Archives quotidiennes :

La psychanalyse comme arme politique: retour sur Yves Le Lay

Dans quelques jours je vais enfin pouvoir consulter une correspondance échangée entre Augustin Hamon, intellectuel et militant socialiste en Bretagne et plusieurs autres militants de la région. Il y a en particulier des lettres de socialistes mobilisés durant la Première Guerre mondiale, souvent l’unique source pour mieux connaître leur parcours durant ce conflit. Je sais aussi qu’il y a en outre plusieurs lettres d’Yves Le Lay dont j’ai eu l’occasion de parler ici à quelques reprises. Et plus je lis d’articles de lui dans la presse socialiste,  ou plus j’apprends dans les archives des renseignements sur lui, plus je me dis qu’il n’a pas la place qu’il aurait fallu ni dans l’histoire du mouvement ouvrier, ni dans l’histoire de la psychanalyse en tant que premier traducteur français de Freud et de Jung.

Retrouver l’ombre rouge d’Yves Le Lay . Photographie DR, août 2012

Il faut reconnaître qu’il semble avoir bien séparé les deux domaines, mais à y regarder de plus près, on peut toutefois voir que ses deux activités, celle de militant et celle de traducteur des premiers travaux de la psychanalyse, se rencontrent dans certains cas qui obligent dès lors à l’étudier selon un axe d’étude plus large.

L’affaire de Bégard : Freud et les prêtres pédophiles

J’ai ainsi sous les yeux un article qui est paru le 24 avril 1927 dans l’hebdomadaire socialiste des Côtes du Nord, L’éveil breton. Le titre semble de prime abord anodin : «l’Affaire de Bégard». On peut, en effet, parfois s’étonner de voir que dans la presse militante socialiste, il y a aussi de nombreux entrefilets relatant tel ou tel fait divers lié à la vie locale. Mais dans ce cas, le fait divers est évoqué dans une perspective autre: il s’agit tout d’abord d’affirmer une combative identité laïque, et par la suite de déployer une argumentation teintée de psychanalyse qui devient une arme politique socialiste.

L’affaire de Bégard, un petit village des Côtes du Nord, concerne deux  ecclésiastiques qui viennent d’être arrêtés en avril 1927 pour avoir contraint de jeunes enfants à avoir des relations sexuelles avec eux. Cette arrestation comme l’écrit Le Lay « fait beaucoup de bruit dans la région» et l’hebdomadaire socialiste n’hésite pas à l’utiliser comme un argument anticlérical. Les journaux à audience nationale de la Sfio font de même puisqu’on peut lire plusieurs comptes rendus de l’affaire dans Le Populaire ou Le Midi socialiste[1].

Pour Le Lay, il s’agit davantage d’expliquer que c’est la nature même de la fonction de prêtre qui rend possible de tels actes pédophiles. Il précise tout d’abord qu’il n’écrit pas cet article pour affirmer sa haine de la religion :

« Il ne nous plaît point de manifester à cette occasion la haine de la religion que nos adversaires nous prêtent et que nous n’avons jamais eue.»

Mais il apporte des éléments d’explication où les théories freudiennes sont bien apparentes : ce fait divers « apprend aussi que la sexualité refoulée conduit au vice » et qu’il est impossible selon lui que les prêtres puissent continuellement exercer leur vœu de célibat car « on ne lutte pas ainsi contre l’instinct sexuel, le plus puissant qui soit, le plus impérieux, le plus violent ».

Si on retrouve ici un argumentaire où l’on perçoit aisément que Le Lay maîtrise parfaitement l’apport psychanalytique, on peut lire ensuite que le militant socialiste en tire un certain nombre d’enseignements pour affirmer la supériorité d’une éducation laïque et s’opposer au « catholicisme de combat » que doivent affronter les socialistes en Bretagne.

Yves Le Lay : un parcours à suivre

Ce petit billet souhaitait aussi s’attarder sur la richesse des  nombreux articles d’Yves Le Lay : bien souvent en effet, les publications socialistes départementales sont remplies d’écrits peu originaux, englués dans une rhétorique ennuyeuse associée à des développements théoriques superficiels. Avec Le Lay, c’est totalement différent et ses écrits laissent apparaître l’esprit d’un intellectuel militant qui mériterait de ne pas rester dans l’oubli.

Difficile surtout de détacher mon propos du moment de lectures récentes, en particulier les romans noirs de Ken Bruen qui éclairent sous la lumière vive les errements de l’église irlandaise sur les crimes sexuels anciens ou récents de nombreux prêtres dans ce pays. Dans un autre article, Yves Le Lay précise aussi ce qu’il pense de l’utilisation de la religion dans l’espace public et politique :

« Ah ! Comme ils se dressent sur le piédestal de leur religion ; comme ils se sentent fiers d’avoir « évité » la honte ; comme les soutanes tonnent contre le péché honteux, le péché de la chair, celui qui constitue dans leur monde artificiel, le Péché par excellence. »

 

 



[1] On peut y apprendre que les deux abbés, responsables d’un collège catholique sont condamnés à plusieurs années de prison après avoir été reconnus coupables de viols sur des enfants de moins de 13 ans. Ce type d’affaire est fréquemment utilisée par les anticléricaux et la libre pensée. Voir à ce sujet, Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France 1848-1940, Paris, A.Michel, 2001.