attribue ce pillage aux troupes de passage. L’accueil est y plutôt froid. ». Le lendemain, les soldats découvrent pourquoi ils sont arrivés là :

« 16 septembre. Pluie battante toute la journée.

Alors commence pour le régiment la lugubre corvée de l’ensevelissement des morts. Ils sont là depuis 8, 10 ou même 12 jours. Et la bataille de la Marne a été terrible. Au bas mot 8000 ou 10 000 morts, au deux tiers des Français. Une compagnie française a été surprise à la ferme Roujon en état d’ivresse. Elle a été égorgée. Un détachement de la même force a été massacré dans les mêmes conditions au château de Ponchard. Ce sont des zouaves. Il a été anéanti. Nos pauvres petits soldats ont tous été dévalisés par des maraudeurs depuis qu’ils gisent sur le champ de bataille. Leurs poches de pantalon sont retournées ou coupées. »

C’est donc le premier vrai contact avec la guerre pour le 87e RIT et le rédacteur du journal évoque ensuite l’attitude des territoriaux chargés d’enterrer les morts après les combats très violents:

«Nos petits Bretons accomplissent pieusement ce triste et répugnant devoir. MM les officiers et MM les docteurs leur montrent l’exemple. Que c’est triste la guerre ! Surtout quant on l’ausculte froidement sur un champ de bataille vieux de 10 jours. Les chevaux exhalent une odeur pestilentielle, près de laquelle celle des hommes n’est rien. »

On peut voir dans ces extraits que la règle officielle qui fait du JMO un compte rendu purement objectif des faits ne semble pas ici du tout respectée, l’auteur des lignes laissant entrevoir bien des appréciations personnelles. Les jours suivants, le régiment poursuit cette tâche, l’auteur du JMO se plaint du manque de soutien logistique. A la fin du mois de septembre, les combats sont très proches du cantonnement du régiment :

« 28 septembre

Depuis huit jours on entend le canon (grosses pièces) ; mais on ne marche plus au canon on est pendu au bout d’un satané fil qui vous transmet des ordres que le fil soit rompu, le régiment ne sera pas là. Aussi tout le monde écoute avec énervement et anxiété le bruit de la grosse caisse ; il faut de temps en temps un téso méo, ou quelque gaudriole pour ragaillardir nos pontifiants petits Bretons. Ils vous regardent alors avec leurs grands yeux fidèles, ni chair ni poisson ; ils semblent réfléchir avant de rire, mais quand ils ont bien ri, ca va bien. On les ferait pleurer de même ; mais ne touchons pas cette corde.»

J’ai ensuite lu en entier ce JMO: on peut continuer à y découvrir les nombreuses réflexions de l’auteur, des descriptions du comportement des soldats, le tout écrit avec un ton qui me semble assez éloigné de la sécheresse d’autres JMO et de la distance entretenue par certains officiers qui rédigent ce type de documents.On y découvre en particulier de très nombreuses indications sur les Bretons en guerre et de nombreuses réflexions sur le conflit.

Mais il faut continuer à chercher

Hyppolyte Masson est mobilisé dans ce régiment dès 1914. Il a donc vécu ces faits, il a logiquement sans doute vu ce que raconte le JMO, les premiers jours effroyables au front comme les milliers d’autres petits évènements que l’on peut y lire. C’est du moins ce que je pensais, mais non, du moins pour les premières semaines. J’ai voulu en effet vérifié sa présence et en consultant les délibérations du conseil municipal de Brest en septembre 1914, j’ai pu voir qu’en réalité le maire, même mobilisé, est toujours là à présider le conseil. Au moment où les autres soldats du 87e RIT ramassent les cadavres, Masson est encore dans sa ville. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est indiqué qu’il est absent pour cause de mobilisation, remplacé par son adjoint Ernest Hervagault. Sa situation est d’ailleurs évoquée au sein du gouvernement où l’on s’interroge pour savoir s’il faut le mobiliser au front ou le maintenir comme maire. Début octobre, le préfet maritime de Brest s’insurge contre lui affirmant qu’il continue de se comporter en maire alors qu’il est sous les drapeaux et qu’il n’en a en conséquence pas le droit, en particulier en ce qui conserve les missions de police du maire. Les relations entre les deux hommes sont de toute façon détestables car à plusieurs reprises avant guerre le maire socialiste a remis en cause l’autorité du préfet maritime et il a souvent mis en avant son antimilitarisme. Toujours est-il qu’à la fin de l’année 1914, Masson est au front et qu’il revient à quelques reprises en Bretagne lors de permissions. On en retrouve les traces dans des rapports de police qui mentionnent les réunions de militants qui se déroulent lors de ses permissions. Quant à connaître son parcours de soldat une fois qu’il a rejoint le front, sur ce point il faut que je contente pour le moment de ce que dit le JMO.

