Archives quotidiennes :

«Ah chacun voit midi à sa porte !»

bureau, à 10 jours de la rentrée

Une petite pause dans la poursuite de la recherche en cours qui en ce moment concerne toujours la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement vue du côté des instituteurs et des institutrices. Ils sont en effet très nombreux au sein des sections socialistes en Bretagne et leur importance oblige à étudier en profondeur la profession. En particulier, je m’intéresse à leur participation aux combats, leurs réactions durant le conflit et juste après. Certains, ou certaines puisque les institutrices sont actives durant cette période même si elles ne participent pas au combat, deviennent d’ailleurs des opposants à l’Union sacrée, mais ils sont toutefois minoritaires et ce sont davantage des instituteurs socialistes persuadés de la justesse de la cause française et déterminés à la victoire que je peux étudier pour le moment. Beaucoup de ces instituteurs sont également militants syndicaux et il me faut également creuser dans cette direction. J’ai en ce moment sur mon bureau une vingtaine d’ouvrages sur le sujet, plusieurs dossiers individuels de ces instituteurs, très surveillés par les autorités si j’en juge par la masse de rapports les concernant et qui sont bien utiles aujourd’hui pour l’historien. J’ai aussi  préparé mes prochaines visites dans les archives, avec le sentiment ambivalent qu’il m’en reste beaucoup à consulter encore, et qu’en même temps je commence à avoir l’essentiel pour bien rédiger. J’ai d’ailleurs rédigé pas mal de pages, pas définitives ; bref, tout avance.

                Et pourtant dans une dizaine de jours, il faudra retrouver de nouvelles habitudes de travail, puisque la rentrée scolaire aura lieu. Mener de front les deux oblige à une organisation stricte, ou du moins dans l’idéal la plus stricte possible, et surtout cela signifie qu’il faut plus de temps de mener à bien la thèse. Je crois qu’officiellement le temps d’une thèse doit durer trois ou quatre ans, moi je me suis inscrit en décembre 2007, j’aurai donc à la fin mis presque 6 ans. Je triche un peu puisque j’avais déjà mené des recherches avant de pouvoir m’inscrire. Alors est-ce un avantage ou un inconvénient d’écrire sa thèse lorsqu’on enseigne en même temps ? Les personnes qui méconnaissent le travail d’enseignant diront sans doute que j’ai du temps de libre, des vacances, mais justement le métier de professeur ne se fait pas à moitié, ce n’est ni intéressant ni viable à long terme si l’on se contente de peu, il faut donc lui donner la priorité, le reste arrive ensuite. J’aurai donc mis davantage de temps, je serai aussi bien plus âgé que la moyenne des doctorant-e-s ; d’autres que moi auront profité d’avantages, de meilleures conditions de recherche, d’aides, de bourses doctorales, de contrats mais en réalité je les envie pas. Il faudrait d’ailleurs s’interroger plus longuement sur les conditions dans lesquelles on rédige une thèse et sur les différences que cela peut entraîner. Lorsque j’ai obtenu mon CAPES, un de mes profs de fac m’a tout de suite dit que je devais préparer l’agrégation, l’avoir serait facile selon lui pour moi, et ensuite que je pourrais me consacrer à une thèse. Je lui alors répondu que je ne voulais pas, et il m’a rétorqué, déçu et dédaigneux : «ah chacun voit midi à sa porte !». Plutôt que de lui expliquer que je n’avais aucun moyen financier de poursuivre mes études, qu’il me fallait travailler pour rembourser mon prêt étudiant, j’ai préféré esquiver et lui laisser penser que je manquais cruellement d’ambition. Lorsque j’ai parfois un peu de mal à gérer le travail de thèse et le métier d’enseignant, je me souviens de cette phrase et je retrouve toute ma motivation. Certains d’entre vous verront dans ces lignes un peu d’un «refus de parvenir» cher à Albert Thierry ou alors un air de « lutte des classes/lutte des places» : dans les deux cas, ils n’auront pas forcément tort !

                Mais concrètement, contrairement à ce qu’on entend depuis lundi sur les médias, ce n’est pas encore la rentrée, et donc plein de nouvelles perspectives de recherche. À suivre dans quelques jours.