Archives par mot-clé : recherche

«L’effondrement de notre rêve» : les frères Bougot au combat

Chercher à reconstituer le parcours militaire de militants socialistes durant la Grande Guerre oblige à partir à la recherche de traces souvent peu visibles. Car il y  avant tout un problème de sources pour faire l’histoire de ces hommes  partis combattre souvent à contre cœur. J’utilise pour tenter d’avancer dans la recherche sur ce domaine des archives qui permettent toutefois de dresser un portrait collectif de plus en plus affiné. Des dossiers d’officiers conservés au SHD de Vincennes aux correspondances disponibles dans différents dépôts, en passant par d’autres archives privées ou des articles de la presse ancienne, on peut avec le matériel disponible avancer dans la connaissance de ces soldats. Une telle approche est toutefois longue et ne permet sans doute pas de connaître parfaitement la biographie de guerre de ces militants. Mais même si les traces sont peu nombreuses et éparpillées, l’un des paris de ma recherche en cours, est qu’une telle opération vaut le coup d’être tenter, y compris si a priori les sources sont trop lacunaires. Ce billet a pour but de tenter de le démontrer à partir d’un cas individuel, ou plutôt de deux cas, issus d’une même fratrie, les frères Bougot originaires de l’Ille-et-Vilaine. Il n’est pas anodin d’avoir choisi deux hommes aux liens forts, car dans toute mon étude, les liens, familiaux mais surtout amicaux, sont à mettre en évidence pour mieux comprendre l’impact de la guerre de 14-18 sur le parcours militant de ces socialistes.

Portrait des frères Bougot

Charles et Albert Bougot sont au début de la guerre des hommes à la vie bien remplie. Ils ont tous deux plus de 40 ans, ce qui normalement les rend, dans un premier temps du moins, à l’abri d’une mobilisation. Ils partent pourtant à la guerre, en première ligne même. Charles y réchappe après avoir été blessé à la jambe par un éclat d’obus. Albert par contre y laisse sa vie : il meurt en Belgique, des suites de la première attaque au gaz orchestrée par l’armée allemande en avril 1915. Tous deux étaient socialistes depuis le tournant du siècle. Ils avaient même activement participé à l’implantation du socialisme à Rennes. Et cela ne peut être dissocié d’un autre temps fort de l’histoire de la ville à savoir les suites de l’affaire Dreyfus. C’est en effet au moment de l’Affaire que se développe autour d’intellectuels comme Victor Basch et d’ouvriers comme Charles Bougot le mouvement socialiste à Rennes. Etudier le parcours des Bougot oblige donc à revenir en arrière pour désenclaver l’histoire de la Première Guerre mondiale. Mais si cela est vrai pour les années précédent le conflit, cela est aussi exact pour les années d’après même s’il n’y a plus que Charles qui est en vie. Il poursuit en effet son action militante au sein de la SFIO rennaise devenant un des acteurs les plus en vue du mouvement socialiste du département.

Les deux frères Bougot ne sont donc pas des inconnus, et pourtant on dispose de peu d’informations sur leurs années de guerre.

Le parcours des Bougot au prisme des sources disponibles

J’ai peu de sources disponibles pour établir l’histoire de Charles et d’Albert durant la guerre. Le premier fut mobilisé dans un régiment colonial, mais je ne sais pas lequel. Albert, quant à lui, est mobilisé au sein du 76e Régiment d’Infanterie territoriale.

Comme souvent le point de départ est le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le fameux Maitron. On y apprend qu’ils sont donc tous les deux mobilisés; Charles est sergent dans un régiment d’infanterie coloniale mais on ne précise pas lequel. Albert est dit être mobilisé dans le 75e régiment d’infanterie territoriale, mais j’ai découvert par la suite que c’était plutôt dans le 76e . Ces imprécisions sont souvent fréquentes dans le Maitron comme si la période de la guerre était une simple parenthèse. C’est aussi bien souvent à cause de la difficulté qu’il y a à reconstituer de tels parcours a posteriori. Les deux notices n’ont pas d’auteur mais comme souvent pour ces militants rennais, on peut penser que l’historien Armand Rébillon, lui aussi militant socialiste à cette époque, a été l’artisan de ces recherches biographiques.