Plus globalement, on peut voir ici que restituer un parcours de guerre, ou plutôt que faire une micro-histoire de la guerre, peut se révéler une entreprise difficile à mener. Il ne faut pas en particulier considérer que ce que l’on trouve, ce que l’on affirme, est le reflet exact de la réalité. J’aurais pu en effet penser, affirmer que Masson avait vu les horreurs de la guerre en septembre 1914 tel que le relate le JMO de son régiment. Mais non, il n’était pas là à ce moment. D’autres archives (en particulier celle de Jules Guesde conservés à Amsterdam) permettent d’affiner le parcours de Masson dans les premiers mois de la guerre. Elles existent, et c’est tant mieux. Sans doute aussi que d’autres archives seront un jour utilisées et pourront compléter ce que je relate ici. Peut-être aussi qu’elles n’existent pas, et dans ce cas il faudra se satisfaire des recoupements ici esquissés. Dans tous les cas, cela rappelle que l’historien-ne doit avancer prudemment et qu’on ne doit jamais considérer que ce qu’il raconte est définitif.

« Avec vous de tout cœur. Munitions pour la paix !»: La Révolution Prolétarienne et le mouvement ouvrier en Bretagne

Dans ce numéro de septembre 1935, la RP contient un article sur les émeutes de Brest

J’exploite avec un grand intérêt en ce moment la revue La Révolution prolétarienne qui est disponible sur Gallica. J’avais vu il y a quelques mois que cette revue était en ligne, mais il manquait alors de nombreuses années ; c’est dorénavant presque complet puisqu’il manque seulement deux années (1928 et 1930) mais on peut supposer que cela sera bientôt également mis en ligne.

La Révolution prolétarienne a été fondée en 1925 par Pierre Monatte et incarne l’opposition de gauche au Pcf dans l’entre-deux-guerres pour se rapprocher ensuite du syndicalisme révolutionnaire, comme le sous-titre l’indique («revue bimensuelle syndicaliste révolutionnaire »). On y retrouve la signature de nombreux militants et intellectuels connus pour être très critiques vis-à-vis des grandes organisations du mouvement ouvrier, que ce soit le Pcf, la Sfio ou la Cgt, tout en participant pour chacun d’entre eux aux actions du mouvement ouvrier durant cette période. Leur regard, souvent acerbe mais très bien informé, en fait une source indispensable pour la connaissance de ces organisations et des mouvements sociaux de l’époque.

Trois raisons plus particulièrement me semblent expliquer mon utilisation actuelle de cette revue. Tout d’abord on y trouve de longs reportages sur tel ou tel mouvement de grève qui a lieu dans toute la France et en ce qui concerne la Bretagne, on peut ainsi lire de très bons articles sur les grèves dans les usines sardinières de Douarnenez, sur l’affaire des normaliens de Quimper ou encore sur les journées d’août 1935 à Brest qui ont marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans cette ville. De tels reportages, souvent très longs et détaillés, donnent une vision complémentaire, et parfois plus complète, aux autres sources que l’on peut disposer sur le sujet.

Mais lire la Révolution prolétarienne, qui a priori n’a rien à voir avec la Sfio, permet également de disposer d’informations sur les lecteurs de cette revue et sur des militants qui sont pour certains liés peu ou prou au milieu partisan socialiste. On trouve en effet parmi les lecteurs de cette revue de très nombreux instituteurs bretons qui sont des acteurs importants du mouvement ouvrier dans cette région. Disposer, par les informations contenues dans cette revue, de données parfois difficiles à trouver ailleurs, est une aide précieuse pour l’avancée de mes travaux. Ainsi les instituteurs Cornec, Drapier, Allot, ou bien encore Rollo comptent parmi les auteurs d’articles de la revue. Il ne faut pas non plus négliger les courriers adressés à la revue qui sont souvent publiés et que se révèlent parfois être des militants bretons, comme cet instituteur, Kersulec, dont on publie le court encouragement dans le numéro du 25 octobre 1938 : « avec vous de tout coeur. Munitions pour la paix ! ». Enfin, on dispose régulièrement des comptes de la revue qui sont publiés. On peut ainsi voir qu’à la fin des années Trente, la revue a 10 abonnés dans les Côtes du Nord, 20 dans le Finistère, 6 dans l’Ille-et-Vilaine et 7 dans le Morbihan, soit en tout plus de 40 abonnements sur un total de 1200. Mais la moitié des abonnements concerne Paris et sa banlieue, et du coup si on prend en compte l’ensemble de ces données, on peut affirmer que les départements bretons disposent d’un chiffre relativement important d’abonnés, qu’il faut surtout mettre en lien avec l’ensemble du mouvement ouvrier, peu organisé dans cette région et minoritaire en tout cas dans la sphère politique. C’est toute l’importance de ces enseignants syndicalistes révolutionnaires dont Claude Pennetier a établi un portrait collectif, que l’on mesurer à la lecture de La Révolution Prolétarienne.

