Archives de catégorie : recherches personnelles

Comment choisir le bon candidat socialiste? Retour sur le Front populaire à Brest

Jean-Louis Rolland, député Sfio en 1936

L’organisation actuelle des primaires socialistes pour désigner celui ou celle qui portera les couleurs du PS aux élections présidentielles de 2012 marque selon Rémi Lefebvre « la fin du parti militant ». Mais si on peut remettre en cause l’idée selon laquelle les primaires seraient une évolution nécessaire du fonctionnement démocratique actuel, il ne faut pas non plus oublier que la désignation des candidats socialistes pour toutes les élections a toujours reposé sur le choix des militant(e)s, que ce soit pour les élections présidentielles depuis la naissance de la Vème république, mais aussi pour les candidatures aux législatives, et ce depuis la naissance du Psu-Sfio en 1905.

Et comme pour les primaires actuelles, le choix du « bon candidat socialiste » peut se révéler difficile à faire et susciter bon nombre des divisions qu’il est difficile d’oublier par la suite. C’est en particulier le cas lors de la genèse du Front Populaire, où la Sfio fait figure de pilier de cette alliance et dont les candidats, une fois élus, peuvent constituer une majorité de gouvernement. On peut ainsi observer qu’à Brest une vive querelle a lieu lors du choix du candidat pour les élections législatives de mai-juin 1936.

1936: querelle de Brest pour désigner le candidat socialiste

Le 20 janvier 1936 se constitue un comité brestois du Front Populaire ; s’y retrouvent des membres de la Sfio, du Pcf, de la Cgt récemment réunifiée ainsi que des militants laïques ou de la Ligue des Droits de l’Homme. C’est la Sfio qui regroupe largement le plus grand nombre de militants. Ils ont désigné comme secrétaire de section depuis août 1935 Joseph Goasdoué[1], adepte de l’unité d’action avec les communistes, qui apparaît comme le «candidat naturel » des socialistes pour les élections de 1936. Mais les militants brestois vont devoir choisir entre trois candidats et celui qui porte les couleurs socialistes va se révéler être une surprise.

    Goasdoué est instituteur, fils d’un des premiers militants socialistes de Brest au début du siècle, qui depuis 1934 se montre en faveur d’une unité d’action avec les communistes tout en étant hostile à une participation gouvernementale des socialistes tant qu’ils ne seront pas majoritaires. Il est surtout celui qui se charge de pacifier et de dynamiser la section brestoise qui depuis plusieurs années a connu de nombreuses difficultés. En effet, l’ancien homme fort du parti socialiste à Brest, Emile Goude a été exclu depuis 1929 tout en voulant régulièrement réintégrer la Sfio, avec le soutien parfois des instances nationales. Mais cette réintégration a toujours été refusée par la fédération du Finistère qui ne supporte plus la mainmise de Goude sur toutes les affaires du parti dans ce département. Goude a été depuis 1905 l’ossature de la Sfio à Brest et même au-delà : régulièrement élu député, il est connu pour sa faconde et sa tendance à prendre des initiatives sans consulter les autres militants. Partisan de la participation ministérielle, il s’est placé à partir des années 1920 à la droite de la Sfio, et va jusqu’à refuser de suivre les consignes de vote, ce qui a entraîné son exclusion en 1929. Mais en 1932, il est réélu député avec le soutien de la Sfio et bénéficie aussi avec son journal  Le Cri du peuple  d’une audience importante. Les membres de la Sfio du Finistère se déchirent : faut-il soutenir Goude et accepter son autoritarisme et ses manquements à la discipline ? Où faut-il plutôt reconstruire la Sfio sur des bases nouvelles ? L’avènement du Front populaire a modifié la donne : Emile Goude est hostile aux communistes, alors que les socialistes se montrent de plus en plus conciliants avec leurs nouveaux partenaires. Surtout la stratégie «goudiste» a  connu un échec définitif aux élections municipales de 1935: une liste associant socialistes et partisans de Goude, conduite par ce dernier, se présente mais subit un échec cuisant face aux radicaux. Dès lors pour les membres de la Sfio, il est temps de tourner la page du «goudisme ». Joseph Goasdoué se charge de donner à la section brestoise une nouvelle ligne politique.

Désignation du candidat socialiste : un mort

                Mais le 19 janvier 1936, lorsque l’ensemble des sections socialistes de la 1ère circonscription du Finistère (qui comprend avant tout la ville de Brest), deux autres candidats se déclarent[2]. Le premier est Joseph Le Meur, lui aussi instituteur. Il était avant Goasdoué chef de file de la section socialiste à Brest, mais surtout c’est un proche de Goude qui a beaucoup œuvré pour sa réintégration dans le parti socialiste. Le troisième candidat est le maire de Landerneau, Jean Louis Rolland.

     Jean-Louis Rolland est un des membres de la Sfio qui commence à compter dans le département. Maire de Landerneau depuis 1929, il a subi l’influence de Goude dans son apprentissage politique mais a su s’en détacher pour incarner un socialisme rassembleur, farouchement attaché à l’unité du parti tout en faisant preuve de réelles qualités d’administrateur pour sa ville. D’ailleurs Landerneau n’est pas dans la circonscription de Brest, mais Jean-Louis Rolland, qui travaille à l’Arsenal de la ville, souhaite devenir député brestois. Mais il a trop de défauts aux yeux de nombreux socialistes brestois : il est perçu comme proche de Goude, il s’est prononcé dans les années précédentes en faveur de la participation ministérielle et se montre réservé sur une alliance avec les communistes. Surtout il n’est pas Brestois, ce qui semble rédhibitoire pour de nombreux militants.  Pourtant, c’est finalement lui qui est désigné à la suite d’une séance où de nombreux rebondissements ont lieu.

     Joseph Goasdoué est donné très largement favori après les prises de parole de chaque candidat: mais lors du début du vote, tout s’arrête. Un des délégués en effet s’écroule raide mort, victime d’une crise cardiaque. L’interruption de séance est utilisée par les partisans de Jean-Louis Rolland pour sceller une alliance avec Joseph Le Meur. Difficile de ne pas y voir l’influence d’Emile Goude ! Le vote s’effectue donc dans une ambiance étonnante : les secours n’arrivent pas à ranimer le délégué foudroyé par un arrêt cardiaque et Jean-Louis Rolland arrive en tête avec trois voix d’avance.«  L’effervescence née dans le parti socialiste de la région brestoise, en raison de la désignation de J.L. Rolland comme candidat SFIO aux élections législatives, est loin de s’apaiser »[3]. On parle de «non-sens », on s’insurge contre l’influence de Goude et on se désole de la désignation d’un candidat qu’on estime trop modéré. Les querelles de personnes et de tendances se ravivent. Certains demandent même l’annulation du vote ou cherchent un autre candidat en recours. La plupart des socialistes brestois selon le rapport du commissaire central déjà cité pensent que la défaite est assurée.

Réussir à devenir le bon candidat pour être élu

    Jean-Louis Rolland, mal désigné par les socialistes brestois, doit convaincre pour espérer devenir le nouveau député de Brest. Il est servi dans cette mission par le mouvement général qui se développe dans le pays et aussi par sa personnalité. Surtout à partir de février, Le candidat Rolland multiplie les prises de parole, les meetings et réussit à fédérer toutes les forces qui se placent sous la bannière du Front populaire. On a là l’exemple d’un candidat mal désigné qui peu à peu réussit à incarner l’idée de changement promise par le Rassemblement populaire. Son talent oratoire semble faire le reste : on retrouve cela dans un compte rendu où l’officier de police semble avoir du mal à cacher son approbation, ce qui est très exceptionnel à l’époque tant les mentions négatives sont généralement nombreuses dans les rapports de police à l’encontre des socialistes : « son éloquence prolixe, émaillée de traits humoristiques et satyriques [sic] contre les chefs de ligues Daudet, Maurras, Dorgères, etc…lui acquièrent de très nombreux applaudissements » et surtout « seul le maire de Landerneau a soulevé l’enthousiasme de l’auditoire»[4].

                La campagne électorale qui se déroule par la suite confirme cette impression : Jean-Louis Rolland, candidat surprise désigné en janvier, se révèle un tribun hors-pair et au premier tour des législatives, il arrive largement en tête avec 45% des voix. Il est élu au second tour avec 58% des suffrages, la droite ayant tenté de se rassembler. Jean-Louis Rolland devient avec Tanguy Prigent  un des députés socialistes du Finistère. Il a réussi à s’imposer comme candidat légitime et à être élu avec un large soutien. Son élection peut fournir quelques éléments de réponse à une question qu’on ne cesse de poser en période électorale : qu’est-ce qui fait qu’on devient un bon candidat socialiste?


[1] Voir sa notice biographique dans le Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français, publié sous la direction de J.Maitron et C.Pennetier, éditions de l’Atelier.

[2] Archives municipales de Brest, 1K46, rapport commissaire central de Brest, 19 janvier 1936. L’ouvrage Les Socialistes dans le Finistère, 1905-2005 sous la direction de M.Lucas, Apogée, 2005 indique qu’il y a quatre candidats, alors qu’il y en a trois selon les comptes rendus des autorités policières et fournit des chiffres que nous ne retrouvons pas dans les archives consultées.

[3] Archives Départementales du Finistère, 3M325, commissaire central de Brest, 24 janvier 1936.

[4] Archives municipales de Brest, 2I76, comité antifasciste, rapport au commissariat central de Brest, 22 février 1936.

Seulement la partie visible de l’iceberg

Après plusieurs billets sur des aspects de ma recherche en cours, il peut être utile de se poser tout simplement cette question : à quoi bon tenir un carnet de recherches en ligne, alors qu’on a en même temps des cours à préparer, des archives à consulter et une thèse à écrire ?Est-ce que tout cela n’est pas une perte de temps ? Est-ce que ce n’est pas surtout un piédestal pour se mettre en valeur (le fameux « je » en histoire est-il toujours signe d’arrogance et de mise en avant de soi ?) et faire croire qu’on entre dans « la cour des grands » alors qu’on est encore qu’un simple doctorant en histoire qui à tout moment peut échouer à mener à bien son projet ?

Je n’ai pas de réponse définitive mais je sais que je continuerai dans la rédaction régulière des billets sur ce blog. Tout simplement parce le travail d’écriture d’une thèse est certes un travail que l’on fait de façon isolée, mais qui nécessite tout de même que cela soit lu à la fin de la rédaction. Et les billets du blog sont des essais, parfois réussis, parfois complètement ratés, mais ils ont un avantage : ils ont le mérite d’être lus, même par peu de monde. Un encouragement peut ainsi entraîner d’autres billets, et mieux peut impulser le travail d’écriture de la thèse.

Car malgré mes précautions, certains lecteurs semblent penser que les billets de ce blog forment l’ensemble de ma recherche. Mais ce ne sont que des esquisses, des portions d’un puzzle qui n’a pas de modèle, un ensemble de pièces de lego qui s’emboîtent mal et ne forment encore aucun objet. Pourtant, je continue tout d’abord pour m’entraîner à l’écriture. Mais je continue également car cette forme d’exercice a le mérite d’ordonner ma recherche, de me permettre de classer, de creuser et suivre des pistes et de ne pas avoir l’impression paralysante de faire du surplace.

