Archives mensuelles : juillet 2011

Alcool, intempérance et socialisme: les militants bretons de la Sfio face à l’alcool, 1905-1940

Les récentes rumeurs sur l’alcoolisme supposé de Martine Aubry, candidate aux primaires du Ps pour l’élection présidentielle de 2012 s’inscrivent dans une longue tradition où les militants ouvriers étaient perçus obligatoirement comme des alcooliques par leurs adversaires, le patronat ou encore les autorités de l’Etat. En effet, au moins jusqu’en 1940, il n’est pas rare de trouver l’ évocation des penchants pour l’alcool, supposés ou réels, des militants de la Sfio dans des comptes rendus de la presse régionale,  dans des rapports de police ou dans des discours d’hommes politiques de droite. En Bretagne, ce type d’accusations est peut-être encore plus utilisé tant l’alcoolisme généralisé d’une partie de la population de cette région est souvent véhiculé comme une évidence permanente.

Comme la consommation d’alcool peut être également associée à la violence[1], il paraît important dans le cadre de mon étude de revenir sur les liens entre l’alcoolisme et le socialisme. Bien que, comme pour tous les billets de ce blog, le lecteur ne trouvera qu’une esquisse de mon travail de recherche, deux questions seront brièvement abordées  :

–          Comment se construit l’accusation d’alcoolisme comme arme politique pour les adversaires du mouvement ouvrier ?

–          Quels sont les discours et les pratiques des militants bretons de la Sfio eux-mêmes à propos de l’alcool ?

On ne trouvera pas ici de réponses définitives à ces questions. Disons simplement qu’il s’agit de plusieurs pistes de réflexion, qui sous une forme ou sous une autre se retrouveront dans mon travail de recherche définitif. De tels aspects sont, de plus, parfois difficiles à aborder car nous touchons là un aspect qui se glisse dans les interstices de la vie privée et de la vie publique des militants, c’est pourquoi cela peut également avoir une vertu méthodologique en questionnant la part d’intime qu’un chercheur en histoire peut avoir à connaître afin de reconstituer des itinéraires militants.

L’importance de l’alcool dans la société française dans son ensemble, tout comme dans la sphère bretonne a été évoquée à de nombreuses reprises : que ce soit Sarah Howard qui  en a étudié les représentations  sous toutes ses formes dans la société française de l’Entre-deux-guerres[2] et surtout Thierry Fillaut[3] qui s’est interrogé sur sa présence en Bretagne, plusieurs historien-ne-s ont montré l’importance de l’alcool comme phénomène social. Mais trop souvent dans de telles approches, les rapports aux pratiques politiques ne sont qu’à peine esquissés. On en revient dès lors à évoquer l’alcool et sa consommation excessive que pour décrédibiliser une mobilisation collective et ce dès le XIXème siècle : par exemple, lors du coup d’Etat de décembre 1851, dans le Finistère, ceux qui refusent de se soumettre aux nouvelles autorités sont présentés comme des alcooliques ayant trop bu et vociférant à la sortie des cabarets[4]. Les documents d’archives issus de la surveillance policière du mouvement socialiste à la fin du XIXème –début XXème siècle à Brest font très fréquemment référence à l’intempérance des militants : «  alcoolique notoire » fait figure bien souvent de synonyme d’ «ouvrier socialiste ». Cette construction négative se retrouve également dans l’Entre-deux-guerres comme lors des manifestations brestoises d’août 1935 : les autorités et de nombreux journalistes ne voient dans les manifestants que des personnes excitées par l’alcool. Pourtant à y regarder de plus près, on peut grâce aux archives du commissariat central de la ville se rendre compte que lors des soirs de mobilisation collective ou de réunions publiques, les incidents dus à l’alcool ne sont pas plus nombreux que les autres jours[5].

Mais c’est surtout à l’encontre d’élus socialistes qu’on peut retrouver des accusations, directes ou indirectes, concernant une consommation excessive d’alcool. Cela fut en particulier le cas pour les élus municipaux de Brest entre 1904 et 1908 ou encore à l’encontre du député du Front populaire Jean –Louis Rolland[6]. Une construction de l’accusation d’alcoolisme comme insulte contre les représentants du mouvement ouvrier se met ainsi rapidement en place au XIXème siècle et perdure durant la première partie du XXème siècle[7]

Mais il paraît important de voir en quoi ce discours des opposants au socialisme a modifié ou non le rapport à l’alcool des militants de la Sfio.

Je dois reconnaître que depuis les débuts de mon travail sur les militants socialistes, il m’est fréquemment arrivé d’écouter et d’enregistrer des anecdotes en lien avec l’alcool. C’est en particulier le cas pour Jean-Louis Rolland, maire de Landerneau et député socialiste avant 1940 puis résistant. J’ai pu retrouver cette proximité avec la consommation d’alcool à de très nombreuses reprises, tant cette pratique peut être associée à une convivialité propice à la constitution de réseaux de sociabilité militante. Cela est d’autant plus vrai que lors des réunions socialistes au moins dans l’Entre-deux-guerres, une buvette était souvent disposée dans le fond de la salle, quand la réunion ne se tenait pas elle-même dans un café. Lors des comptes rendus de ces réunions politiques, la presse militante n’évoque que rarement la présence de telles buvettes ; mais à partir de 1939, dans le climat lourd de venue de la guerre, il n’est pas rare de trouver sous la plume du camarade chargé de résumer les réunions l’indication selon laquelle les discours furent si importants que personne n’avait pensé à  fréquenter la buvette[8].