Enfin, cette revue contient de nombreux articles d’analyse sur les problèmes de la guerre et la paix. D’une ligne farouchement pacifiste, la RP comme on dit alors, s’oppose à toute forme de nouvelle union sacrée ou encore à toute forme de guerre préventive contre le fascisme et le nazisme. C’est d’ailleurs sur ce point que la lecture devient passionnante et en même temps douloureuse, tant de nombreux militants comme Jean Barrué ou Robert Louzon se montrent partisans de l’ultra-pacifisme au détriment de toute autre considération en se laissant aller à des remarques parfois positives à l’encontre du nazisme ou encore en laissant poindre comme dans les articles de Robert Louzon un antisémitisme qui a été bien mis en évidence dans les travaux de Michel Dreyfus. On peut surtout y lire une focalisation de ces militants sur la Première Guerre mondiale et sur ce qu’ils nomment avec d’autres la trahison des responsables syndicaux et socialistes à partir d’août 1914. De tel propos sont tenus par celles et ceux qui ont vécu la guerre, comme Monatte, mais aussi pour les militants qui m’intéressent plus particulièrement par Joseph Rollo ou Jean et Josette Cornec. Ils sont aussi bien souvent au cœur de l’argumentaire militant pour d’autres qui sont nés après cette guerre, ce qui illustre l’importance de 14-18 comme référence y compris lorsque l’on est issu d’une génération postérieure. Cela renforce tout l’intérêt que je peux porter à la lecture de cette revue qui recèle donc d’informations à propos de mon sujet.

Je n’ai pas fini de lire et d’exploiter tous les numéros de cette revue qui est par chance disponible en ligne (Merci Gallica!), peut-être y trouverais-je encore d’autres informations nouvelles. Je vous invite à aller lire par vous-même cette revue qui a marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans son ensemble. Par ailleurs, dans quelques semaines, je reviendrai dans ce carnet de recherche sur un centenaire qui ne fait pas la Une : il ne s’agit ni du centenaire de Ricoeur né en 1913, ni du centenaire du premier conflit mondial qui commence à prendre quelque ampleur. Mais en mars 1913, la Sfio tient son congrès annuel à Brest ! Congrès important au moment où le parti se lance dans une campagne de masse contre la loi des trois ans , mais congrès écourté pour plusieurs raisons, l’absence de beaucoup de leaders socialistes retenus à la Chambre y étant pour beaucoup. Ce centenaire sera l’occasion pour moi de faire le point sur ce qu’est la Sfio en Bretagne en 1913.

«A…D…, je me souviens de ton dernier regard»

« Journal d’un homme de 40 ans » est publié en 1934.

En ce moment, j’essaye de rassembler des informations pour écrire. Cela implique de faire ce que l’on peut appeler des recoupements, c’est-à-dire à faire croiser des informations afin de pouvoir rédiger tel ou tel passage. Et parfois ces informations se croisent, alors qu’a priori il n’y avait pas de lien entre elles. J’ai évoqué il y a quelques temps Jean Guéhenno, cet intellectuel influent de l’entre-deux-guerres qui était originaire de Fougères. Depuis, j’ai cherché et trouvé, parfois avec l’aide d’autres personnes, des informations sur la période où il est un combattant de la Première Guerre mondiale. Et j’ai lu aussi plusieurs de ses textes, sans trop savoir d’ailleurs comment je pourrais éventuellement les utiliser dans ma thèse. Car, si Guéhenno est né dans une famille modeste de Bretagne, il n’est pas membre de la Sfio et n’intervient pas vraiment dans l’espace géographique qui fait l’objet de ma recherche. Il évoque certes à de nombreuses reprises la vie avant 1914 à Fougères et il est proche des socialistes par la suite, mais le chercheur en histoire s’interroge toujours sur la nécessité ou non d’utiliser de tels témoignages peut-être un peu trop rapidement jugés trop littéraires. Pourtant, j’ai poursuivi mes lectures, en découvrant qu’il a entretenu par exemple une copieuse correspondance avec Louis Guilloux et qu’ il a à maintes reprises écrit sur son expérience de combattant de 14-18. Ces écrits sont d’autant plus intéressants pour moi qu’il écrit dans le contexte de l’entre-deux-guerres et qu’il est profondément marqué par un pacifisme soumis à rude épreuve à partir des années 1930. Aussi, je continue de chercher des traces de Jean Guéhenno, ce qui m’a permis par exemple de découvrir ses écrits dans la Revue Europe, où il aborde fréquemment les questions de la guerre et de la paix, mais aussi de la violence politique et révolutionnaire, ce qui est au cœur de mon travail de thèse.