Alors bien sûr pour le lecteur, cela peut paraître brouillon, trop brouillon, et aussi sans doute trop égocentré comme peut l’être un journal d’enquête que l’on garde pour soi. Mais « Enklask/Enquête » n’est pas un carnet de brouillons (j’en ai déjà plein) ; ce n’est pas non plus une liste de billets formant des articles définitifs et rédigés dans les règles de l’art historique. C’est une forme hybride, une exploration de plusieurs chemins avant de trouver la bonne route. Il ne faut pas craindre dès lors de revenir en arrière, de s’avouer perdu ou de reconnaître ses erreurs. Mais l’important est quand même d’avancer dans la recherche. Une telle forme hybride implique aussi de multiplier les changements de ton, les points de vue et les angles d’attaque : par exemple à qui s’adressent les billets? C’est selon, soit à moi seul, soit à tous les lecteurs, ou encore parfois aux doctorant-e-s ou aux amateurs d’histoire locale ou d’histoire du mouvement ouvrier. Mais c’est surtout un travail qui me permet de structurer ma recherche.

Quoi qu’il en soit, il faut juste accepter que ce blog ne soit qu’une petite partie du travail en cours, ce n’est donc pas l’essentiel de ma recherche, mais cela en fait tout de même partie intégrante, comme la partie visible de l’iceberg est indispensable à la partie invisible.

Programme des jours à venir: plusieurs directions sont à l’ordre des prochains jours :

–   Tout d’abord revenir sur les émeutes d’août 1935 pour analyser les réactions de la Sfio face à cet événement. Mais ce ne sera pas tout de suite.

–   Le prochain billet portera par contre, sur un groupe d’Italiens anarchistes établis à Brest au milieu des années Trente, groupe que j’ai découvert par hasard et qui a publié plusieurs textes anarchistes à partir de Brest.

–  Je ferai également le point sur ma méthode pour découvrir des sources et des renseignements sur les militants ouvriers, à partir de l’exemple d’Alain Le Dem, qui adhère à la Sfio du Finistère au milieu des années Trente, tout en étant partisan du Trotskysme.

–  Deux autres axes  seront abordés pour le moment : écrire un billet sur l’intérêt de faire une recherche d’histoire « interconnectée », c’est-à-dire qui utilise au mieux les nouvelles technologies et les ressources d’Internet ; et une tentative de mise au point sur la presse militante socialiste en Bretagne entre 1900 et 1940.

–  Enfin, je ferai le compte rendu du livre de Marie-Cécile Thoral, From Valmy to Waterloo, France at War, 1792-1815, Palgrave, 2011, qui s’inspire beaucoup de l’historiographie de la Première Guerre mondiale.

De quoi créer et amonceler encore quelques pièces de lego.

Brest, août 1935 (2): Nizan sur les barricades

L'Humanité, 14 août 1935

Paul Nizan, envoyé spécial de l’Humanité arrive à Brest le 13 août 1935. Il doit rendre compte de l’agitation ouvrière qui a lieu depuis le début du mois dans cette ville. Nizan est depuis peu journaliste au quotidien communiste, normalement prédisposé aux affaires internationales; mais pris de cours car de nombreux journalistes sont en vacances, l’Humanité dépêche l’écrivain pour couvrir les événements. Il se retrouve donc de manière précipitée à Brest pour comprendre ces journées d’affrontement et pour prendre le pouls de cette classe ouvrière bien remuante dans ce milieu des années Trente où crise économique, peur du fascisme et aspiration à un monde plus juste se côtoient et parfois s’affrontent[1].

Pour Paul Nizan, ce séjour n’est toutefois pas tout à fait lié au hasard : tout d’abord il connaît bien la Bretagne, et bon nombre de ses écrits mentionnent cette région importante à ses yeux. Ensuite, il doit faire ses preuves, lui le nouveau journaliste au quotidien du Parti communiste, et quoi de plus passionnant que de débuter cette nouvelle carrière par un reportage sur des manifestations ouvrières ? Enfin, il vient d’achever la rédaction d’un roman, Le Cheval de Troie, qui relate justement une protestation ouvrière qui dégénère. Voilà une bonne occasion pour vérifier les impressions du romancier, de vivre un événement dont on a créé auparavant l’ambiance par des artifices littéraires[2].

Son séjour est pourtant bref et ses articles peu nombreux : il écrit deux reportages et arrive à Brest au moment où l’on enterre le dernier ouvrier assassiné, en marge de la mobilisation ouvrière, par un sergent de la Coloniale. Mais grâce aux articles, à ses lettres et aussi par les réactions des communistes brestois, on peut en savoir plus sur les émeutes brestoises. A travers l’analyse  que fait Nizan de cette protestation ouvrière, on peut en outre déceler les contradictions entre l’intellectuel militant et le romancier révolté et s’interroger sur les liens qu’entretiennent la littérature et l’histoire[3].

«  Brest très nerveux. Très violent »[4]

            Le départ de Paul Nizan pour Brest comme envoyé spécial de l’Humanité semble assez précipité car il envoie avant de prendre le train le soir du 12 août un télégramme à Malraux pour le prévenir qu’il ne pourra pas déjeuner comme prévu avec lui le lendemain car il est en reportage. Nizan précise également à sa femme[5]qu’il a été chargé de ce reportage par Paul Vaillant-Couturier, qui est le rédacteur en chef du journal et par Marcel Cachin qui est à ce moment au VIIème congrès de l’Internationale Communiste à Moscou.

L’envoi de Nizan à Brest s’explique aussi par la difficulté pour l’Humanité d’avoir des informations fiables sur les événements. Le nom des principaux leaders du mouvement brestois ou celui des victimes est souvent mal orthographiée, les informations arrivent avec deux ou trois jours de retard et le journal doit aux militants locaux, comme Paul Valière ou Auguste Havez, d’obtenir des informations de première main, mais les télégrammes sont parfois longs à venir. En conséquence, l’Huma doit reprendre les dépêches des agences de presse, mais précise : «on remarquera que cette dépêche d’agence bourgeoise que nous reproduisons sous toutes réserves, rejette systématiquement les responsabilités sur les travailleurs »[6]. De plus, il y a également des troubles en lien avec ceux de Brest à Toulon, et le journal communiste a pu y envoyer un journaliste. Il fallait donc absolument un journaliste communiste à Brest d’autant que le quotidien socialiste, Le Populaire, a depuis le début des troubles un envoyé spécial qui ,d’ailleurs, est victime de la répression policière, ce qui renforce la couverture des événements par le journal de la Sfio[7]. Nizan est donc à plus d’un titre le journaliste qu’il faut.

Il connaît bien la Bretagne pour y passer de régulières vacances et a dépeint dans ces romans à de nombreuses reprises  des territoires bretons, comme dans «Antoine Bloyé »(1933) où il évoque le village de Dirinon proche de Brest[8]. Nizan doit surtout rendre compte des émeutes brestoises, comprendre pourquoi depuis une semaine les ouvriers expriment leur colère, et sa mission est d’importance pour le quotidien communiste: le journal connaît un succès croissant (plus de 200 000 exemplaires par jour) et Vaillant-Couturier souhaite en faire un vrai journal d’information en rendant plus attrayante la présentation, avec des photographies en Une par exemple, afin de concurrencer non seulement le Populaire socialiste, mais les grands titres de la «presse bourgeoise » comme Paris-Soir[9].

Nizan réalise son premier reportage pour l'Huma à Brest

Mais Paul Nizan arrive à la fin du mouvement brestois: il ne peut que constater tout d’abord la marque visible des barricades, les vitrines brisées et la présence policière très voyante. Il arrive au moment où on a appris la mort du troisième ouvrier tué par un sergent de l’infanterie coloniale qui avait participé à la répression des 6, 7 et 8 août. L’affaire n’est d’ailleurs pas claire, mais Nizan se veut affirmatif dans son premier article : « Le sergent Eslan est un assassin qui a prémédité son acte[…] il disait au mess des sous officiers qu’il fallait qu’il en descende un »[10].

Dans son article, Nizan écrit que «la colère est violente » mais en même temps, il souhaite montrer que les ouvriers sont responsables et ne céderont pas à la vengeance: c’est que les forces politiques de gauche et les syndicats sont en pleine recherche d’unité, et qu’il ne faut pas effrayer les plus rétifs à ce type d’accords unitaires, en particulier les radicaux. La stratégie officielle du Pcf a évolué rapidement: les communistes sont en faveur de l’unité et ils ne souhaitent pas donner libre cours aux aspirations révolutionnaires. De plus, Staline a signé en mai de la même année un accord de défense avec la France et les communistes doivent tout faire pour préserver cette association et donc ne plus chercher à affaiblir la défense nationale, à laquelle l’activité des ouvriers brestois est si intimement liée. S’il nomme les coupables (les militaires, la bourgeoisie, les fascistes, le gouvernement) Nizan n’incite pas à la vengeance: dans cette affaire, la classe ouvrière a beaucoup appris et elle « a avancé dans la voie de l’unité»[11]. C’est cette aspiration à l’unité qui explique sans aucun doute que Paul Nizan, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, va à la rencontre non pas des ouvriers ou des militants communistes, mais des représentants des forces de l’ordre; dans son premier article, il relate les propos des gardes mobiles qu’il est allé interviewer et explique qu’ils ne sont pas les ennemis de la classe ouvrière parce que eux-mêmes en sont issus.

Sa méthode de travail a pu lui être reprochée; le militant communiste Eugène Kerbaul écrit plus tard dans sa chronique: «ses reportages sur la situation à Brest n’avaient pas été du goût des camarades brestois qui reprochaient au ‘camarade-journaliste-parisien’ d’avoir plus cherché ses informations auprès des autorités que des militants locaux et régionaux »[12]. Mais les deux articles de l’écrivain-journaliste sont très utiles pour l’historien car il évoque de nombreux éléments qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs. Ses deux articles sont surtout consacrés à la mort de l’ouvrier Gautron et à ses funérailles, thème cher à l’écrivain qui l’a abordé à plusieurs reprises dans ses œuvres de fiction.

« Ce qui compte, c’est les dépôts mortuaires »[13]

L’écrivain Paul Nizan vient au même moment de mettre la dernière main sur son nouveau roman, “le Cheval de Troie” qui est publié en octobre 1935. «Très révolutionnaire» écrit-il pour le caractériser[14], mais en contradiction avec ce que le journaliste a pu écrire ensuite des événements de Brest, du moins du point de vue de la portée politique ; car une chose est tout de même identique : l’évocation de la mort.

Nizan écrit avant tout dans l’Humanité sur la mort de l’ouvrier Pierre Gautron. Il décrit l’endroit où repose le corps, le dépôt mortuaire où règne une ambiance sinistre, « une grande horreur dans cette odeur de mort ». Il est impressionné par le corps du défunt gonflé par l’autopsie. Il décrit dans le second article les funérailles de l’ouvrier et on ne peut qu’être frappé par des ressemblances avec les autres écrits de l’écrivain : il a déjà évoqué dans « Antoine Bloyé » l’odeur si particulière de la mort, et dans le « Cheval de Troie », la fin du roman se passe devant le corps d’un militant communiste mort des blessures reçues lors d’une manifestation qui a dégénéré; on retrouve le style sec, nerveux de Nizan dans l’Huma comme dans son roman pour décrire le corps du mort ou l’attitude des personnes présentes devant le mort, à tel point qu’on pourrait presque superposer les deux scènes, l’une réelle, l’autre fictionnelle, et voir qu’elles sont relatéesà l’identique : la scène de visite du corps de Paul, victime de la manifestation du roman ressemble à celle du Nizan journaliste dans le dépôt mortuaire de Brest : même estrade, même corps déformé, même dégoût et aussi même envie de fuir devant ce spectacle.