La presse fournit peu de documentation. La presse socialiste locale ne paraît plus en effet durant la guerre, mais l’Humanité publie cependant chaque jour des listes de militants morts ou blessés. C’est une ressource extrêmement précieuse et la mise en ligne  sur Gallica permet surtout l’interrogation par mot clé, ce qui est évidemment un gain de temps irremplaçable. On signale ainsi la blessure de Charles ainsi que le décès d’Albert. Il a droit d’ailleurs à une nécrologie assez importante et très précieuse pour les informations fournies. Pour ce dernier, on dispose également de sa fiche sur le site « Mémoires des hommes » qui recense tous les morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Enfin, j’ai également une correspondance entre Charles Bougot et Augustin Hamon, responsable socialiste de la fédération du département voisin des Côtes du Nord, établi à cette période à Londres. Cet échange de lettres permet d’ailleurs de mieux comprendre le parcours des deux hommes durant la Grande Guerre.

C’est toute la documentation primaire dont je dispose, c’est sans doute assez peu. On peut cependant y ajouter plusieurs travaux historiques portant sur Rennes et l’Affaire Dreyfus ou encore sur le parcours de Victor Basch. Ce dernier a d’ailleurs laissé un portrait de Charles dans un discours qu’il prononce à Rennes au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme :

« A cette époque, j’avais quant à moi, trente-quatre ans et jamais, vous m’entendez, jamais, je n’avais vu de près un ouvrier, je n’avais parlé avec un ouvrier, je ne savais pas ce que c’est un ouvrier (…) Je fus vite rassuré. Nous fûmes accueillis à bras ouverts par les chefs et leurs amis. Nous fûmes vite rassurés et lorsque j’entendis Bougot nous parler avec ce clair bon sens et cette spirituelle bonhomie dont vous avez pu juger vous-mêmes l’autre soir au théâtre et au Congrès, lorsque je le vis avec ses lourds poings et son large torse, symbole de la force ouvrière, je sentais que nous n’étions plus seuls et que la lutte devenait possible. »[1]

Ce moment, qui a tout de la scène d’origine restituée après coup du ralliement des ouvriers aux partisans de Dreyfus et dont il faudrait analyser en détail le compte rendu fait par l’intellectuel face au monde ouvrier, nous donne à voir une image forte et virile de Bougot. Militant ouvrier reconnu et responsable socialiste, Charles est aidé également par son frère. Ce dernier était  militant syndical cheminot et trésorier de la section socialiste de Rennes avant la guerre. Lorsque le conflit se déclenche, les deux hommes ne sont pas mobilisés dans un premier temps, mais quelques mois plus tard tous deux sont en première ligne.

La guerre des deux frères

Charles est mobilisé comme sergent du génie et il appartient à un régiment de la coloniale. Ce traitement particulier s’explique selon la notice du Maitron par le fait qu’il était inscrit avant 1914 sur le carnet B[2]. Sur ces registres tenus par département, on inscrivait  tous les responsables ouvriers que l’on pensait nécessaire d’arrêter en cas de guerre car ils avaient  des opinions pacifistes et révolutionnaires Même si dans les mois précédent août 1914, de nombreux militants sont rayés de la liste, il est tout à fait possible que la présence du nom de Bougot sur ce fichier explique son enrôlement dans une structure souvent reconnue pour accueillir les fortes têtes et les personnes à surveiller.

« Que la terre lui soit légère »

Extrait de l'Humanité, 7 août 1915
Extrait de l’Humanité, 7 août 1915

Albert ,lui , est mobilisé au 76e Régiment d’infanterie territoriale, destiné normalement à ne pas être en première ligne car ce type de régiment regroupait les soldats les plus âgés que l’on surnommait les «  pépères ». Mais la guerre durant au delà de ce qui est prévu, plusieurs régiments de ce type servirent par la suite en première ligne. La fiche du sergent Albert Bougot nous indique qu’il meurt dans la région d’Ypres en Belgique en avril 1915. Une étude plus poussée a révélé qu’il meurt le 23 avril, soit un jour après la première attaque au gaz faite par l’armée allemande dans cette zone de combat sans que l’on sache si sa mort est la conséquence de cette attaque. On pourrait le penser mais la nécrologie de l’Humanité indique une autre raison.

