Archives par mot-clé : Masson

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .


[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.

«16 septembre.Pluie battante toute la journée»: tenter une micro-histoire de la guerre

couverture du JMO 87e RIT
couverture du JMO 87e RIT

Parmi les sources que je repousse souvent d’utiliser, il en est deux qui pourtant sont souvent très utiles, même si leur utilisation est très souvent fastidieuse. Il s’agit d’une part des délibérations de conseils municipaux, et d’autre part des JMO, les fameux Journaux de Marche et d’Opérations qui relatent, pour un grand nombre d’unités de l’armée française, les opérations effectuées durant la Première Guerre mondiale. Ces deux types de sources sont souvent en ligne, c’est en particulier le cas des JMO. En ce qui concerne les délibérations de conseils municipaux, les lire et les exploiter, c’est entrer dans le quotidien d’une ville avec tout ce que cela signifie de routinier : c’est foisonnant, très technique souvent mais on peut aussi comprendre beaucoup de choses surtout lorsqu’on étudie des parcours militants.

Le maire socialiste de Brest au combat

Sur un point, je savais qu’il me faudrait combiner ces deux types de sources : il s’agissait du parcours d’Hyppolyte Masson, le maire socialiste de Brest en 1914. Mobilisé, il a fait la guerre dans un régiment de l’infanterie territoriale, unité réservée aux plus âgés des mobilisables. Mais malgré son importance locale, je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait que très peu de choses sur son parcours durant la Première Guerre mondiale. Lui-même, d’ailleurs, ne semble pas avoir souvent évoqué sa participation à la guerre, contrairement à d’autres élus socialistes qui comme lui furent mobilisés. Il me fallait donc combiner les deux champs de la recherche en histoire, l’histoire politique du socialisme et l’histoire militaire, ce qui passait par l’utilisation croisée du JMO de son unité de rattachement et des délibérations du conseil municipal de Brest.

Mais le premier écueil – et ils furent nombreux- pour mieux connaître l’action de Masson durant la guerre fut de trouver son régiment ! La notice du Maitron explique en effet qu’il a effectué toute la guerre dans le 128e régiment d’infanterie territoriale. Donc a priori, cela semblait facile. Mais une chose me gênait : ailleurs, dans d’autres archives, j’avais trouvé qu’il était mobilisé non pas dans le 128e mais dans le 87e RIT ! Première question : comment en savoir davantage ? Un principe de réalité s’est imposé toutefois ici : tout d’abord le JMO du 128e RIT n’existe pas, et ensuite ce régiment a pour lieu d’implantation le sud de la France. Dans un premier temps, au moins, la mobilisation est conçue pour que chaque soldat rejoigne une unité dont la base est près de chez lui, donc cela semblait étonnant, surtout qu’a contrario le 87e RIT lui était établi à Brest. Donc j’ai décidé qu’il fallait mieux regarder de ce dernier régiment et laisser de côté la piste du 128e. Evidemment, cela peut paraître un détail, une erreur bien bénigne mais cela illustre également que les deux champs historiques – l’histoire militaire et l’histoire sociale- ne se croisent pas toujours, et je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai encore bien du mal à me repérer dans les méandres de l’organisation militaire française durant le premier conflit mondial. Mais les deux chiffres différents peuvent s’expliquer par une légère confusion : le 87e RIT semble être à sa dissolution rattaché à la 128e division – et non pas régiment- d’infanterie, c’est du moins ce qui apparaît dans les dernières pages du JMO du 87e.

Ce que contient le JMO du 87e RIT

Bon, maintenant que j’avais appris cela, je pouvais lire ce fameux JMO. Le site Mémoire des Hommes présente ce corpus dans son ensemble en précisant bien plusieurs aspects : anonyme, mais rédigé par un officier de l’unité, le journal est dépourvu de «tout commentaire ou appréciation personnelle» et il obéit à des règles très strictes de rédaction. Aussi la lecture du journal du 87e RIT allait me réserver quelques surprises. Je l’ai lu puisque le maire de Brest était mobilisé dans ce régiment dès août 1914 et le journal permet d’entrer dans le quotidien du régiment.

Les territoriaux qui le composent arrivent dans les premiers jours d’août et sont répartis dans plusieurs bataillons soit à Ouessant, soit dans la presqu’île de Crozon. C’est le moment où l’encadrement se met en place, mais ce qui ressort, c’est toutefois une organisation assez difficile :

« 21 août

Il est difficile de se procurer de la paille, la récolte n’étant pas faite ; il faut faucher et battre ; de même pour les pommes de terre ; pour en avoir, il faut d’abord les récolter ; difficultés aussi pour la viande (…) L’habillement est de bonne qualité, mais mal ajusté (…) les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs »

De nombreux hommes sont pressés de rejoindre le front, mais on répond que le 87e est un régiment de forteresse et doit pour le moment rester en place sur les côtes bretonnes. L’ordre de partir arrive le 24 août, d’abord direction Paris puis le front. Le régiment change de lieu tous les jours entre fin août et début septembre sans participer aux combats. Le 15 septembre, le régiment complété par l’arrivée des derniers permissionnaires qui étaient restés dans un premier temps à Brest, s’établit à Dammartin :«Dammartin a été en partie pillé par les maraudeurs. La population attribue ce pillage aux troupes de passage. L’accueil est y plutôt froid. ». Le lendemain, les soldats découvrent pourquoi ils sont arrivés là :

« 16 septembre. Pluie battante toute la journée.