            Mais les deux situations sont tout de même différentes : le journaliste Nizan, en droite ligne de la nouvelle ligne officielle du Pcf insiste dans ses articles sur le fait qu’il faut favoriser l’unité, ne pas chercher à se venger, et attendre l’horizon suggéré par le Rassemblement populaire qui se met en place. L’écrivain Nizan fait tout le contraire: son roman contient une espérance de guerre civile, où la manifestation décrite avec brio ne serait qu’une première étape de la révolution tant espérée. Les compagnons du militant mort sont dominés par un sentiment que Nizan a voulu bannir à Brest: «on ne parle pas de fatalité. On parle de vengeance, et la vengeance est une justification de la vie»[15]. Si Nizan a pour les deux événements une lecture totalement contradictoire, il faut en chercher l’origine davantage dans les différences entre le romancier et le journaliste, ce qui pour l’historien peut être très utile à mesurer, tant on a parfois tendance à oublier que les œuvres de fiction ne sont qu’au mieux un reflet de l’époque et non pas une évocation absolument véridique du passé. Nizan ne s’y trompe pas, lui qui précise dans la lettre à sa femme « Quoi, tout ce qu’on ne peut pas écrire dans l’Huma ». Cette contradiction apparente chez Nizan est après tout une aide précieuse pour le chercheur en histoire qui doit souvent utiliser des sources littéraires en oubliant parfois qu’elles nécessitent un traitement bien particulier[16].

Le Cheval de Troie paraît en octobre 1935.

Il y a fort à parier que les premiers lecteurs du «Cheval de Troie » ont pu voir des similitudes entre le contenu du roman et les récentes émeutes brestoises. Ainsi J.B Séverac qui en fait le compte rendu dans Le Populaire le 24 décembre 1935 écrit que le livre se base sur des faits réels. Dans l’Humanité, on souhaite promouvoir aussi l’écrivain communiste: alors que le roman sort le 10 octobre, le journal le place en feuilleton dès le 5 octobre. Après un premier chapitre et la mention «à suivre», le journal n’évoque plus le roman. Simple coup de pouce pour le lancement du nouveau roman? Ou alors embarras devant le contenu qui ne correspond plus du tout à la ligne officielle du Pcf qui se veut dorénavant un acteur responsable du Front populaire? Difficile à dire ici. Nizan lui reviendra en Bretagne en 1938 comme envoyé du journal communiste «Ce Soir» mais cette fois ci pour évoquer le Tour de France.


[1] Sur la période, on peut lire J.Kergoat, La France du Front Populaire, Paris, La Découverte, 2006 ( rééd.)

[2] J’ai pu évoquer auparavant les reportages de Nizan lors du colloque organisé par le GIEN, Groupe Interdisciplinaire d’études nizaniennes, en 2005.Je remercie tous les participants et les organisateurs, en particulier Anne Mathieu, Serge Halimi et Bernard Pudal pour leurs remarques. Ce billet tient compte des évolutions de mes recherches par rapport à 2005.

[3] Sur cet aspect, voir la synthèse récente et très utile de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’Historien et la Littérature, La Découverte, Coll. « Repères », 2010.

[4] Lettre de Paul Nizan à sa femme, 13 août 1935, in Paul Nizan, Intellectuel communiste, II, textes présentés par J.J. Brochier, éditions Maspéro, 1970, p. 97-98.

[5] Lettre du 13 août 1935, op.cit.

[6] L’Humanité, 8 août 1935

[7] Je reviendrai dans le dernierbillet de cette série sur les émeutes d’août 1935 sur l’attitude des socialistes.

[8] Annie Cohen-Solal dans sa biographie sur Nizan commence son livre par le rôle de la Bretagne dans la vie du romancier, voir A.Cohen-Solal, Nizan, un communiste impossible, Ramsay,1980.

[9] Sur l’histoire de l’Humanité, C.Delporte et alii (dir.), L’ “Humanité” de Jaurès à nos jours, éd. du Nouveau monde, 2004.

[10] P.Nizan «à Brest, on enterrera aujourd’hui Gautron victime de vingt ans… », L’Humanité, 14 août 1935, p.2

[11] Idem.

[12] E.Kerbaul, Chronique d’une section communiste de province, Brest (1935-1943), Bagnolet, chez l’auteur,1992. Si ce livre est un document très précieux pour l’étude du mouvement ouvrier brestois, il doit être utilisé avec précaution, tant l’auteur adopte un point de vue communiste très orthodoxe, au détriment assez souvent de la vérité des faits. Aussi son appréciation sur Nizan est-elle sans doute la conséquence du parcours postérieur de Nizan qui démissionne du Pcf, et se voit caractérisé de traître par de nombreux communistes.

[13] Lettre à sa femme du 13 août 1935, op.cit.

[14] Lettre à sa mère du 22 avril 1935,cité dans P.Ory, Nizan, destin d’un révolté, Complexe, 2005, p.123

[15] P.Nizan, Le Cheval de Troie, Gallimard, coll. «L’Imaginaire », 2005 (première édition, 1935) p.219.

[16] Dans mon travail de recherches en cours, les premiers romans de Louis Guilloux me sont ainsi très utiles, mais l’exemple de Nizan évoqué ici m’oblige à utiliser les écrits de l’écrivain briochin avec un traitement méthodologique adapté. J’aurais sans doute l’occasion d’y revenir dans un prochain billet.

Émeutes 1935/2011

Brest, août 1935, photo DR

La violence politique a plusieurs modes d’expression disponibles selon les époques et selon les espaces. L’un des moyens les plus remarquables est la manifestation politique qui tente de conquérir l’espace urbain le temps d’une journée ou plus afin de rendre visibles les revendications des manifestants. Parfois, ces manifestations peuvent se transformer en émeutes urbaines, dont l’analyse a posteriori se révèle dès lors plus complexe : comment passe-t-on d’une manifestation exprimant un mécontentement politique et social à une émeute urbaine dont les objectifs deviennent plus flous?

En réfléchissant actuellement à un épisode important de l’histoire sociale de Brest, à savoir les manifestations contre les décrets-lois de 1935, de telles questions  se sont associées à des faits d’actualité : en effet depuis le 6 août, les rues de Londres et des grandes villes britanniques sont touchées par des émeutes dont l’origine ponctuelle – la mort par un tir de la police d’un habitant du quartier populaire de Tottenham[1]– ne suffit pas à expliquer l’ampleur.

Bien que totalement différent des manifestions qui m’intéressent, ce fait d’actualité ne peut avoir que des incidences, même impensées, avec mon travail en cours. C’est ce que je voudrais examiner dans ce premier billet d’une série de quatre sur les manifestions brestoises d’août 1935.

Ne pas se contenter de regarder du rivage :

Il n’est pas dans mon propos de vouloir « comparer l’incomparable » pour reprendre les termes de Marcel Détienne, mais plutôt de tenir compte du contexte précis dans lequel j’écris sur les manifestations de 1935. Voir des images, lire des analyses et utiliser les ressources du réseau Internet à propos des émeutes anglaises actuelles ne peut que modifier, peut-être seulement d’ailleurs à la marge,  mon propre aperçu sur les émeutes précédentes. Plutôt que d’éviter la collision des deux événements, en tentant de garder une analyse historique froide et en laissant l’ « écume » de l’actualité ne pas atteindre mon travail de recherche, il me semble plus judicieux de suivre les conseils de Lucien Febvre qui lors d’une conférence aux étudiants de l’ENS en 1941 expliqua quelle position et quel positionnement devait adopter l’historien : « pour faire de l’histoire, tournez le dos résolument au passé et vivez d’abord. Mêlez vous à la vie (…). Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. »[2].

Quelques exemples de concordance :

Plusieurs exemples de concordance sont visibles entre les manifestations violentes de 1935 et les émeutes anglaises actuelles. C’est donc précisément de telles concordances qui peuvent inciter à superposer les deux périodes afin de mieux connaître le déroulement des journées d’août 1935. Prenons deux exemples qui occupent actuellement les analystes au sujet des troubles dans les grandes villes britanniques : la mise en relation des émeutiers et le déploiement des actes violent sur différents espaces.

Lorsqu’on cherche à comprendre le déroulement des émeutes, l’interrogation sur la « conduite » de l’émeute occupe l’un des premiers plans, avec comme interrogation sous-jacente, la question de la mise en relation des participants. Comment se constituent les groupes ? Quels sont les moyens de contact et les lieux de rendez-vous ? Comment faire face au déroulement de l’émeute ensuite, se transmettre des informations sur les objectifs, contourner les forces de l’ordre et ne pas se faire prendre ? Ce que nous pouvons appeler la « conduite de l’émeute » obéit à des règles qu’il est nécessaire de pouvoir mettre en évidence. Si celle-ci doit souvent être approximative et improvisée, on cherche toutefois souvent à en déterminer les caractéristiques. Dans le cas des émeutes récentes, il est souvent mis en évidence le rôle des réseaux modernes de communication et l’impact des réseaux sociaux. C’est en effet le cas aujourd’hui en Grande-Bretagne avec l’évocation du rôle réel ou supposé joué par les nouvelles technologies, comme l’échange d’informations via la messagerie instantanée des téléphones portables Black Berry[3] . A se placer dans une perspective trop « présentiste », on oublie que de telles pratiques ont nécessairement dû exister avant l’invention de telles nouvelles technologies, et il est donc intéressant de s’arrêter sur la  conduite de l’émeute en tant que telle lorsqu’on étudie un exemple historique de manifestation violente.

Ainsi, dans le cas brestois, on peut constater que les journées d’émeute ne sont pas similaires. Au premier jour où les manifestations comme les troubles semblent totalement improvisés succèdent des journées où les groupes de manifestants sont plus organisés, réactifs et semblent être parfaitement au courant des mouvements des forces de l’ordre. Il faut donc croire que les échanges d’informations se font très rapidement et surtout il me paraît intéressant de s’interroger sur la mise en place et l’existence de tels « réseaux »  d’échanges d’informations entre les émeutiers. La focalisation actuelle sur les nouveaux moyens de télécommunications comme accélérateurs des troubles ne semble pas résister à l’épreuve du temps, et c’est bien l’évocation d’une situation actuelle qui m’a conduit à m’interroger sur le problème de la « conduite de l’émeute ».

Liée à ce premier point, l’appréhension de l’espace géographique des émeutes est un autre exemple de concordance entre les deux mobilisations. On a en effet vu à de multiples reprises des représentations spatiales des émeutes récentes en Angleterre qui utilisent également les nouvelles technologies[4]. De telles cartes permettent de mieux connaître le contexte spatial des émeutes et peuvent ainsi apporter une meilleure analyse des raisons de telles mobilisations violentes. Dans le cadre des manifestations de Brest, l’analyse de la mobilisation en termes d’espace géographique permet également de connaître les quartiers concernés par les troubles, ainsi que de donner une cartographie des lieux symboliquement importants pour les manifestants : ils souhaitent contrôler par la tenue de barricades certains points névralgiques à leurs yeux de la ville. Les liens entre espace géographique et mobilisation sociale, qui semblent si évidents dans le cas actuel des émeutes londoniennes, sont aussi à mettre en évidence dans un contexte historique plus ancien. On peut ainsi dresser la « carte du monde social » des participants aux manifestations violentes. Cette dernière expression de « carte du monde social » provient des travaux du sociologue américain Marshall Ganz qui parle de « mapping social world » afin de mieux comprendre les motivations des acteurs d’un mouvement social.[5]

Histoire/ sciences sociales :

On voit bien que pour étudier un exemple historique de manifestation violente, le chercheur a tout intérêt à utiliser au maximum les ressources des autres sciences sociales. La sociologie des émeutes est une discipline qui est très riche, traversée toutefois par des oppositions fortes, ce qui en rend parfois l’utilisation délicate pour un historien. Pour ma part « Le Temps des émeutes » D’Alain Bertho[6] et « Le dictionnaire des mouvements sociaux » sous la direction d’ Olivier Fillieule[7] seront mes guides dans ce domaine qui bien souvent passe de controverses scientifiques à des polémiques moins productives, comme on peut encore le constater dans les commentaires de l’actualité. Mais de très nombreux points de ma propre analyse sont tributaires de ces travaux de sociologie. Il y sera donc souvent fait référence.

