Archives par mot-clé : Durkheim

«A…D…, je me souviens de ton dernier regard»

« Journal d’un homme de 40 ans » est publié en 1934.

En ce moment, j’essaye de rassembler des informations pour écrire. Cela implique de faire ce que l’on peut appeler des recoupements, c’est-à-dire à faire croiser des informations afin de pouvoir rédiger tel ou tel passage. Et parfois ces informations se croisent, alors qu’a priori il n’y avait pas de lien entre elles. J’ai évoqué il y a quelques temps Jean Guéhenno, cet intellectuel influent de l’entre-deux-guerres qui était originaire de Fougères. Depuis, j’ai cherché et trouvé, parfois avec l’aide d’autres personnes, des informations sur la période où il est un combattant de la Première Guerre mondiale. Et j’ai lu aussi plusieurs de ses textes, sans trop savoir d’ailleurs comment je pourrais éventuellement les utiliser dans ma thèse. Car, si Guéhenno est né dans une famille modeste de Bretagne, il n’est pas membre de la Sfio et n’intervient pas vraiment dans l’espace géographique qui fait l’objet de ma recherche. Il évoque certes à de nombreuses reprises la vie avant 1914 à Fougères et il est proche des socialistes par la suite, mais le chercheur en histoire s’interroge toujours sur la nécessité ou non d’utiliser de tels témoignages peut-être un peu trop rapidement jugés trop littéraires. Pourtant, j’ai poursuivi mes lectures, en découvrant qu’il a entretenu par exemple une copieuse correspondance avec Louis Guilloux et qu’ il a à maintes reprises écrit sur son expérience de combattant de 14-18. Ces écrits sont d’autant plus intéressants pour moi qu’il écrit dans le contexte de l’entre-deux-guerres et qu’il est profondément marqué par un pacifisme soumis à rude épreuve à partir des années 1930. Aussi, je continue de chercher des traces de Jean Guéhenno, ce qui m’a permis par exemple de découvrir ses écrits dans la Revue Europe, où il aborde fréquemment les questions de la guerre et de la paix, mais aussi de la violence politique et révolutionnaire, ce qui est au cœur de mon travail de thèse.

Et puis des fois, certaines informations se croisent : j’ai relu il y a peu le Journal d’un homme de 40 ans, un essai autobiographique publié pour la première fois en 1934. Jean Guéhenno revient longuement dans son récit sur la Première Guerre mondiale. Ce premier passage m’a alors intrigué :

« Je tombai malade et dus attendre encore. Infirmerie. Convalescence. Mes amis, eux, se battaient. A…D…, je me souviens de ton regard. Le premier août, vers quatre heures, devant la gare du Luxembourg. Tes yeux clairs étaient pleins de tendresse. »[1]

Un peu plus loin Guéhenno précise :

« J’allais lire tout ce courrier adossé à un tilleul. Des hommes de corvée balayaient autour de moi les feuilles tombées. C’était là écrit : A…D… avait été tué en Serbie, du côté de Guevguéli, au cours de la retraite. Il faut un extraordinaire acte de foi pour se représenter la mort, quand on n’a vu ni le cadavre ni la tombe. Je ne parvenais pas à y croire. Qu’était-ce qu’un homme tué ? C’était plus affreux qu’un mort »[2]

Les initiales AD, la mort dans les Balkans, le corps non retrouvé, tout cela m’a alors fait penser à un texte que j’avais également écrit ici, celui concernant la mort d’André Durkheim, tué au combat en 1915 dans des conditions similaires. Je n’avais vu nulle part que les deux hommes étaient proches, étaient amis comme le texte de Guéhenno le montrait. Alors j’ai aussi pensé à une simple coïncidence. Mais non, Le « A…D… », que l’auteur du Journal d’un homme de 40 ans appelle aussi son « ami Juif » était bien André Durkheim. Cette information, je viens de la lire dans un des très rares ouvrages consacrés à l’écrivain, un ouvrage collectif intitulé  Jean Guéhenno, guerres et paix[3]. Non seulement il s’agit bien d’André Durkheim, très proche ami, mais l’auteur originaire de Fougères a, après la guerre, écrit une tentative de roman intitulée Une Jeunesse morte où il s’est inspiré de Durkheim pour en faire un personnage du livre. Je vais me dépêcher de le lire maintenant que je sais ça.

En dehors de la coïncidence, ce fait me rappelle qu’il me semble difficile de déceler les relations amicales entre les personnes dont on cherche à retracer l’histoire. Dans le cas des militants socialistes qui occupent ma recherche, c’est une dimension que je ne dois pas oublier, même si mettre en évidence l’amitié entre militants n’est pas chose aisée. Il ne s’agit pas de reconstituer a posteriori d’hypothétiques réseaux reposant sur des proximités de parcours, d’adhésions ou d’appartenance à un même parti ou à une même organisation. Guéhenno écrit « l’âme d’un ami est comme une annexion »[4] , je ne suis pas sûr de bien comprendre la phrase, tout comme je ne suis pas sûr de réussir à retisser les liens d’amitié qui existaient entre les militants que j’étudie. C’est pourtant là sans doute que se trouve aussi ce qui explique leur engagement.

La Jeunesse morte est un livre publié aux éditions Claire Paulhan[5].J’espère pouvoir mettre la main dessus dès demain. Paulhan… Là encore le nom résonne de façon particulière. Jean Paulhan en effet apparaît aussi dans ma recherche. Il séjourne fréquemment en Bretagne dans les années Trente chez le docteur Frédéric Choffé. En ce moment, je cherche là encore à faire des recoupements à son sujet, ce qui m’entraîne parfois assez loin du point de départ. Ce sera l’objet d’un prochain billet.



[1] Jean Guéhenno, Journal d’un homme de quarante ans, Paris, Le Livre de Poche, édition de 1965 (1ère éd. 1934) , p. 162.

[2] Jean Guéhenno, op.cit., p.168.

[3] Jeanyves Guérin, Jean-Kely Paulhan, Jean-Pierre Rioux (éds), Jean Guéhenno, guerres et paix , Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

[4] Jean Guéhenno, op.cit., p.169.

[5] Jean Guéhenno, la Jeunesse morte, Paris ,éditions Claire Paulhan, 2008.