Il faut dire que la consommation d’alcool, même excessive, n’est pas forcément perçue comme condamnable. L’alcool favorise les échanges, peut renforcer la cohésion des groupes et offre un effet intégrateur aussi bien pour les nouveau militants que pour les plus jeunes. Cela peut aussi renforcer et illustrer la virilité des militants ouvriers. Cette proximité avec l’alcool se retrouve aussi dans les mémoires de Tanguy Prigent, où il évoque à de nombreuses reprises sa consommation excessive d’alcool à partir de 1944, alors qu’il se décrit comme sobre auparavant. Il mentionne surtout le fait que de nombreux autres camarades consommaient eux aussi très régulièrement des boissons alcoolisées[9].

On voit donc que la consommation d’alcool n’est pas forcément perçue négativement et que cela fait partie de la culture militante socialiste par bien des aspects qu’il serait intéressant de mieux cerner. Peu de travaux historiques, sauf erreur de ma part, abordent de telles questions.

Mais surtout il y a au sein de la Sfio un contre discours sur l’alcool : dans l’optique de constituer une humanité nouvelle, la lutte contre l’alcoolisme occupe une place importante dont il faudrait aussi mesurer les effets. Je peux évoquer le rôle important de René Litalien[10], professeur à Brest et militant acharné de la lutte antialcoolique avant 1914. Il développe une action volontariste  et s’acharne dans les journaux militants à défendre une politique de prohibition : «  l’alcool, qui est l’ennemi mortel de toutes les organisations ouvrières, est le fléau des grèves. C’est lui qui surexcitant les cerveaux, rend les conflits plus meurtriers : c’est lui, d’autre part, qui ruine les énergies, affaiblit les résistances, prépare les militants aux capitulations » écrit-il dans L’égalitaire, journal socialiste de Brest, le 11 décembre 1909. En tentant de reconstituer son action, son parcours et en rassemblant ses écrits (il a lancé plusieurs publications antialcooliques), je pourrai peut-être mesurer l’impact de son action qui semble toutefois minoritaire, même si un vaste mouvement de regénération morale est actif au sein de la Sfio durant cette période [11].

Au-delà des quelques considération présentes dans ce billet, on peut se rendre compte que l’étude des rapports entre l’alcool et les pratiques militantes au sein de la Sfio offre un chantier que je souhaite explorer davantage. C’est peut-être le seul aspect positif du lancement des rumeurs concernant Martine Aubry ; mais quand bien même on ne peut pas forcément connaître l’origine d’une rumeur, on peut penser ici qu’il s’agit  d’ une sorte d’impensé de la droite politique française qui a volontiers associé depuis le XIXème siècle mouvement ouvrier, socialisme et alcoolisme.


[1] Pour une première sur les rapports entre la consommation d’alcool et la violence, Laurent Bègue «  pourquoi l’alcool rend-il violent ? » Sciences Humaines, n°220, Novembre 2010.

[2] Sarah Howard, Les images de l’alcool en France, 1915-1946, Paris, CNRS, 2006.

[3] Thierry Fillaut put être considéré comme le meilleur des historiens sur le rôle de l’alcool dans la société française à l’époque contemporaine. Il a également travaillé sur la Bretagne, voir par exemple, Les Bretons et l’alcoolisme (19-20ème siècles), ENSP, 1991.

[4] Laurent Le Gall , « Le 2 décembre 1851 dans le Finistère, un coup d’État évanescent ? », Revue d’histoire du XIXe siècle,22,2001.

[5] La police de Brest doit faire face à de multiples débordements nocturnes durant cette période à cause de la présence du port, de nombreuses troupes françaises et étrangères et d’une population ouvrière nombreuse. Ainsi, une grande partie de son activité durant la nuit consiste à limiter le nombre d’accidents ou de tapages nocturnes. Les archives rendent compte de telles pratiques, ce qui permet au chercheur aujourd’hui de mieux connaître le comportement nocturne de la population. Lors des émeutes de 1935, on constate ainsi que les arrestations pour violences dues à l’alcool, contrairement à ce que disent les autorités préfectorales et la presse, sont peu nombreuses.

[6]La presse de droite, mais aussi parfois les publications communistes évoquent régulièrement, parfois ouvertement, parfois à mots couverts, l’intempérance du socialiste Jean Louis Rolland entre 1936 et 1940.

[7] Une telle considération négative sur les militants ouvriers doit être replacée dans un contexte global de peur de la foule et des mouvements populaires, voir S.Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXème siècle, Aubier, 1990.

[8] On retrouve à plusieurs reprises de telles indications dans le Breton Socialiste des années 1939-1940.