Série à venir :

Trois billets seront mis en ligne prochainement et tenteront de faire le point sur les manifestations violentes à Brest en août 1935.

1/3 : « Brest août 1935 : il pleuvait ces jours-là mais le fond de l’air était rouge ». Il s’agira ici de rendre compte des journées de mobilisation en insistant sur la composition des manifestations, les modes d’action et les buts espérés.

2/3 : « Nizan sur les barricades : les contradictions d’un journaliste-écrivain ». Paul Nizan s’est rendu pour L’Humanité à Brest et a écrit plusieurs articles rendant compte des émeutes. Il s’agira donc d’étudier le contenu des ses articles et de montrer les contradictions entre ses écrits de journaliste et son œuvre romanesque.

3/3 : « Que rendent visible les manifestations brestoises d’août 1935 ? ». Après avoir rappelé les différentes interprétations de cette mobilisation sociale, tout en évoquant les travaux d’historien liés à ce sujet, je tenterai de voir dans ce billet comment la Sfio s’est positionnée face à cet événement.

Fernand Braudel a pu écrire que les questions que l’on se posait en histoire venaient avant tout des questions que nous pose le présent. Cette série de billets vient de là.


[1] Sur ces émeutes, on peut lire les articles de Libération, Le Monde, Le Figaro, publiés entre le 6 et le 11 août 2011.

[2] Lucien Febvre « Vivre l’histoire. Propos d’initiation, conférence aux élèves de l’ENS, 1941 »in Combats pour l’Histoire, A.Colin, 1992 (1ère éd. 1952)

[3] Voir à titre d’exemple «Les réseaux sociaux au cœur de la mobilisation » M.C. Beuth, Le Figaro, 10 août 2011.

[5] M.Ganz « Organizing : people, power and Change »,disponible en ligne

https://www.scribd.com/doc/22861872/Organizing-people-power-and-change

 

[6] A.Bertho, Le Temps des émeutes, Bayard, 2009.

[7] O.Filieule, L.Mathieu, C.Péchu, s.d., Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences Po, 2009. Ce dernier ouvrage contient de très nombreuses notices en lien avec mon sujet.

Le Stade du miroir comme formateur de la conscience socialiste

 

Dépasser le stade du miroir? Image réalisée à partir de la photographie de la municipalité de Brest (1904).DR

Le 19 juillet 1904, l’adjoint à la mairie socialiste de Brest intervient lors d’une discussion sur le budget en plein conseil municipal : voulant trouver de nouvelles sources de taxes, il affirme à propos des miroirs : « N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas. » Quelques instants plus tard, il se déclare partisan d’un autre impôt sur les parfums et les savons et affirme : « il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage »[1].

De tels propos, tenus lors d’une des premières réunions du conseil municipal devenu majoritairement socialiste en mai 1904, ont pu servir à discréditer l’ensemble de l’action de cette majorité qui fut régulièrement taxée d’incompétence et qui se comportait selon le célèbre politiste André Siegfried comme « une assemblée d’enfants mutinés s’amusant à brimer leurs maîtres »[2].

Je voudrais donc dans ce billet revenir sur la portée de ces propos qui sont devenus le symbole d’une municipalité incapable a priori de bien administrer la ville. Il s’agit donc, au-delà des considérations négatives émises par André Siegfried et reprises telles quelles par de nombreux observateurs, d’étudier l’action de cette majorité qui se revendique « socialiste » mais qui est en réalité un assemblage de personnalités aux opinions souvent contradictoires (d’autant qu’il n’y a pas encore de parti socialiste unifié en 1904) et qui souffre de ne pas avoir d’expérience dans la gestion communale.

C’est pourquoi, par analogie avec un célèbre texte de Jacques Lacan, je parlerai de cet épisode brestois comme « le stade du miroir » qui a aidé à la formation de la conscience des militants socialistes de cette ville. En effet, selon Lacan le stade du miroir est « la transformation produite chez le sujet quand il assume une image »[3]. Or il apparaît que par de telles interventions, que Siegfried qualifie de « grotesques », les socialistes brestois ont appris, peut-être à leurs dépends, à se comporter en militants responsables et expérimentés et se sont formés à la «conscience socialiste ».

Dans ce billet, qui n’est comme à chaque fois qu’une esquisse  et un programme de recherche à venir sur un aspect du travail de thèse en cours d’élaboration, je voudrais donc tout d’abord revenir sur le contexte dans lequel l’adjoint Le Tréhuidic tient ses propos, ensuite voir comment cette intervention fut utilisée par des adversaires politiques afin de décrédibiliser toute l’équipe municipale socialiste novice dans la gestion des affaires communes, et enfin montrer que si, à court terme, cela a effectivement desservi les socialistes brestois ( ils sont battus aux législatives de 1906 et perdent la municipalité en 1908), à plus long terme cette expérience municipale chaotique leur a permis de se doter d’une identité socialiste plus forte si bien qu’ ils ont été plus à même de présider par la suite aux affaires de la ville de Brest.

La question des rapports entre la violence et le militantisme socialiste – problématique majeure de mon travail de recherches- se retrouve ici dans plusieurs aspects : on peut être tout d’abord frappé par la violence de la polémique consécutive à l’intervention de l’adjoint Le Tréhuidic, mais aussi plus globalement par la violence verbale et la violence symbolique qui découlent des délibérations au conseil municipal de Brest durant cette période. De plus, le contexte social est marqué par la prégnance de grèves souvent violentes et l’équipe municipale, « étendard » du socialisme dans la ville, est traversée par des courants contradictoires qui soit prônent l’utilisation de la violence révolutionnaire soit veulent l’arrivée au pouvoir du socialisme par la conquête démocratique, nécessairement plus pacifique.

Brest socialiste par surprise en 1904 ?

Lors du premier tour des élections municipales de 1904, les partisans du socialisme présentent une liste incomplète « d’action républicaine et sociale ». On y retrouve plusieurs candidats dont les idées divergent : il faut en effet rappeler qu’il n’y a pas encore du parti socialiste unifié, et en conséquence la liste rassemble des partisans d’un socialisme doctrinal, des syndicalistes et même des personnes marquées par l’anarchisme. Cet assemblage hétéroclite a un programme basé sur des mesures sociales avancées[4] et les radicaux soutiennent ce regroupement sans y participer. En face, deux listes se présentent sans réelle divergence et ont un programme défendant les intérêts de la bourgeoisie, des commerçants et des professions libérales. Elles sont persuadées de gagner facilement et ne se considèrent pas vraiment opposées l’une à l’autre mais plutôt en légère dissidence.

Or, au soir du premier tour, c’est la liste socialiste qui est en tête provoquant la panique du camp adverse. La deuxième liste de droite se retire, mais la liste socialiste se complète avec des radicaux-socialistes ou des personnalités comme René Litalien dont il est pour le moment difficile de connaître la position politique à cette période[5]. Au second tour, la liste socialiste est élue dans son ensemble amenant au pouvoir des hommes qui n’étaient pas forcément préparés à ce rôle. Victor Aubert est élu maire, aidé par des adjoints partisans affirmés du socialisme comme Emile Goude, ou encore par René Litalien qui se positionne en caution morale et intellectuelle de cette nouvelle municipalité[6]. Jean-Marie le Tréhuidic, compagnon menuisier et juge aux prudhommes, est également désigné adjoint.

Le Tréhuidic, l’homme aux miroirs et aux parfums :

Né en 1861, Jean-Marie Le Tréhuidic ne reste adjoint au maire que quelques mois, de mai 1904 à février 1905, date à laquelle il choisit de démissionner pour devenir secrétaire de la bourse du travail de Brest en se ralliant au syndicalisme révolutionnaire[7]. Il est toutefois dans les premiers temps un homme clé de la nouvelle municipalité brestoise et on le désigne parfois après son intervention comme « l’homme aux parfums » (comme l’écrit encore l’Echo de Paris, deux ans après les faits, le 20 avril 1906).

Son intervention eut lieu lors de la séance du 19 juillet 1904. On doit d’ailleurs constater que de nombreux auteurs donnent une date erronée : Louis Coudurier parle du 20 juillet (date qui est reprise dans tous les livres d’histoire évoquant cette affaire), tandis qu’André Siegfried évoque la séance du 24 juillet. Surtout, lorsqu’on consulte les délibérations du conseil municipal, on peut être étonné de ne pas trouver l’intervention évoquée de Le Tréhuidic ; on peut y lire deux mentions assez laconiques :

–          «  MM Le Tréhuidic , le Bars et Goude échangent sur cette modification diverses observations »

–          « Diverses observations sont échangés entre presque tous les conseillers et il est décidé : que la taxe sur les savons parfumés, odeurs etc sera portée à 24 fr. les 100 kilogr. »[8]

La séance portait sur le budget de la nouvelle municipalité, avec des aspects très techniques dans la discussion, à tel point que le journaliste de l’Ouest-éclair, journal catholique, écrit dans son article du lendemain « la séance du conseil municipal peu intéressante s’est encore prolongée fort tard »[9]. Séance peu intéressante ? Peut-être pas pour le journaliste du quotidien La Dépêche de Brest  par qui la polémique arrive.

Polémiques et interprétations :


Si le journaliste d’Ouest-éclair a trouvé la séance peu intéressante, cela n’est sans doute pas le cas de Louis Coudurier qui est à l’époque le directeur de la  Dépêche de Brest. Ce quotidien est tout sauf neutre à l’époque : partisan de la liste concurrente, il a mené campagne en cherchant à discréditer les socialistes. Depuis qu’ils ont gagné les élections, ce quotidien ne passe pas une journée sans critiquer l’action de la « municipalité collectiviste». C’est donc dans ce journal, puis plus tard dans le livre écrit par Coudurier pour faire un réquisitoire à charge des socialistes, que l’on peut lire le compte rendu de la séance du conseil municipal où les propos de Jean-Marie Le Tréhuidic sont mentionnés : citons le passage en entier :

       ” -M.Thoury : Et l’article 60 ? Les savons parfumés et les eaux d’odeur ? Ce n’est pas nous qui nous en servons.

                        -M.LeTréhuidic : Est-ce que les glaces sont taxées ?

                       – M.Thoury : Elles sont taxées au maximum.

                       – M.Le Tréhuidic : N’y a-t-il pas moyen de les surtaxer par une loi spéciale ? Car il y a les grandes dames qui aiment bien se voir du haut en bas.

                       – M.Hascöet : Quel est le maximum pour les savons parfumés ?