C’est seulement dans l’édition du 7 août 1915 que l’on évoque le sort d’Albert. Cela peut paraître très tardif mais l’on sait que le journal attend longtemps avant de publier les avis de décès pour ne pas que les familles apprennent la mort d’un proche dans la presse ; cela permet aux autorités de prévenir les personnes liées au défunt. Cette notice nous apprend qu’il est mort d’une « balle au front ». On y lit aussi qu’il fut trésorier en plus de la section de Rennes de l’ensemble de la fédération du département et on revient bien sûr sur son rôle durant les suites de l’affaire Dreyfus :

« Il fut sa vie entière, un camarade dévoué, un ami sûr. C’est pourquoi ses amis ne se consolent pas de sa mort et cherchent encore, instinctivement, dans les réunions où il était si assidu, la figure souriante et fine de l’absent…Que la terre lui soit légère : il combattit le bon combat ! »[3]

On peut être surpris par cette notice très précise et aux accents si personnels. Elle n’est pas signée mais on devine que c’est forcément un proche qui l’a écrite. Le journal , un mois plus tard, évoque le sort de son frère Charles « sergent en traitement à Avignon »[4]

Charles Bougot  et la guerre

Dès la publication de cette indication, un ami de Bougot s’inquiète et lui écrit. Il s’agit d’Augustin Hamon, un des socialistes les plus importants en Bretagne à cette époque. Il est alors à Londres mais entretient une riche correspondance avec des militants bretons. Il écrit à Bougot pour s’inquiéter, demander des précisions sur la blessure, ainsi que des nouvelles d’Albert. Il ne semble pas avoir lu l’Humanité du mois d’août qu’il l’aurait informé de sa mort. C’est une lettre courte, précautionneuse car Hamon ne connaît pas l’état de son camarade.[5]

Bougot lui répond le 21 septembre au moment où il quitte l’hôpital pour aller en convalescence à Rennes. Il lui apprend la mort de son frère et lui donne des nouvelles des autres militants rennais Armand Rébillon et Carle Bahon. Il détaille également les circonstances de sa blessure à la jambe . Surtout il détaille son propre sentiment vis-à-vis de la guerre :

« Quand on fera le compte (si toutefois on le fait jamais) des pertes que cette guerre aura occasionné je vous assure que ce sera effrayant. En France avec la presse muselée comme elle est on a pas l’air de s’en douter et cependant que de vide il y a. »[6]

Et il ajoute que s’il en réchappe, il faudra que les deux hommes s’entretiennent à propos de « l’effondrement de notre  rêve ».

Maintenant continuer à chercher

J’ai bien aimé tout de suite à la première lecture cette dernière expression « l’effondrement de notre rêve ». Il n’est sans doute pas nécessaire de s’interroger longtemps pour deviner que ce rêve qui s’effondre désigne l’aspiration à construire un monde meilleur grâce au socialisme et à l’internationalisme au moment où la guerre mondiale s’éternise. Mais il faut aller delà de cette première impression et essayer de savoir ce que pense Bougot de la guerre par la suite. On retrouve l’idée de désenclavement de l’étude de la Première Guerre mondiale. Si pour connaître davantage les frères Bougot dans la guerre, il a fallu revenir sur leur parcours avant 1914, il est nécessaire aussi d’essayer de retracer le parcours militant de Charles après 1918. Il est resté à la SFIO, devient adjoint au maire de Rennes, Carle Bahon, à partir de 1925 mais à partir du milieu des années Trente il est moins présent dans le milieu partisan socialiste. Comme pour beaucoup de militants qui ont participé aux combats de 14, il me faut maintenant tenter de voir en quoi cela a influencé la suite de son parcours. Donc il faut continuer à chercher. Mais comme le dit Carlo Ginzburg « c’est pourquoi par définition, la recherche est sans fin. »[7]


[1] V.Basch, discours au congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, 1909, cité par André Hélard, L’Honneur d’une ville. La naissance de la section rennaise de la Ligue des droits de l’homme, Rennes, éditions Apogée, p.116.

