Archives du mot-clé Goude

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .


[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.

1932 : élection du député socialiste dissident Émile Goude

Goude vu par La Vie Socialiste, 15 février 1929

Au cours des élections législatives actuelles de juin 2012, Le Parti socialiste doit faire face dans plusieurs circonscriptions à des candidat-e-s qui se revendiquent «socialistes» sans avoir l’accord des instances nationales pour se présenter. Résultat de plusieurs configurations possibles en fonction des contextes locaux, le statut de «candidat socialiste dissident» ou encore de «député socialiste dissident» n’est pourtant pas une nouveauté en France pour le PS puisque très fréquemment ce courant politique a dû faire face à des dissidents et à des députés qui acceptaient mal les directives du parti au point de le quitter[1]. Plus que d’éventuelles concordances avec la situation actuelle, ce sont les éléments qui constituent une identité de «député dissident» qui m’intéressent ici. Je partirai en conséquence de l’exemple d’Émile Goude qui a été un des premiers leaders du socialisme en Bretagne : il est élu député SFIO de Brest en 1910, puis en 1919 et il est ensuite réélu deux fois en 1924 et 1928. Pourtant à partir de 1929, il s’écarte de la fédération socialiste du Finistère : directeur de l’hebdomadaire Le Cri du Peuple, qui jusqu’à présent était le journal de la fédération, il choisit de le réserver dorénavant exclusivement à son action et à ses partisans. Goude appartient en effet à l’aile droite de la SFIO, celui qui est rassemblée autour de la revue  La Vie socialiste  dirigée par Pierre Renaudel et Marcel Déat. Comme eux, le député brestois est partisan d’une participation socialiste au gouvernement. En octobre 1929, il choisit de quitter la SFIO, ainsi que la CAP, pour montrer son désaccord avec l’évolution du socialisme dans le Finistère. Par la suite pourtant, il souhaite à plusieurs reprises être réintégré dans le parti, mais la fédération socialiste refuse nettement malgré des négociations avec des dirigeants nationaux. Aux élections de 1932, Émile Goude se représente dans sa circonscription sous l’étiquette socialiste mais sans appartenir à la SFIO, qui choisit de son côté de ne pas présenter de candidat. Il est facilement réélu et reste à la marge du parti et ne souhaite pas adhérer à un autre groupe politique comme celui que les partisans du néo-socialisme mettent en place à partir de 1933. En 1936, c’est un de ses soutiens fidèles, Jean-Louis Rolland, qui se présente sous l’étiquette socialiste et est élu. La carrière politique de Goude se termine à ce moment là et ses interventions publiques se font très rares ensuite.

Pourquoi devenir dissident ?

La Vie socialiste , 2 février 1929 (article de Goude : "la grave question des unitaires membres du parti")

La démission de Goude de la SFIO est l’aboutissement d’un processus datant du milieu des années 1920. Partisan d’une politique d’entente avec les radicaux, le député brestois est sur la ligne d’une participation socialiste à un gouvernement de cartel des gauches. Cette position fait de lui un des membres de la tendance participationniste rassemblée autour de La Vie socialiste, que l’on peut considérer comme la droite du parti. Il s’explique d’ailleurs dans son journal sur les raisons de sa démission : «  une longue, sournoise, persistante campagne de calomnies a été dirigée contre moi au sein des sections […] on s’est efforcé, en même temps de bolcheviser ma circonscription »[2]. L’opposition entre Goude et la fédération socialiste va en effet en augmentant à partir de 1929 et les tensions restent vives.En effet, plus que les liens entre le député et le parti officiel, ce sont les militants qui sont l’enjeu principal : il reste en effet de nombreux militants de la SFIO « goudistes » et les « antigoudistes» ont peine à rassembler l’ensemble des forces militantes. Cela explique qu’en 1932, Goude soit toujours le candidat soutenu par les instances officielles. De même en 1935, c’est encore lui qui conduit une liste de gauche aux élections municipales de Brest. Mais son échec entraîne la fin de la ligne défendue par les partisans de Goude. C’est dorénavant un rapprochement avec les communistes que favorisent les socialistes et de nombreux militants de la SFIO veulent tourner définitivement à Brest ou ailleurs la page du « goudisme ». Jean-Louis Rolland, une fois élu, n’évoque ainsi presque jamais son ancien mentor.

Comment réagit la SFIO ?

                La SFIO avait déjà réagi face au dissident Goude. Dès 1928, le député de Brest adopte des positions qui vont à l’encontre de la doctrine officielle du parti. Attaché à son indépendance d’action, Goude s’oppose également à tout militant ou élu qui lui demande de favoriser avant tout les intérêts du parti au lieu de son cas personnel. Voyant que cela ne freine pas les actions personnelles de Goude, la fédération du Finistère organise la riposte : un nouveau secrétaire fédéral est désigné, Guy Le Normand, qui a pour mission officielle de redynamiser la fédération, mais pour mission officieuse de se débarrasser du «goudisme». Un nouvel hebdomadaire, le Breton socialiste, est lancé pour faire concurrence au Cri du Peuple de Goude qui perd peu à peu son lectorat. On peut donc voir que le parti officiel fait en sorte de s’organiser pour limiter l’influence du dissident. Pourtant, lors des périodes électorales, la SFIO n’hésite pas aider Goude et elle lui permet de garder son mandat de député en 1932. Tant qu’un dissident est en position de gagner des élections, les socialistes le soutiennent tout en préparant sa succession et en limitant au maximum son influence. C’est ainsi que Émile Goude après 1936 a perdu toute influence sur le socialisme à Brest, au point que les militants n’évoquent pratiquement plus celui qui est pourtant à l’origine du socialisme dans cette région.

La discipline de parti et la violence des polémiques

                Si je m’intéresse au sort de ce député dissident, c’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord la position doctrinale de Goude – même si comme c’est souvent le cas dans la dissidence des députés, les questions de personne sont importantes – a évolué à partir des années 1920. Partisan d’un réformisme déclaré, il condamne ainsi souvent l’utilisation de la violence dans les pratiques militantes et de ce qu’il nomme le bolchevisme ou les «stipendiés de Moscou». Ensuite les polémiques entre les partisans de Goude et la SFIO sont marquées par des discours souvent violents, des insultes et des affrontements parfois physiques lors de débats publiques. Cela nécessite surtout de s’interroger sur la discipline de parti tel qu’on la conçoit dans l’entre-deux-guerres. En effet, favoriser l’obéissance aux directives nationales et fédérales et respecter la discipline militante sont des enjeux de taille pour la SFIO depuis sa création. Il me paraît important en conséquence de mieux comprendre comment l’identité socialiste inclut des normes d’obéissance et des formes de contrainte et d’autocontrainte dans les pratiques militantes. C’est pourquoi le cas évoqué ici peut aider à mieux saisir ces différents processus qui sont un des éléments importants de ma recherche en cours.


[1] Sur l’histoire des socialistes, en particulier sur la question du rôle des élus dans le parti et de la participation à un gouvernement, A.Bergounioux, G.Grunberg, Les Socialistes français et le pouvoir, l’ambition et le remords, Paris, Hachette Pluriel, 2007.

[2] Lettre d’E.Goude publiée dans la Vie Socialiste, 23 novembre 1929.