                       – M.Le Bras : Vingt-quatre francs pour 100 kilos. Le tarif actuel est de cinq francs.

                       – M.Vibert : Je crois qu’en demandant 24 francs vous allez faire tort à beaucoup de petits perruquiers.

                        -M.Fouquet : Il y a beaucoup de petits forains qui en vendent.

                       – M.Goude : Ce n’est pas l’intermédiaire que nous visons, mais le consommateur.

                        -M.Le Tréhuidic : Je suis de l’avis du camarade Goude. Au moins on sera peut-être moins incommodé rue de Siam. Il n’est pas rare que je rentre à la maison avec une migraine, tellement les grandes dames laissent une traînée odorante sur leur passage “[10]

L.Coudurier publie en 1908 un réquisitoire contre la municipalité socialiste.DR

Ces propos, encore une fois qui n’apparaissent pas dans le compte rendu officiel et qui ne sont pas évoqués dans un premier temps par l’autre quotidien local, sont très vite par contre repris avec des variantes diverses dans la presse nationale[11]. Le Temps (23 juillet) se base sur les informations de la Dépêche en y ajoutant des appréciations négatives englobant l’ensemble des socialistes, car Jean-Marie Le Tréhuidic « semble avoir entrepris de jouer le rôle de l’ilote ivre et de dégouter le public du socialisme, par le spectacle de ses sottises ». Comme pour l’expression «  ilote ivre », le Temps manie l’insulte comme commentaire politique, puisque les socialistes brestois sont « ridicules », dignes de l’« homme des cavernes », « socialistes du Danube » et plus simplement annonciateurs d’« un retour à la barbarie »[12]Le Matin (22 juillet 1904) insiste davantage sur le fait que le « socialisme révolutionnaire brestois » est tyrannique, violent et despotique. Ouest-éclair, quelques jours après avoir écrit que la réunion du conseil municipal était inintéressante, revient sur les propos de J.M. Le Tréhuidic dans un long éditorial : les socialistes sont des «  violents qui les [ les riches] tyrannisent et menacent de les ruiner ». Mais on peut constater que ce journal ne reprend pas directement les propos tenus par l’adjoint socialiste tel que la Dépêche l’a écrit ; le quotidien fait preuve de davantage de prudence en affirmant : « il paraît d’après un adjoint que ces droits ne sont pas encore assez élevés, car aurait-il dit ‘ si nous femmes font usage de miroirs grands comme la main, les belles dames aiment à se voir de haut en bas ‘ » (Ouest-éclair, 23 juillet 1904). On peut voir qu’ici la citation se veut prudente et l’emploi du conditionnel montre ce que dévoilent les délibérations officielles du conseil municipal de Brest, à savoir que les propos de Le Tréhuidic se sont tenus alors que tous les membres de la chambre municipale discutaient et qu’il n’était sans doute pas facile de reprendre textuellement les propos de tout le monde. De plus, et c’est encore l’Ouest-éclair qui le précise, chaque séance du conseil municipal brestois est suivi par une foule nombreuse et on peut penser que certains membres de l’assemblée en profitent pour tenter d’intéresser l’auditoire par des interventions intempestives ou qui se veulent humoristiques.

Mais on doit enfin tenter de connaître les réactions des socialistes eux-mêmes devant les comportements décriés de la municipalité brestoise.

Sortir du stade du miroir par l’autodiscipline et la connaissance de l’idéologie socialiste :

Les socialistes brestois ne disposent pas encore d’un journal  leur permettant d’exprimer leurs vues ; il existe toutefois « l’Avenir brestois » qui est un journal de gauche, regroupant toutes les nuances de cette famille politique mais qui est davantage proche du radicalisme. L’affaire n’est pas évoquée et on préfère essayer d’expliquer les principes de la doctrine du socialisme. C’est en particulier le cas d’Yves Lefebvre qui écrit régulièrement de longs articles afin d’expliquer l’idéologie collectiviste : pour lui d’ailleurs,  le socialisme doit se construire par la République et les réformes et pas du tout par la violence ou encore par « les vieilles méthodes des guerres sociales » ( L’Avenir brestois, 9 avril 1904). L’attitude du conseil municipal de Brest ne lui convient donc pas : dans sa correspondance il s’en prend régulièrement aux élus municipaux de cette villle et il espère que « Brest pourra bientôt sortir de la période de démagogie où le mouvement s’enlisait» ( lettre à Ch.Brunellière, 31décembre 1904). Pour lui, qui est un des militants les plus actifs dans la construction d’un mouvement socialiste discipliné et efficace, tout comme pour René Litalien qui essaie de  contrôler les autres élus municipaux de gauche lors des délibérations municipales, il est nécessaire de dépasser le « stade du miroir » et de construire un parti socialiste qui évite les comportements tels que les débordements de Le Tréhuidic, adopte une politique démocratique de conquête du pouvoir et se dote d’une conception réfléchie et bien comprise de l’idéologie socialiste. Ces militants n’ont de cesse  que de vouloir se débarrasser de comportements violents, démagogiques ou extrémistes qui sont présents chez de nombreux militants au même moment. Ce faisant, ils s’exposent à la difficulté qui consiste à ne pas se couper de la base électorale du socialisme qui est parfois séduite par des meneurs d’hommes comme Jean-Marie Le Tréhuidic. On reproche en retour souvent à Yves Lefebvre et René Litalien d’avoir une conception trop intellectuelle du socialisme. Quelques années plus tard, des militants comme Emile Goude réussissent à allier les deux, privilégiant la conquête électorale du pouvoir et l’éducation au socialisme, tout en gardant une attitude de tribun populaire. Mais cela passe également par de nombreux échecs, aussi bien électoraux que dans l’organisation d’une structure militante stable. Dépasser le stade du miroir nécessite sans aucun doute de fendre la glace, ce qui n’est pas chose aisée ![13]


[1] L.Coudurier, Une Ville sous le régime collectiviste, histoire de la municipalité brestoise, 1904-1908, Brest, 1908.

[2] André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, présentation de Pierre Milza, Imprimerie nationale, 1995 ( 1ère éd. 1913), p.273.

[3] Il n’est pas dans mon propos ici de définir ce qu’est la théorie lacanienne du stade du miroir, d’autant que j’utilise davantage l’expression dans un sens métaphorique, en lien avec les propos sur les surtaxes pour les miroirs demandés par Le Tréhuidic. Disons simplement que le stade du miroir est pour Lacan le moment où l’enfant entre 6 et 18 mois prend conscience de soi et de son unité corporelle en se reconnaissant par exemple dans un miroir.

[4] On peut retrouver le programme de cette liste dans le journal L’Avenir Brestois , 26 avril 1904.

[5] R.Litalien fut étudiant à l’Ecole Normale supérieure de Paris, où il est un socialiste affirmé. Nommé à Brest, il semble dans un premier temps s’être tenu à l’écart des partisans du socialisme  dans cette ville avant d’être présent au second tout des élections en 1904 sur la liste progressiste. En 1905, il adhère à la Sfio.

[6] On peut constater que l’action de cette première municipalité socialiste de Brest est en réalité assez mal connue encore et n’a pas fait l’objet pour le moment d’une étude systématique à ma connaissance, même si les travaux de G.M.Thomas ou de Cl.Geslin sont très utiles.

[7] Notice «  Le Tréhuidic Jean-Marie » dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français, sd J.Maitron et C.Pennetier, tome 34, Les éditions de l’Atelier, 1989.

[8]  Extraits des délibérations du Conseil municipal de Brest, 19 juillet 1904.

[9] L’Ouest-éclair, 20 juillet 1904.

[10] L.Coudurier, op.cit., p.58-59

[11] Je n’ai pas encore fait de revue de presse systématique, je n’évoque donc que quelques exemples.

[12] Pour une étude de l’insulte comme argumentation politique, on pourra lire T.Bouchet, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique, de la Restauration à nos jours, Stock, 2010.

[13] De nombreux aspects ne sont pas étudiés dans ce billet, bien qu’ils soient importants : l’histoire culturelle ( à travers le rôle de l’hygiène et des parfums, grâce aux travaux de G.Vigarello et de A.Corbin), l’histoire de l’antiféminisme de gauche (Ch.Bard), la comparaison avec d’autres municipalités socialistes comme Roubaix (R.Lefebvre), le rôle de la violence symbolique dans les luttes politiques (P.Bourdieu), la recherche d’une légitimisation politique par l’autocontrainte (M.Offerlé, N.Elias)ou encore la construction d’un ethos socialiste chez les militants sont autant d’éléments qui nécessitent un examen profond dans ce cadre. Mais je réserve de telles analyses pour mon travail de thèse.

La question du duplicata de Mauss ou comment fonctionne la presse socialiste avant 1914

Le 24 juin 1914, Marcel Mauss publie dans L’Humanité un article en page 6 : intitulé «  La semaine américaine », cet écrit porte sur l’amélioration nécessaire des conditions de travail en France, et Mauss commente un exemple d’aménagement du temps de travail pris aux Etats-Unis. On peut retrouver cet article dans le recueil réalisé par Marcel Fournier «  Ecrits politiques » de Marcel Mauss, ou encore sur le site Gallica de la Bnf qui propose la numérisation complète de L’Humanité jusqu’en 1939.

Marcel Mauss, " la semaine américaine", L'Humanité, 24 juin 1914

Mais ce qui m’intéresse ici, plus que l’article en lui-même, c’est que nous pouvons retrouver le même article trois jours plus tard, le 27 juin, dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Finistère, le Cri du Peuple, dirigé par le député Emile Goude. Même organisation de l’article, même typographie, il n’y a guère que la manchette de l’article qui est écrite en caractères différents.

Plusieurs questions se posent dès lors : tout d’abord, est-ce qu’on retrouve le même article dans les autres hebdomadaires de la Sfio ? Un rapide coup d’œil dans le Rappel du Morbihan montre que cet article n’a pas été publié. Il semble donc que le duplicata de l’article ne soit réservé qu’à quelques autres journaux, à moins que Le Cri du Peuple soit le seul à procéder de la sorte. Surtout cela entraîne une vraie autre question : comment réalise-t-on en province un journal socialiste ? Les emprunts à d’autres publications militantes sont très nombreux dans cette période, et il n’est pas rare de retrouver des éditoriaux de grands hommes politiques ou de militants nationaux à la Une du journal finistérien. Mais comment se font ces emprunts ? Qui décide ce qui doit être mis en évidence dans les publications locales ? Ce sont autant de questions qu’il faut aborder en avançant doucement, tant l’étude des publications militantes socialistes en est à ses débuts, du moins en ce qui concerne la région bretonne. Surtout dans le cas de l’article de Marcel Mauss, on peut se demander pourquoi cet article est republié trois jours seulement après être paru dans L’Humanité ? Cela entraîne d’autres questionnements : est-ce que Mauss bénéficie d’une aura si grande en juin 1914 pour que n’importe quel article de lui soit multi-diffusé ? Ou alors est-ce simplement le fruit du hasard ? Ou bien encore y-a-t-il au même moment à Brest ou dans les environs un conflit social qui concerne la durée du travail, auquel cas on comprendrait les intentions du rédacteur du journal du Finistère : reprendre un article de L’Humanité serait dès lors un moyen d’armer les militants socialistes et de justifier leurs revendications.