[2] Sur le carnet B, l’ouvrage de référence reste celui de Jean-Jacques Becker, Le Carnet B, Paris, Klincksieck, 1973. On y trouve en particulier une analyse poussée du carnet B du Finistère. Par contre l’auteur affirme que le même fichier du Morbihan a disparu depuis la guerre, ce qui est inexact car j’ai pu le consulter aux Archives départementales de ce département. Plus globalement, on peut toutefois constater que dans l’ensemble les militants socialistes sont rayés de ce carnet B avant 1914 contrairement aux militants du syndicalisme révolutionnaire qui sont toujours à surveiller. En août 1914, le gouvernement décide finalement de ne pas utiliser ces fichiers pour arrêter préventivement les militants. Pourtant plusieurs cas montrent que par la suite ceux qui y étaient inscrits ont eu droit à un traitement particulier durant la Grande Guerre, en étant par exemple enrôlés dans des bataillons disciplinaires ou dans des régiments coloniaux à la réputation plus stricte.

[3] L’Humanité, 7 août 1915.

[4] L’Humanité, 16 septembre 1915.

[5] La correspondance d’Augustin Hamon est conservée au Centre d’Histoire du Travail de Nantes. Je remercie vivement son personnel d’avoir permis la consultation de cette très riche correspondance.

[6] Charles Bougot, lettre à Hamon , 21 septembre 1915.

[7] C.Ginzburg, conférence au collège de France, 19 mars 2013, visible en ligne .

«A…D…, je me souviens de ton dernier regard»

« Journal d’un homme de 40 ans » est publié en 1934.

En ce moment, j’essaye de rassembler des informations pour écrire. Cela implique de faire ce que l’on peut appeler des recoupements, c’est-à-dire à faire croiser des informations afin de pouvoir rédiger tel ou tel passage. Et parfois ces informations se croisent, alors qu’a priori il n’y avait pas de lien entre elles. J’ai évoqué il y a quelques temps Jean Guéhenno, cet intellectuel influent de l’entre-deux-guerres qui était originaire de Fougères. Depuis, j’ai cherché et trouvé, parfois avec l’aide d’autres personnes, des informations sur la période où il est un combattant de la Première Guerre mondiale. Et j’ai lu aussi plusieurs de ses textes, sans trop savoir d’ailleurs comment je pourrais éventuellement les utiliser dans ma thèse. Car, si Guéhenno est né dans une famille modeste de Bretagne, il n’est pas membre de la Sfio et n’intervient pas vraiment dans l’espace géographique qui fait l’objet de ma recherche. Il évoque certes à de nombreuses reprises la vie avant 1914 à Fougères et il est proche des socialistes par la suite, mais le chercheur en histoire s’interroge toujours sur la nécessité ou non d’utiliser de tels témoignages peut-être un peu trop rapidement jugés trop littéraires. Pourtant, j’ai poursuivi mes lectures, en découvrant qu’il a entretenu par exemple une copieuse correspondance avec Louis Guilloux et qu’ il a à maintes reprises écrit sur son expérience de combattant de 14-18. Ces écrits sont d’autant plus intéressants pour moi qu’il écrit dans le contexte de l’entre-deux-guerres et qu’il est profondément marqué par un pacifisme soumis à rude épreuve à partir des années 1930. Aussi, je continue de chercher des traces de Jean Guéhenno, ce qui m’a permis par exemple de découvrir ses écrits dans la Revue Europe, où il aborde fréquemment les questions de la guerre et de la paix, mais aussi de la violence politique et révolutionnaire, ce qui est au cœur de mon travail de thèse.