Alors commence pour le régiment la lugubre corvée de l’ensevelissement des morts. Ils sont là depuis 8, 10 ou même 12 jours. Et la bataille de la Marne a été terrible. Au bas mot 8000 ou 10 000 morts, au deux tiers des Français. Une compagnie française a été surprise à la ferme Roujon en état d’ivresse. Elle a été égorgée. Un détachement de la même force a été massacré dans les mêmes conditions au château de Ponchard. Ce sont des zouaves. Il a été anéanti. Nos pauvres petits soldats ont tous été dévalisés par des maraudeurs depuis qu’ils gisent sur le champ de bataille. Leurs poches de pantalon sont retournées ou coupées. »

C’est donc le premier vrai contact avec la guerre pour le 87e RIT et le rédacteur du journal évoque ensuite l’attitude des territoriaux chargés d’enterrer les morts après les combats très violents:

«Nos petits Bretons accomplissent pieusement ce triste et répugnant devoir. MM les officiers et MM les docteurs leur montrent l’exemple. Que c’est triste la guerre ! Surtout quant on l’ausculte froidement sur un champ de bataille vieux de 10 jours. Les chevaux exhalent une odeur pestilentielle, près de laquelle celle des hommes n’est rien. »

On peut voir dans ces extraits que la règle officielle qui fait du JMO un compte rendu purement objectif des faits ne semble pas ici du tout respectée, l’auteur des lignes laissant entrevoir bien des appréciations personnelles. Les jours suivants, le régiment poursuit cette tâche, l’auteur du JMO se plaint du manque de soutien logistique. A la fin du mois de septembre, les combats sont très proches du cantonnement du régiment :

« 28 septembre

Depuis huit jours on entend le canon (grosses pièces) ; mais on ne marche plus au canon on est pendu au bout d’un satané fil qui vous transmet des ordres que le fil soit rompu, le régiment ne sera pas là. Aussi tout le monde écoute avec énervement et anxiété le bruit de la grosse caisse ; il faut de temps en temps un téso méo, ou quelque gaudriole pour ragaillardir nos pontifiants petits Bretons. Ils vous regardent alors avec leurs grands yeux fidèles, ni chair ni poisson ; ils semblent réfléchir avant de rire, mais quand ils ont bien ri, ca va bien. On les ferait pleurer de même ; mais ne touchons pas cette corde.»

J’ai ensuite lu en entier ce JMO: on peut continuer à y découvrir les nombreuses réflexions de l’auteur, des descriptions du comportement des soldats, le tout écrit avec un ton qui me semble assez éloigné de la sécheresse d’autres JMO et de la distance entretenue par certains officiers qui rédigent ce type de documents.On y découvre en particulier de très nombreuses indications sur les Bretons en guerre et de nombreuses réflexions sur le conflit.

Mais il faut continuer à chercher

Hyppolyte Masson est mobilisé dans ce régiment dès 1914. Il a donc vécu ces faits, il a logiquement sans doute vu ce que raconte le JMO, les premiers jours effroyables au front comme les milliers d’autres petits évènements que l’on peut y lire. C’est du moins ce que je pensais, mais non, du moins pour les premières semaines. J’ai voulu en effet vérifié sa présence et en consultant les délibérations du conseil municipal de Brest en septembre 1914, j’ai pu voir qu’en réalité le maire, même mobilisé, est toujours là à présider le conseil. Au moment où les autres soldats du 87e RIT ramassent les cadavres, Masson est encore dans sa ville. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est indiqué qu’il est absent pour cause de mobilisation, remplacé par son adjoint Ernest Hervagault. Sa situation est d’ailleurs évoquée au sein du gouvernement où l’on s’interroge pour savoir s’il faut le mobiliser au front ou le maintenir comme maire. Début octobre, le préfet maritime de Brest s’insurge contre lui affirmant qu’il continue de se comporter en maire alors qu’il est sous les drapeaux et qu’il n’en a en conséquence pas le droit, en particulier en ce qui conserve les missions de police du maire. Les relations entre les deux hommes sont de toute façon détestables car à plusieurs reprises avant guerre le maire socialiste a remis en cause l’autorité du préfet maritime et il a souvent mis en avant son antimilitarisme. Toujours est-il qu’à la fin de l’année 1914, Masson est au front et qu’il revient à quelques reprises en Bretagne lors de permissions. On en retrouve les traces dans des rapports de police qui mentionnent les réunions de militants qui se déroulent lors de ses permissions. Quant à connaître son parcours de soldat une fois qu’il a rejoint le front, sur ce point il faut que je contente pour le moment de ce que dit le JMO.

Plus globalement, on peut voir ici que restituer un parcours de guerre, ou plutôt que faire une micro-histoire de la guerre, peut se révéler une entreprise difficile à mener. Il ne faut pas en particulier considérer que ce que l’on trouve, ce que l’on affirme, est le reflet exact de la réalité. J’aurais pu en effet penser, affirmer que Masson avait vu les horreurs de la guerre en septembre 1914 tel que le relate le JMO de son régiment. Mais non, il n’était pas là à ce moment. D’autres archives (en particulier celle de Jules Guesde conservés à Amsterdam) permettent d’affiner le parcours de Masson dans les premiers mois de la guerre. Elles existent, et c’est tant mieux. Sans doute aussi que d’autres archives seront un jour utilisées et pourront compléter ce que je relate ici. Peut-être aussi qu’elles n’existent pas, et dans ce cas il faudra se satisfaire des recoupements ici esquissés. Dans tous les cas, cela rappelle que l’historien-ne doit avancer prudemment et qu’on ne doit jamais considérer que ce qu’il raconte est définitif.