Je ne peux pour le moment répondre à aucune de mes questions. Mais c’est l’occasion de mieux connaître l’œuvre et la vie de Marcel Mauss, grand militant socialiste et aussi de mieux étudier et comprendre le rôle de la presse militante locale. En résumé, cela avance et comme l’écrit Mauss dans l’article évoqué «  tout ceci se passe non pas dans le pays d’Utopie, mais à deux pas de nous. On peut y aller voir ! ». Ces interrogations sont surtout pour moi l’occasion de m’interroger également sur les fonctions de ce carnet numérique de recherches : plein d’améliorations ( du moins pour moi) sont à venir très prochainement.

Enklask au point mort?

Comme dans toute enquête, il y a des périodes où on ne sait pas vraiment où on va, et en conséquence, on doute de l’ensemble : de l’utilité de la recherche, de l’utilité de la thèse, peut-être même un peu parfois de l’utilité de la vie. Alors Ensklask/Enquête au point mort ? Je n’ai rien écrit sur le blog depuis plus de deux mois. Quant à la thèse en elle-même, sans doute faudrait-il reconnaître que cela n’a pas beaucoup avancé, même si comme tout(e) doctorant(e), je minimise sans doute le surplace. Sans doute est-ce la faute à une audition ratée pour un poste de PRCE à l’université, des cours pour le lycée que me prennent de plus en plus de temps, mais aussi à cause de la préparation de cours de TD «  Histoire des entreprises françaises ». Mais toutefois l’enquête  totalement dans l’impasse.

une place vide aux archives, pour combien de temps encore?

J’ai aussi profité de ces mois de repos en termes d’écriture numérique pour me poser un tas de questions (parmi elles, je suppose une ou deux bonnes) et pour lire de nombreux livres. Parmi les questions, celle-ci : à quoi cela sert-il de tenir un carnet de thèse sous cette forme ? L’idée première était de me pousser à mettre au clair mes idées, l’avancement de mes travaux, mais aussi de pouvoir entrer en contact avec des personnes qui pourraient m’aider à trouver des traces ou des archives privées concernant les militants socialistes bretons entre 1905 et 1940. Résultats des courses : la seule personne qui m’a contacté à partir d’Enklask/Enquête a été une de mes anciennes connaissances qui fut un jour très proche de moi. Autrement dit, on ne peut pas dire que l’objectif premier est atteint. Quant à mettre mes idées au propre, et bien depuis quelques jours je tiens un nouveau carnet papier, où je peux mettre par écrit tout ce qui me passe par la tête sans tenir d’une quelconque interface ou d’un éventuel lecteur. Pourtant je poursuivrai la tenue de ce carnet de recherches sans réellement savoir où cela me mènera : «  le chemin se fait en marchand, et quand tu regardes en arrière, tu vois le chemin que jamais tu ne dois à nouveau fouler » a écrit Machado.Cela semble une bonne devise pour la tenue plus régulière et plus rigoureuse d’Enklask, même si je considère de plus en plus que l’utilisation d’Internet devient une perte de temps.

L’avancée de mes recherches passe par un retour aux archives. Dans le précédent billet, je m’interrogeais sur le rôle de la « belle mort» socialiste pour les militants durant la Première Guerre mondiale. J’en suis toujours là : le livre de George Mosse L’Image de la virilité, en particulier le chapitre intitulé « soldats et socialistes» semble être un bon guide. Mais il me faut surtout mettre de l’ordre dans les différentes notes prises lors de mes recherches en archives.

Par ailleurs, plusieurs lectures simultanées me guident aussi ces temps –ci. Une des interventions au séminaire sur la Première Guerre mondiale à l’Ehess concernait « les philosophes et la guerre» et je dois dire que j’avais particulièrement apprécié la conférence de Frédéric Worms. Quelques jours plus tard, je suis tombé un peu par hasard sur le livre de Benoît Peeters  Trois ans avec Derrida.C’est une sorte de carnet de recherche que l’auteur a tenu lorsqu’il écrivait la biographie de Jacques Derrida. Je l’ai lu d’un seul trait pour de nombreuses raisons qu’il me faudra expliquer ici plus tard. Alors j’ai commencé à lire plusieurs livres de/sur Derrida sans tout comprendre, sans même savoir pourquoi j’y consacrais autant de temps. Peeters dit à un moment donné que l’archive et la cendre sont deux idées chères à Derrida, peut-être est-ce après avoir lu cela que je me suis pris de passion pour cet auteur. Mais dur de lire Derrida.

En conséquence, d’autres livres de philosophie ont suivi : j’essaye en ce moment de lire «Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue, de la pharmacologie» de Bernard Stiegler et «La Traversée des catastrophes» de Pierre Zaoui, deux livres qui viennent de paraître. Et puis toujours les écrits de /sur Guinzburg, de Foucault ou Marcel Mauss. Et puis bien sûr des travaux sur la Première Guerre mondiale.

Une phrase à retenir dans un roman d’Ismaël Kadaré lu dans cette petite traversée du désert personnelle : « Continue ton chemin, moi j’ai affaire ici ».Belle formule pour les jours à venir.

Reprise !

kalos thanatos des soldats socialistes?

Pour les semaines à venir, je vais plus me pencher sur les militants socialistes morts au combat durant la 1ère Guerre mondiale. Je suis frappé par la teneur des articles de la presse militante dans les années 1914/1915 : lorsqu’on évoque la mort des militants, il faut insister sur leurs vertus et leur combat politique. Il y a une “belle mort” pour ces socialistes et il faut impérativement que les articles nécrologiques montrent cet aspect. Ainsi un de ces soldats socialistes bretons peu connus laisse une lettre que le Cri du Peuple publie où il explique que s’il meurt, cela sera en bon socialiste car il est à jour de cotisations. Importance de son adhésion, importance des timbres mensuels qu’il faut coller sur la carte d’adhérent à la Sfio. Un des éléments parmi d’autres à interroger.

Mourir au combat pour ces militants doit être aussi l’occasion d’intégrer pleinement la communauté nationale, mais cela doit signifier bien davantage. Comment cela se passe-t-il concrètement? Quels sont les liens entre le socialisme et la mort? Comment doit-on se faire enterrer? Quelle  signification donner à cette mort au combat pour celles et ceux qui restent? Ce sont ces questions qui me préoccupent. On retrouve des aspects déjà évoqués dans les travaux historiques sur les deuils de guerre. Christophe Prochasson a aussi quelques bonnes pages très intéressantes sur les liens entre les socialistes et la mort dans son dernier ouvrage, “La Gauche est-elle morale?”. Cela alimente ma réflexion, d’autant que j’ai l’impression que cela n’a pas encore vraiment été étudié : quels sont les aspects de la mort au combat des socialistes ? Cela constitue-t-il une “belle mort” pour reprendre le titre d’une étude de Jean Pierre Vernant?

Dans les semaines qui suivent, je vais essayer de bien cerner cet aspect. On m’a offert un nouveau carnet, c’est l’occasion de l’utiliser. Je commence par la lecture de penseurs socialistes: que disent, entre autres,  Jaurès, Adler, de Man ou Blum de la mort au combat? Je reviendrai sur ce point dans le prochain billet. Je lis aussi les travaux de l’anthropologue Louis Vincent Thomas. Très intéressant. Je ferai en outre un compte rendu de lecture du travail de Romain Ducolombier.

Retour sur une intervention impromptue

Expliquer en très peu de minutes le contenu de la recherche expose à plusieurs risques : ne pas se faire comprendre, oublier l’essentiel ou noyer son auditoire sous un flux d’informations débitées le plus vite possible. C’est sans doute un peu tout cela que j’ai fait au dernier séminaire des doctorants. Pourtant j’avais un peu préparé et je comptais évoquer bien d’autres éléments. Mais peut-être que la configuration n’était pas si favorable. Voici ce que j’aurais bien voulu dire :

« Mon sujet de thèse porte tout d’abord sur les années 1905-1940, soit le premier XX ème siècle, période durant laquelle la Sfio devient un parti politique de plus en plus institutionnalisé en France.  Dans cette période, ce qui m’intéresse plus particulièrement, c’est l’étude des militants, la reconstitution de leur carrière militante, les rapports entre les épisodes de leur vie et leur expérience du militantisme.

Surtout, ces militants ont dû faire face, ou faire avec la violence. C’est le second point important de ma démarche. Sous le terme générique de «  violence », ce sont les expériences de la guerre qui seront tout d’abord étudiées, en lien avec l’historiographie actuelle sur les « violences de guerre ».Mais il faut élaborer une typologie des violences, tant ce terme est polysémique : on évoquera donc aussi les violences politiques, en y impliquant les violences symboliques ou ancrées dans les discours. Il faudra donc apprécier tout au long de la thèse la variation des réalités de la violence. Mais cela implique aussi deux autres éléments importants : tout d’abord on peut nier la violence, ou du moins combattre les causes de celle-ci, que ce soit la violence en temps de guerre ou encore la violence politique. Les voies du réformisme politique tout comme le pacifisme devront donc être étudiées comme contre point à la violence en temps de guerre ou en temps de paix. Enfin, il faudra s’interroger pour savoir si telle ou telle forme de violence peut être utilisée dans une autre configuration : ce sont donc les porosités des violences qui occuperont le gros de l’étude. Peut-on utiliser la violence si on est un militant révolutionnaire ? Quelles sont les porosités et les «  chemins » pris par ces porosités ? On peut reconnaître ici une problématique issue des travaux de George Mosse qui a pu parler de «brutalisation» des sociétés européennes après la 1ère Guerre mondiale. Les travaux de Paul Pasteur sur la social-démocratie autrichienne sont aussi utilisés avec profit.

Afin de mener à bien mon étude, quelques précautions méthodologiques se sont imposées d’elles même : un trop large terrain d’enquête n’aurait pas pu permettre de prendre en compte les itinéraires individuels, ni de déceler les rapports intimes que peuvent entretenir les militants avec les multiples formes de violence. J’ai choisi donc un espace restreint à la Bretagne, mais en laissant place à de nombreuses discontinuités géographiques. En clair, j’utilise quelques espaces à l’intérieur de la Bretagne, en fonction des sources et du projet d’ensemble. Il peut y avoir des territoires urbains (Brest, Lorient, Saint Brieuc, Rennes) ou des territoire ruraux ( le Trégor et le centre-Bretagne, ou encore certains littoraux). Parallèlement à la discontinuité géographique, on fonctionnera avec des discontinuités chronologiques, privilégiant l’étude de certains « moments» (comme l’étude de Lorient seulement durant les années Trente, en lien avec la question du pacifisme) bien que des territoires seront concernés par toute la période (comme Brest).Il y aura donc des changements, des ruptures d’échelle. Pourquoi ? C’est là qu’intervient le mode opératoire. Tout d’abord on doit se poser la question des sources : la presse socialiste, tout comme les comptes-rendus officiels venant des services de police sont primordiales. Mais pour connaître plus précisément le rapport à la violence, des sources plus personnelles sont nécessaires : lettres, journaux personnels, discours seront mis à contribution. Mais il faut aussi une analyse fine des comportements en temps de guerre et en temps de paix : une démarche empruntant à d’autres sciences sociales s’est imposée d’elle-même. Si on doit résumer : il s’agit d’effectuer une anthropologie historique du militantisme socialiste face à la violence. Trois points m’occupent particulièrement en ce moment : tout d’abord l’étude de la municipalité brestoise d’avant 1914, ensuite les rapports entre la Sfio, le pacifisme dans les années Trente à travers l’étude de Paul Ricoeur, et enfin le sort des militants socialistes durant la 1ère Guerre mondiale. Quant au planning de recherches : disons une soutenance dans deux ans. »

Voilà le résumé du texte préparé. Je ne crois pas avoir réussi à dire tout à fait cela. En même temps, je repense à un texte de Bourdieu à propos du séminaire qu’il menait à l’Ehess où il affirmait que durant une recherche, on ne pouvait pas être très sûr de soi, et que la pensée s’éclaircissait par la confrontation, les hésitations et les phrases pas terminées. Alors, l’essentiel est de continuer à se plonger dans ma recherche.

démêler les fils d’une recherche

Présenter la recherche en cours est un exercice obligé mais qui est toutefois difficile à réaliser. Comment vraiment savoir où on va ? Combien de fois ai-je été incapable d’expliquer quelle était ma recherche en cours ? Pourtant, on ne peut éviter périodiquement d’expliquer le travail que l’on fait. Certaines séances de séminaire permettent de clarifier un work in progress. Cela sera le cas lors du prochain séminaire des doctorants de l’Ahmoc, où chacun devra présenter sa thèse en cours.