Et puis des fois, certaines informations se croisent : j’ai relu il y a peu le Journal d’un homme de 40 ans, un essai autobiographique publié pour la première fois en 1934. Jean Guéhenno revient longuement dans son récit sur la Première Guerre mondiale. Ce premier passage m’a alors intrigué :

« Je tombai malade et dus attendre encore. Infirmerie. Convalescence. Mes amis, eux, se battaient. A…D…, je me souviens de ton regard. Le premier août, vers quatre heures, devant la gare du Luxembourg. Tes yeux clairs étaient pleins de tendresse. »[1]

Un peu plus loin Guéhenno précise :

« J’allais lire tout ce courrier adossé à un tilleul. Des hommes de corvée balayaient autour de moi les feuilles tombées. C’était là écrit : A…D… avait été tué en Serbie, du côté de Guevguéli, au cours de la retraite. Il faut un extraordinaire acte de foi pour se représenter la mort, quand on n’a vu ni le cadavre ni la tombe. Je ne parvenais pas à y croire. Qu’était-ce qu’un homme tué ? C’était plus affreux qu’un mort »[2]

Les initiales AD, la mort dans les Balkans, le corps non retrouvé, tout cela m’a alors fait penser à un texte que j’avais également écrit ici, celui concernant la mort d’André Durkheim, tué au combat en 1915 dans des conditions similaires. Je n’avais vu nulle part que les deux hommes étaient proches, étaient amis comme le texte de Guéhenno le montrait. Alors j’ai aussi pensé à une simple coïncidence. Mais non, Le « A…D… », que l’auteur du Journal d’un homme de 40 ans appelle aussi son « ami Juif » était bien André Durkheim. Cette information, je viens de la lire dans un des très rares ouvrages consacrés à l’écrivain, un ouvrage collectif intitulé  Jean Guéhenno, guerres et paix[3]. Non seulement il s’agit bien d’André Durkheim, très proche ami, mais l’auteur originaire de Fougères a, après la guerre, écrit une tentative de roman intitulée Une Jeunesse morte où il s’est inspiré de Durkheim pour en faire un personnage du livre. Je vais me dépêcher de le lire maintenant que je sais ça.

En dehors de la coïncidence, ce fait me rappelle qu’il me semble difficile de déceler les relations amicales entre les personnes dont on cherche à retracer l’histoire. Dans le cas des militants socialistes qui occupent ma recherche, c’est une dimension que je ne dois pas oublier, même si mettre en évidence l’amitié entre militants n’est pas chose aisée. Il ne s’agit pas de reconstituer a posteriori d’hypothétiques réseaux reposant sur des proximités de parcours, d’adhésions ou d’appartenance à un même parti ou à une même organisation. Guéhenno écrit « l’âme d’un ami est comme une annexion »[4] , je ne suis pas sûr de bien comprendre la phrase, tout comme je ne suis pas sûr de réussir à retisser les liens d’amitié qui existaient entre les militants que j’étudie. C’est pourtant là sans doute que se trouve aussi ce qui explique leur engagement.

La Jeunesse morte est un livre publié aux éditions Claire Paulhan[5].J’espère pouvoir mettre la main dessus dès demain. Paulhan… Là encore le nom résonne de façon particulière. Jean Paulhan en effet apparaît aussi dans ma recherche. Il séjourne fréquemment en Bretagne dans les années Trente chez le docteur Frédéric Choffé. En ce moment, je cherche là encore à faire des recoupements à son sujet, ce qui m’entraîne parfois assez loin du point de départ. Ce sera l’objet d’un prochain billet.



[1] Jean Guéhenno, Journal d’un homme de quarante ans, Paris, Le Livre de Poche, édition de 1965 (1ère éd. 1934) , p. 162.

[2] Jean Guéhenno, op.cit., p.168.

[3] Jeanyves Guérin, Jean-Kely Paulhan, Jean-Pierre Rioux (éds), Jean Guéhenno, guerres et paix , Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

[4] Jean Guéhenno, op.cit., p.169.

[5] Jean Guéhenno, la Jeunesse morte, Paris ,éditions Claire Paulhan, 2008.