[9] Mireille Prigent, Les maitres de la vérité, M.André, 1985.

[10] Je compte faire un prochain billet sur ce militant.

[11] Plus généralement, on lira avec profit le dernier livre de Christophe Prochasson, La Gauche est-elle morale ? Flammarion, 2010

L’historien doit-il être un fin limier?

Poetry and the Police

Robert Darnton, Poetry and The police, Communication Networks in Eighteenth-Century Paris, Belknap Harvard, 2010.

 

J’ai précise dans un précédent billet que les livres dont je rends compte sur ce blog ont tous un lien avec ma recherche en cours. Il ne s’agit donc pas de compte rendus à proprement parlé, plutôt d’un parcours de lecture où je peux ici et là trouver de quoi alimenter ma réflexion, même si a priori le thème du livre est éloigné du sujet de ma thèse.

Je m’intéresse actuellement aux travaux de l’historien américain Robert Darnton afin d’essayer de trouver des éléments de réponse aux questions suivantes: comment lit-on ? Comment peut-on savoir en tant que chercheur en histoire ce que des personnes retiennent de leurs lectures et comment elles se l’approprient ? Je me pose cette question à propos des militants socialistes. En effet, il n’est pas rare de trouver des mentions de leurs lectures, mais il est difficile de savoir comment on passe des  idées de «grands» auteurs à l’appropriation de ces mêmes idées par de simples militants. Entre ces deux extrémités, il peut y avoir tout un ensemble d’intermédiaires – des militants faisant un compte rendu dans la presse militante, des conférenciers ou encore des intellectuels que l’on pourrait qualifier de subalternes– et c’est justement ce type de questions que l’historien Darnton aborde dans ces différents travaux sur le XVIIIème siècle français.

Une étude d’un réseau de communication :

Dans son dernier livre, l’historien s’intéresse également à la communication des idées, aux réseaux qui permettent les échanges d’idées, de textes ou de chansons. A partir d’une affaire criminelle concernant plusieurs personnes accusées d’avoir propagé des poèmes et des chansons irrévérencieuses envers le roi Louis XV en 1749, Darnton relate le déroulement des événements en eux-mêmes tout en détaillant l’analyse du réseau qui a permis la diffusion des poèmes. Il développe l’argument selon lequel la communication orale a permis de divulguer de multiples informations  durant le siècle des Lumières, et ce aussi efficacement que le réseau Internet permet aujourd’hui à tout un chacun d’accéder à un maximum de connaissances et d’échanges.

Robert Darnton relate en conséquence cette affaire des Quatorze (il y a quatorze inculpés) en essayant de reconstituer l’espace public relationnel qui a permis la diffusion de ces écrits et paroles subversives. Il est  à noter qu’il s’agit d’un «  livre augmenté » car sur le site internet de l’éditeur, on peut entendre les chansons incriminées, ce qui permet de mieux comprendre la portée de telles chansons (voir ici : an Electronic Cabaret https://t.co/XJr5ntG)

Méthode historique = méthode de limier ?

Que retenir de cette lecture, outre le fait que c’est un livre très plaisant ? Tout d’abord je dois constater que ce n’est pas là que j’ai trouvé des éléments de réponses aux questions que je me pose sur le processus d’appropriation des idées contenues dans des livres par les lecteurs militants. Je suppose que je trouverai ces informations dans les autres travaux de l’auteur. Ensuite, la reconstitution d’un espace relationnel de contestation est bien mise en valeur et c’est cet aspect que je retiens ici. Autrement dit, Robert Darnton offre ici de précieux conseils méthodologiques. Utilisant les archives de police et souhaitant reconstituer par pièce de puzzle « l’opinion publique » du XVIIIème siècle, à l’instar des travaux par moments assez comparables d’Arlette Farge, l’historien anglo-saxon montre surtout que les chercheurs peuvent appréhender une société où l’oralité dominait. Ce qu’il faut alors, c’est une méthode d’enquête. Pour lui, le travail du chercheur en histoire ressemble alors au travail de détective : « historical research resembles detective work in many respects (…) they [ les détectives, mais aussi les historiens] interpret clues, follow leads, and built up a case until they arrive at a conviction » p.141-142.

Se démarquant d’autres historiens qui ont établi une différence entre le travail d’historien et le travail de détective, comme Carlo Ginzburg , Robert Darnton écrit que les deux méthodes ont de très nombreuses similitudes et cela permet au chercheur en histoire de saisir « the oral experience of people from the distant past » p.141.

Je dois dire que sur ce point le livre de Robert Darnton est plutôt convaincant et que les faits énoncés me donnent la conviction de sur bien des aspects, je peux reconstituer le parcours des militants socialistes et les interactions entre leur identité et la violence entre 1900 et 1940, même si comme l’a écrit Sergio Luzatto «  il est presque impossible, enfin, de suivre à la trace les fantômes historiques » (L’Impôt du Sang,PUL, 1996, p.9). Peut-être qu’avec l’aide des travaux de Darnton, de telles traces seront plus visibles.