Alors que dire à propos de mon travail en cours ?

Peut-être partir de cette photo :

Il y a dans ces carnets de nombreuses notes prises lors des dernières années. Des compte rendus de lecture, des résumés d’articles, la tenue épisodique d’un journal de recherches, des listes de livres ou d’archives, des débuts d’articles ou de paragraphes, des morceaux d’auto-analyse ou d’hypothèses, un paragraphe rédigé, un autre plus loin dans un autre carnet, un début de plan, un nom à rappeler, une idée pas encore aboutie. Comme sur cette photographie, il y a là les idées amassées, rassemblées et discutées. Je préfère écrire sur des carnets plutôt que d’écrire à l’ordinateur, sans doute y-a-t-il un côté «  old school » qui ne me déplaît pas.

Je les relis souvent, les raye, j’ajoute, je recopie. Parfois, j’oublie des pans entiers de réflexion, mais la relecture m’y replonge. Je sais que dans quelques mois, il faudra y mettre de l’ordre, puis tout rassembler et rédiger. Pour le moment, cela donne une impression de désordre. D’autant que je suis loin d’avoir fini la collecte d’informations.  Mais les doctorant(e)s trop organisé(e)s, qui ont déjà tout planifié, tout organisé, cela me terrifie un peu. Comment ne pas se laisser happer par une idée nouvelle, par un fait nouveau, par un « grain de sable » qu’on avait pas prévu jusqu’à lors ?

En même temps, on ne peut pas passer son temps à faire des «  rêves d’histoire », il faut aussi par moment concrétiser et établir par écrit la recherche en cours. S’interroger trop sur sa pratique a aussi des effets néfastes : on se regarde faire, à tel point que parfois on oublie de faire. Pour le moment, la plus grande part de mon temps consiste à collecter des informations, à lire et relire de multiples travaux. Mais  je n’ai pas forcément le temps que je voudrais (mais qui l’a ?). Sans doute que le fait de tenir un carnet/blog de recherches m’incite à écrire et à réfléchir davantage.

Ma recherche tente de comprendre les rapports qu’ont entretenus les militants socialistes avec la violence au cours du premier vingtième siècle. Mais comme a pu l’écrire Jean Pierre Vernant, lorsqu’on tire un fil et qu’on essaye de se l’approprier, très souvent une pelote de fils emmêlés vient avec, et il faut donc patiemment tenter de s’y retrouver et de délier chacun des fils.

Au hasard des lectures de ce week end, je suis tombé sur un article de Jean le Tréis dans le journal socialiste le Cri du Peuple en 1923. J’ai déjà évoqué LeTréis dans un billet précédent. Mais là, on peut voir que quelques années après avoir quitté avec fracas la Sfio pour aller rejoindre les communistes, il revient à la Sfio. C’est un parcours que l’on retrouve très souvent : la violence de guerre a conduit Le Tréis à vouloir la révolution. Il plonge alors dans un désir de violence politique incarnée par le jeune parti communiste. Mais très vite, il se désengage : il faudrait pouvoir comprendre pourquoi.

Le socialisme, le pacifisme et Ricoeur (suite)

Lorsqu’on s’interroge en historien sur l’action de Paul Ricoeur au sein de la Sfio d’avant -guerre, on tombe souvent sur un texte polémique de Robert Lévy paru dans la revue Sens Public (lire ici). On y découvre une lecture partiale du parcours de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre et dans ses années de captivité en Allemagne. Ce texte, qui nous retrace la genèse des « découvertes» de Robert Lévy n’obéit pas vraiment aux règles historiques en usage. Superposer des citations et en commenter le sens avec les yeux inquisiteurs de celui qui se place anachroniquement au dessus de la mêlée ne fait pas avancer la connaissance historique. Rançon malheureuse de la gloire : grâce à Internet, on tombe et retombe invariablement sur cet article si on cherche des renseignements sur la vie de Paul Ricoeur.

Avec une repartie heureuse, Olivier Abel a répondu sur le site de la fondation Ricoeur à ce texte (lire ici) ; ainsi il écrit  « Il y a donc ici un travail de vérité sur l’évolution de sa pensée en amont de cet épisode, qu’il faut reprendre si l’on veut comprendre les propos incriminés et ne pas les amalgamer avec des choix idéologiques qui leur sont profondément étrangers. Sa propre mise au point, faite en 1994 sous le titre « Note sur Certaines paroles de prisonniers », nous permet de cerner la façon dont lui-même abordait cette période. Il serait d’ailleurs utile un jour de reprendre tous ces textes du Ricoeur d’avant-guerre afin de vérifier leur cohérence et leur force. » Le texte de 1994 rédigé par Paul Ricoeur est aussi disponible sur le site de la fondation (lire ici).

J’essaye donc à une place modeste de reprendre les écrits de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre. Comme le souligne avec force raison Olivier Abel, certains jugements de Ricoeur peuvent aujourd’hui déconcertés mais il importe avant tout de les replacer dans leur contexte. Le philosophe lui-même est revenu à plusieurs reprises sur son parcours personnel d’avant la Seconde Guerre mondiale.

Qu’il se trompe sur certaines dates ou sur certains faits n’implique pas qu’il faille condamner ses témoignages et les placer sous le sceau d’une quelconque volonté de cacher certains épisodes de son existence. De tels procès d’intention ont souvent été faits sur des témoins de la Seconde Guerre mondiale, comme lors d’une table –ronde organisée par Libération à propos des époux Aubrac. Confronter les sources et la mémoire des témoins soumis naturellement aux méandres du temps peut en effet entraîner des réajustements dans la reconstitution de trajectoires de vie. Cela n’implique pas automatiquement, comme le pensent les «Fouquier- Tinville» de la pensée historique, une volonté de mentir de la part des témoins.

De telles précautions méthodologiques impliquent aussi, comme le souligne Abel, qu’il faut s’intéresser de près aux écrits du jeune Ricoeur.

Ainsi dans le précédent billet, j’évoquais un article de l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Morbihan, en date du 29 avril 1939, où il y avait un compte-rendu d’une conférence de Ricoeur fait dans le cadre du cercle « Jeune France » de Vannes. Il est bien précisé l’appartenance du jeune professeur de philosophie de Lorient à ce groupe. Robert Lévy aurait été bien inspiré de s’intéresser à ce type de textes au lieu de se contenter de lancer quelques anathèmes à grand coup de montage de citations. En effet, cette appartenance au cercle « Jeune France » peut aider à expliquer le parcours de Ricoeur dans les années de captivité.

Mais qu’est-ce que le cercle «  Jeune France » ?

Dans le climat des années Trente, prompt à une remise en cause, venant de toutes parts, de la démocratie et sujet à de multiples interrogations sur l’avenir, apparaissent des structures politiques et intellectuelles «  non-conformistes ». “Jeune France” est l’un de ces groupes souvent éphémères. Lancé en 1937 par Jean Rivain, cet ensemble de cercles de réflexion se développe sur l’ensemble du territoire français, comme nous l’apprend Pierre Laborie dans  L’Opinion française sous Vichy (pp 88-89, Seuil, coll. Points, édition de 2001). “Jeune France” a la volonté de regrouper tous les courants politiques et d’aller au-delà de la gauche ou de la droite, mais comme le souligne Laborie «  il y a quelque chose de pathétique à découvrir chez les hommes de cette génération une telle volonté de surmonter le désarroi et de lutter contre le sentiment lucide d’une désagrégation de l’unité nationale » (P.Laborie, op.cit., p.89). Ricoeur appartient donc dans ces années au cercle de Lorient, comme d’autres socialistes,  présents dans ces groupes un peu partout en France. Mais la confusion idéologique entretenue par de telles structures, si elle ne semble pas avoir dérangée Paul Ricoeur, pose problème à d’autres socialistes au même moment. Ainsi, une de ses connaissances, lui aussi ancien étudiant rennais, socialiste et protestant, Robert Gravot ( dont Ricoeur rédigera bien plus tard une préface à son livre regroupant des conférences) , est à l’époque militant brestois  et il s’oppose à l’initiative de Jeune France en des termes très durs :  il écrit dans le Breton socialiste du 11 mars 1939 «  les ‘ cercles Jeune France’ étaient créés, qui rassemblaient les hommes de bonne volonté de tous les partis, pour élaborer un programme d’action commune, et pour sauver notre Empire. Admettons qu’ils furent des pèlerins sincères. La sincérité n’empêche pas l’erreur ».Plus loin dans l’article, il ajoute  que Jeune France représente selon lui «  un état d’esprit pré-fasciste ». Mais le terme employé doit bien sûr être remis dans un contexte bien plus global.

De plus, l’appartenance de Ricoeur à un cercle Jeune France montre qu’il connaissait donc avant son arrivée dans le camp de prisonniers en Allemagne Jean Rivain qui fut par la suite responsable de la publication non autorisée de textes attribués à Ricoeur, cet épisode étant évoqué dans les « notes sur certaines paroles de prisonniers » ou dans la biographie de François Dosse (dont on peut lire le chapitre correspondant aux années de guerre ici).

Loin de confirmer les écrits de Robert Lévy, ce qui précède montre cependant que les activités de Ricoeur dans ces années sont encore mal connues. Comme il l’a lui-même écrit dans les « notes », il faut avant tout retrouver les articles qu’il a pu écrire dans la presse militante socialiste. Plus largement, on ne dispose pas sauf erreur de ma part d’un article ou d’un livre expliquant l’action du philosophe au sein de la Sfio. C’est bien regrettable car cela pourrait éviter des polémiques lancées sur des bases tronquées et fausses. Cela permettrait aussi de mieux restituer le cheminement de la pensée de Ricoeur, confronté aux malheurs de l’époque. D’autres grands intellectuels, comme Claude Lévi-Strauss lui aussi militant socialiste avant-guerre, ont été étudiés en ce sens comme dans le livre d’Alexandre Pajon (qu’on peut lire ici).

Bien sûr ces quelques lignes ne sont qu’une infime part de mon travail de recherche en cours.

11 novembre: “le cauchemar est fini” O.Kerjean

« Le cauchemar est fini. Les mugissements des canons, les sifflements des balles se sont tus. Le ciel bleuté de cette fin d’automne n’est plus terni par les lourdes fumées pestilentielles. Il s’égaie d’un soleil chaud encore qui affirme que la vie peut être vécue comme elle le fut jadis.

