Archives par mot-clé : Cornec

« Avec vous de tout cœur. Munitions pour la paix !»: La Révolution Prolétarienne et le mouvement ouvrier en Bretagne

Dans ce numéro de septembre 1935, la RP contient un article sur les émeutes de Brest

J’exploite avec un grand intérêt en ce moment la revue La Révolution prolétarienne qui est disponible sur Gallica. J’avais vu il y a quelques mois que cette revue était en ligne, mais il manquait alors de nombreuses années ; c’est dorénavant presque complet puisqu’il manque seulement deux années (1928 et 1930) mais on peut supposer que cela sera bientôt également mis en ligne.

La Révolution prolétarienne a été fondée en 1925 par Pierre Monatte et incarne l’opposition de gauche au Pcf dans l’entre-deux-guerres pour se rapprocher ensuite du syndicalisme révolutionnaire, comme le sous-titre l’indique («revue bimensuelle syndicaliste révolutionnaire »). On y retrouve la signature de nombreux militants et intellectuels connus pour être très critiques vis-à-vis des grandes organisations du mouvement ouvrier, que ce soit le Pcf, la Sfio ou la Cgt, tout en participant pour chacun d’entre eux aux actions du mouvement ouvrier durant cette période. Leur regard, souvent acerbe mais très bien informé, en fait une source indispensable pour la connaissance de ces organisations et des mouvements sociaux de l’époque.

Trois raisons plus particulièrement me semblent expliquer mon utilisation actuelle de cette revue. Tout d’abord on y trouve de longs reportages sur tel ou tel mouvement de grève qui a lieu dans toute la France et en ce qui concerne la Bretagne, on peut ainsi lire de très bons articles sur les grèves dans les usines sardinières de Douarnenez, sur l’affaire des normaliens de Quimper ou encore sur les journées d’août 1935 à Brest qui ont marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans cette ville. De tels reportages, souvent très longs et détaillés, donnent une vision complémentaire, et parfois plus complète, aux autres sources que l’on peut disposer sur le sujet.

Mais lire la Révolution prolétarienne, qui a priori n’a rien à voir avec la Sfio, permet également de disposer d’informations sur les lecteurs de cette revue et sur des militants qui sont pour certains liés peu ou prou au milieu partisan socialiste. On trouve en effet parmi les lecteurs de cette revue de très nombreux instituteurs bretons qui sont des acteurs importants du mouvement ouvrier dans cette région. Disposer, par les informations contenues dans cette revue, de données parfois difficiles à trouver ailleurs, est une aide précieuse pour l’avancée de mes travaux. Ainsi les instituteurs Cornec, Drapier, Allot, ou bien encore Rollo comptent parmi les auteurs d’articles de la revue. Il ne faut pas non plus négliger les courriers adressés à la revue qui sont souvent publiés et que se révèlent parfois être des militants bretons, comme cet instituteur, Kersulec, dont on publie le court encouragement dans le numéro du 25 octobre 1938 : « avec vous de tout coeur. Munitions pour la paix ! ». Enfin, on dispose régulièrement des comptes de la revue qui sont publiés. On peut ainsi voir qu’à la fin des années Trente, la revue a 10 abonnés dans les Côtes du Nord, 20 dans le Finistère, 6 dans l’Ille-et-Vilaine et 7 dans le Morbihan, soit en tout plus de 40 abonnements sur un total de 1200. Mais la moitié des abonnements concerne Paris et sa banlieue, et du coup si on prend en compte l’ensemble de ces données, on peut affirmer que les départements bretons disposent d’un chiffre relativement important d’abonnés, qu’il faut surtout mettre en lien avec l’ensemble du mouvement ouvrier, peu organisé dans cette région et minoritaire en tout cas dans la sphère politique. C’est toute l’importance de ces enseignants syndicalistes révolutionnaires dont Claude Pennetier a établi un portrait collectif, que l’on mesurer à la lecture de La Révolution Prolétarienne.

Enfin, cette revue contient de nombreux articles d’analyse sur les problèmes de la guerre et la paix. D’une ligne farouchement pacifiste, la RP comme on dit alors, s’oppose à toute forme de nouvelle union sacrée ou encore à toute forme de guerre préventive contre le fascisme et le nazisme. C’est d’ailleurs sur ce point que la lecture devient passionnante et en même temps douloureuse, tant de nombreux militants comme Jean Barrué ou Robert Louzon se montrent partisans de l’ultra-pacifisme au détriment de toute autre considération en se laissant aller à des remarques parfois positives à l’encontre du nazisme ou encore en laissant poindre comme dans les articles de Robert Louzon un antisémitisme qui a été bien mis en évidence dans les travaux de Michel Dreyfus. On peut surtout y lire une focalisation de ces militants sur la Première Guerre mondiale et sur ce qu’ils nomment avec d’autres la trahison des responsables syndicaux et socialistes à partir d’août 1914. De tel propos sont tenus par celles et ceux qui ont vécu la guerre, comme Monatte, mais aussi pour les militants qui m’intéressent plus particulièrement par Joseph Rollo ou Jean et Josette Cornec. Ils sont aussi bien souvent au cœur de l’argumentaire militant pour d’autres qui sont nés après cette guerre, ce qui illustre l’importance de 14-18 comme référence y compris lorsque l’on est issu d’une génération postérieure. Cela renforce tout l’intérêt que je peux porter à la lecture de cette revue qui recèle donc d’informations à propos de mon sujet.

Je n’ai pas fini de lire et d’exploiter tous les numéros de cette revue qui est par chance disponible en ligne (Merci Gallica!), peut-être y trouverais-je encore d’autres informations nouvelles. Je vous invite à aller lire par vous-même cette revue qui a marqué l’histoire du mouvement ouvrier dans son ensemble. Par ailleurs, dans quelques semaines, je reviendrai dans ce carnet de recherche sur un centenaire qui ne fait pas la Une : il ne s’agit ni du centenaire de Ricoeur né en 1913, ni du centenaire du premier conflit mondial qui commence à prendre quelque ampleur. Mais en mars 1913, la Sfio tient son congrès annuel à Brest ! Congrès important au moment où le parti se lance dans une campagne de masse contre la loi des trois ans , mais congrès écourté pour plusieurs raisons, l’absence de beaucoup de leaders socialistes retenus à la Chambre y étant pour beaucoup. Ce centenaire sera l’occasion pour moi de faire le point sur ce qu’est la Sfio en Bretagne en 1913.