Et puis des fois, certaines informations se croisent : j’ai relu il y a peu le Journal d’un homme de 40 ans, un essai autobiographique publié pour la première fois en 1934. Jean Guéhenno revient longuement dans son récit sur la Première Guerre mondiale. Ce premier passage m’a alors intrigué :

« Je tombai malade et dus attendre encore. Infirmerie. Convalescence. Mes amis, eux, se battaient. A…D…, je me souviens de ton regard. Le premier août, vers quatre heures, devant la gare du Luxembourg. Tes yeux clairs étaient pleins de tendresse. »[1]

Un peu plus loin Guéhenno précise :

« J’allais lire tout ce courrier adossé à un tilleul. Des hommes de corvée balayaient autour de moi les feuilles tombées. C’était là écrit : A…D… avait été tué en Serbie, du côté de Guevguéli, au cours de la retraite. Il faut un extraordinaire acte de foi pour se représenter la mort, quand on n’a vu ni le cadavre ni la tombe. Je ne parvenais pas à y croire. Qu’était-ce qu’un homme tué ? C’était plus affreux qu’un mort »[2]

Les initiales AD, la mort dans les Balkans, le corps non retrouvé, tout cela m’a alors fait penser à un texte que j’avais également écrit ici, celui concernant la mort d’André Durkheim, tué au combat en 1915 dans des conditions similaires. Je n’avais vu nulle part que les deux hommes étaient proches, étaient amis comme le texte de Guéhenno le montrait. Alors j’ai aussi pensé à une simple coïncidence. Mais non, Le « A…D… », que l’auteur du Journal d’un homme de 40 ans appelle aussi son « ami Juif » était bien André Durkheim. Cette information, je viens de la lire dans un des très rares ouvrages consacrés à l’écrivain, un ouvrage collectif intitulé  Jean Guéhenno, guerres et paix[3]. Non seulement il s’agit bien d’André Durkheim, très proche ami, mais l’auteur originaire de Fougères a, après la guerre, écrit une tentative de roman intitulée Une Jeunesse morte où il s’est inspiré de Durkheim pour en faire un personnage du livre. Je vais me dépêcher de le lire maintenant que je sais ça.

En dehors de la coïncidence, ce fait me rappelle qu’il me semble difficile de déceler les relations amicales entre les personnes dont on cherche à retracer l’histoire. Dans le cas des militants socialistes qui occupent ma recherche, c’est une dimension que je ne dois pas oublier, même si mettre en évidence l’amitié entre militants n’est pas chose aisée. Il ne s’agit pas de reconstituer a posteriori d’hypothétiques réseaux reposant sur des proximités de parcours, d’adhésions ou d’appartenance à un même parti ou à une même organisation. Guéhenno écrit « l’âme d’un ami est comme une annexion »[4] , je ne suis pas sûr de bien comprendre la phrase, tout comme je ne suis pas sûr de réussir à retisser les liens d’amitié qui existaient entre les militants que j’étudie. C’est pourtant là sans doute que se trouve aussi ce qui explique leur engagement.

La Jeunesse morte est un livre publié aux éditions Claire Paulhan[5].J’espère pouvoir mettre la main dessus dès demain. Paulhan… Là encore le nom résonne de façon particulière. Jean Paulhan en effet apparaît aussi dans ma recherche. Il séjourne fréquemment en Bretagne dans les années Trente chez le docteur Frédéric Choffé. En ce moment, je cherche là encore à faire des recoupements à son sujet, ce qui m’entraîne parfois assez loin du point de départ. Ce sera l’objet d’un prochain billet.



[1] Jean Guéhenno, Journal d’un homme de quarante ans, Paris, Le Livre de Poche, édition de 1965 (1ère éd. 1934) , p. 162.

[2] Jean Guéhenno, op.cit., p.168.

[3] Jeanyves Guérin, Jean-Kely Paulhan, Jean-Pierre Rioux (éds), Jean Guéhenno, guerres et paix , Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

[4] Jean Guéhenno, op.cit., p.169.

[5] Jean Guéhenno, la Jeunesse morte, Paris ,éditions Claire Paulhan, 2008.