Des plateaux crevassé de trous immenses, des tranchées emplies de fils de fer déchirés et de gabions éventrés, des amas de cailloux que sont les ruines des pauvres villages, ne montent plus ni les cris déchirants des blessés, ni les longues plaintes monotones des mourants ».

C’est ainsi que Olivier Kerjean dans le Cri du Peuple du 16 novembre décrit la situation après la signature de l’armistice du 11 novembre 1918. Dans le même article, on perçoit le pessimisme de l’auteur sur la sortie de guerre tant la situation lui semble correspondre à un monde détruit. Pourtant il appelle de tous ses vœux à une action de plus en plus forte du mouvement ouvrier pour construire un monde nouveau où pourraient régner ce qu’il nomme « la concorde et la fraternité universelles ».

Kerjean est un des socialistes dont on retrouve le plus le nom dans les journaux socialistes du Finistère. Il a droit à sa biographie dans le Maitron mais il y a au final peu de renseignements sur son itinéraire. Il est, selon les sources et les périodes, soit avocat, soit publiciste ; membre influent de la Sfio, il participe aussi activement à la Ligue des droits de l’Homme. Après 1920, il reste à la Sfio, et se situe de plus en plus à la droite du parti. Il joue un rôle actif de journaliste au Breton socialiste et ce jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale. Mais il est difficile de croiser les faits le concernant, de rassembler des pièces de puzzle pouvant ressembler à la trajectoire de sa vie. Encore un de ces socialistes dont je peine pour le moment à connaître véritablement le rôle. Mais j’espère bien en savoir plus sur lui dans les semaines à venir.

Ce qu’il écrit a bien sûr une résonance particulière. Je pense aussi aux dernières images du documentaire réalisé par Laurent Veray, « l’Héroïque cinématographe» qui montre les passants lors du 11 novembre. Ces images montrées au ralenti illustrent cette période où la « sortie de guerre » et la démobilisation dans tous les domaines fut parfois difficile.

Le documentaire vient de sortir en dvd ( éditions Scéren-Cndp)

Peu de journaux pourtant ce matin pour rappeler cette Première Guerre mondiale. Si on évoque le 11 novembre, c’est plus le 11 novembre 1940 qui est relaté comme dans Le Figaro ou dans La Croix. Peut-être faudra-t-il attendre 2014 pour renouer avec une actualité mémorielle de la Grande Guerre. J’ai ainsi appris que la BNF prépare une grande exposition sur la période d’entrée en guerre. D’ici là j’aurai- du moins je le souhaite- terminer la rédaction de ma thèse.

Plusieurs publications récentes évoquent des aspects de  cette guerre : les livres d’André Loez, de Juliette Courmont ou de Romain Ducolombier. Je suis en train de les lire et en ferais probablement une recension ici. Relecture aussi du brillant essai de Stéphane Audoin-Rouzeau sur les deuils de guerre. Mais il y a tellement de choses à lire.

Mais Olivier Kerjean dans l’article que je viens de citer me donne une ligne de conduite :

« L’heure presse. L’heure n’est plus aux méditations et aux hésitations. Elle est à la préparation réfléchie, mais sans solution de continuité, en attendant que l’action suive», le Cri du Peuple, 16 novembre 1918.

Le goût de l’archive

Des historien(ne)s comme Arlette Farge ou encore Philippe Artières ont pu évoquer le ” choc physique” qu’entraîne parfois la lecture des archives. Après plusieurs feuillets lus, après de longues prospections dans des cotes qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre, après la fatigue des yeux à force de lire le même type de document ou à force de tourner la molette de la machine à microfilms, il arrive qu’on tombe sur une indication, une lettre ou le compte rendu qui en un instant fait disparaître l’ennui et la fatigue.

Je suis ainsi tombé “par hasard” dans les archives d’ Yves Le Febvre consultées il y a quelques mois sur un brouillon d’article écrit par Jean Jaurès lorsqu’il est venu effectuer une tournée de propagande dans le département du Finistère aux alentours des années 1900. Hébergé chez Le Febvre, qui est à l’époque un des militants les plus entreprenants dans la construction du socialisme en Bretagne, Jaurès a dû écrire ce brouillon puis l’oublier ensuite. Ce sont juste quelques lignes, quelques phrases, le tout est interrompu en plein milieu de phrase. Il n’y a là rien de bien utile a priori pour l’historien. A part peut-être l’essentiel : l’émotion à lire et relire quelques mots écrits par celui qui allait devenir un grand leader socialiste. Et puis il y a aussi la teneur de ces mots, qui nous “parle” bien davantage après l’assassinat de Jaurès. Ces lignes évoquent en effet la guerre et la paix. La dernière phrase en suspension prend tout à coup une autre dimension :

“Petite république, Paris

La Paix nous n’avons jamais désespéré de la paix et nous avons indiqué aux lecteurs les raisons de notre optimisme les raisons confirment no” ; la phrase s’arrête là en plein milieu d’un mot. Comment ne pas penser , par une juxtaposition des années, par une collision des évènements à ce qui se passe en juillet 1914?

Les archives d’ Yves le Febvre sont conservées au CRBC de l’UBO de Brest.

As-tu vu Le Treïs?

Hier fut consacré à la lecture d’articles du Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère, concernant les militants au front durant la Première Guerre mondiale.

Le Cri du Peuple est une aide précieuse pour connaître le parti socialiste dans le Finistère, ( photo dr)

La consultation des tomes du «  Maitron » m’a permis d’identifier certains militants. Mais aussi surtout de voir que les «  soldats socialistes » n’ont pas souvent laissé beaucoup de traces car le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français est lui-même trop souvent silencieux sur eux. Il faut donc poursuivre le travail de recoupement des données. Ainsi, dans les premiers mois du conflit, le journal finistérien met en valeur les militants morts au combat, blessés ou qui se sont illustrés par des actes de bravoure. Par exemple plusieurs soldats originaires de Carhaix sont évoqués par Jean Le Treïs, un des dirigeants de la fédération. Mais d’eux le «  Maitron » ne dit mot. Le Treïs exalte la geste socialiste dans les premiers temps du conflit, c’est plutôt intéressant à étudier. D’autant que ce militant va peu à peu rejoindre la «  minorité » du parti hostile à la guerre, pour devenir ensuite un des fondateurs du parti communiste dans le Finistère. Il est muté en 1922 et peu à peu on perd ensuite sa trace. C’est regrettable d’autant que c’est un personnage clé de ces années.

Jean Le Treïs est un militant socialiste important dans ces années de guerre ( photo dr)

J’espère en découvrir bien plus sur lui, un peu comme Roger Faligot et Rémi Kauffer qui s’étaient lancés à la recherche de Jean Cremet. Mais pour le moment j’essaye juste de mettre un peu d’ordre dans les notes que j’ai prises.

Tout historien a un rapport à “ses” morts (Philippe Artières)

Philippe Artières est un des historiens dont les travaux m’aident le plus à concevoir mon propre objet d’étude.  Je conseille d’ailleurs la lecture de l’entretien d’où j’ai tiré cette citation (entretien avec Ph.Artières paru dans Vacarme, n°43, printemps 2008).

Vouloir reconstituer des parcours de militants implique parfois de commencer par la fin. Lorsque je ne trouve aucun indice, aucune archive personnelle, ni d’aide pour contacter des descendants de personnes dont je cherche à connaître l’histoire, il m’arrive de partir d’un endroit a priori incongru, à savoir les cimetières.  Je cherche en ce moment par exemple des données sur Emile Goude. Il n’y a pas, du moins je ne le sais pas encore, d’archives privées venant de lui. On trouve sa trace dans les différents journaux qu’il a dirigés comme le Cri du Peuple de Brest, ou dans les archives d’Yves Le Febvre qui contiennent plusieurs dizaines de ses lettres.

D’autres documents personnels sont éparpillés dans d’autres fonds d’archives (comme une carte de lui dans les archives privées de Blum ou un rapport personnel rédigé par lui dans les archives de Jules Guesde à L’IIHS d’Amsterdam). Mais il ne semble pas rester d’autres archives personnelles et c’est bien regrettable.

Alors j’ai lu je ne sais plus où ( ce n’est pas dans la biographie que lui consacre le « Maitron» sans doute dans la Dépêche de Brest de 1941 annonçant sa mort ) qu’il a été enterré au cimetière d’Asnières Sur Seine. Alors je vais aller voir (peut-être dimanche ?).

Les tombes peuvent en effet révéler de nombreuses indications. Peut-être  est-ce la lecture du livre d’Olivier Schefer Revenants que je trouve plutôt intéressant ( il écrit ainsi que l’une des questions majeures du cinéma est «  que faire avec un cadavre sur les bras » ) ou alors le fait que ce soit aujourd’hui , mardi 2 novembre, le jour des morts ; mais toujours est-il qu’arpenter les cimetières peut être une piste de recherche à suivre lorsqu’on est sur les traces de personnes aujourd’hui oubliées.

portrait de Louis Dupoux, photo DR

On peut y trouver des photographies comme celle-ci, prise sur la tombe de Louis Dupoux au cimetière de Ploujean (Finistère).Dupoux était un des leaders de la Sfio dans les Finistère dans les années 1930 jusqu’aux années 1950, il écrivait sous le pseudonyme de «La Tour rouge» dans les publications socialistes et fut un résistant au sein de Libération-Nord et devint président du CDL du département. Le jour où j’ai visité ce cimetière, pas de traces autres, pas de fleurs qui pouvaient supposer que sa tombe était régulièrement « visitée ».Aucune autre indication en plus. Quelques mètre plus loin, ce n’était pas le cas de la tombe d’Henri Hémery, lui aussi militant socialiste et surtout un leader important de la CNP (Confédération Nationale Paysanne, qui était une organisation paysanne proche de la Sfio). La tombe était très fleurie, signe d’une « activité» autour de cette stèle. Une piste à suivre donc, mais pas d’autres indications pour autant, pas d’autres noms de personnes, pas d’autres noms de famille.

stèle d'Henri Hémery, cimetière de Ploujean, photo dr

Parfois on peut en effet trouver d’autres renseignements et remonter ensuite par une généalogie inscrite dans le marbre vers des descendants encore vivants de nos jours. Lors d’une visite au cimetière de Saint –Martin à Brest, j’ai ainsi trouvé quelques renseignements complémentaires sur les socialistes Léon Nardon, ancien maire de Brest, ou sur Guillaume Messager, adjoint au maire et responsable de la section socialiste de la ville. Mais s’y retrouver dans le dédale des tombes et des allées des cimetières est parfois long et fastidieux. Mais je suis persuadé que c’est aussi souvent un bon départ. Partir de la fin et faire une histoire régressive.

stèle de Guillaume Messager, cimetière Saint-Martin, Brest, photo dr

La stèle de Guillaume Messager fournit ainsi plusieurs données :  les titres “agrégé de physique, professeur honoraire, chevalier de la légion d’honneur”, les noms d’autres familles associées “famille Daniel-Messager”, d’autres renseignements qui montrent qu’il y a de nos jours des descendants “à notre arrière grand-mère”.

Par ailleurs, Le programme de lecture avance, d’ailleurs d’autres livres s’ajoutent encore. L’étude de Juliette Courmont sur   l’Odeur de l’ennemi, 1914-1918 , A.Colin, 2010, me semble très bien, bien que je n’ai encore lu que quelques pages. Elle allie histoire et anthropologie, ce qui est aussi une de mes démarches.

Question : est-ce que je vais trouver la tombe d‘Emile Goude au cimetière d’Asnières? Sera-t-elle fleurie?