Archives du mot-clé Vie Socialiste

1932 : élection du député socialiste dissident Émile Goude

Goude vu par La Vie Socialiste, 15 février 1929

Au cours des élections législatives actuelles de juin 2012, Le Parti socialiste doit faire face dans plusieurs circonscriptions à des candidat-e-s qui se revendiquent «socialistes» sans avoir l’accord des instances nationales pour se présenter. Résultat de plusieurs configurations possibles en fonction des contextes locaux, le statut de «candidat socialiste dissident» ou encore de «député socialiste dissident» n’est pourtant pas une nouveauté en France pour le PS puisque très fréquemment ce courant politique a dû faire face à des dissidents et à des députés qui acceptaient mal les directives du parti au point de le quitter[1]. Plus que d’éventuelles concordances avec la situation actuelle, ce sont les éléments qui constituent une identité de «député dissident» qui m’intéressent ici. Je partirai en conséquence de l’exemple d’Émile Goude qui a été un des premiers leaders du socialisme en Bretagne : il est élu député SFIO de Brest en 1910, puis en 1919 et il est ensuite réélu deux fois en 1924 et 1928. Pourtant à partir de 1929, il s’écarte de la fédération socialiste du Finistère : directeur de l’hebdomadaire Le Cri du Peuple, qui jusqu’à présent était le journal de la fédération, il choisit de le réserver dorénavant exclusivement à son action et à ses partisans. Goude appartient en effet à l’aile droite de la SFIO, celui qui est rassemblée autour de la revue  La Vie socialiste  dirigée par Pierre Renaudel et Marcel Déat. Comme eux, le député brestois est partisan d’une participation socialiste au gouvernement. En octobre 1929, il choisit de quitter la SFIO, ainsi que la CAP, pour montrer son désaccord avec l’évolution du socialisme dans le Finistère. Par la suite pourtant, il souhaite à plusieurs reprises être réintégré dans le parti, mais la fédération socialiste refuse nettement malgré des négociations avec des dirigeants nationaux. Aux élections de 1932, Émile Goude se représente dans sa circonscription sous l’étiquette socialiste mais sans appartenir à la SFIO, qui choisit de son côté de ne pas présenter de candidat. Il est facilement réélu et reste à la marge du parti et ne souhaite pas adhérer à un autre groupe politique comme celui que les partisans du néo-socialisme mettent en place à partir de 1933. En 1936, c’est un de ses soutiens fidèles, Jean-Louis Rolland, qui se présente sous l’étiquette socialiste et est élu. La carrière politique de Goude se termine à ce moment là et ses interventions publiques se font très rares ensuite.

Pourquoi devenir dissident ?

La Vie socialiste , 2 février 1929 (article de Goude : "la grave question des unitaires membres du parti")

La démission de Goude de la SFIO est l’aboutissement d’un processus datant du milieu des années 1920. Partisan d’une politique d’entente avec les radicaux, le député brestois est sur la ligne d’une participation socialiste à un gouvernement de cartel des gauches. Cette position fait de lui un des membres de la tendance participationniste rassemblée autour de La Vie socialiste, que l’on peut considérer comme la droite du parti. Il s’explique d’ailleurs dans son journal sur les raisons de sa démission : «  une longue, sournoise, persistante campagne de calomnies a été dirigée contre moi au sein des sections […] on s’est efforcé, en même temps de bolcheviser ma circonscription »[2]. L’opposition entre Goude et la fédération socialiste va en effet en augmentant à partir de 1929 et les tensions restent vives.En effet, plus que les liens entre le député et le parti officiel, ce sont les militants qui sont l’enjeu principal : il reste en effet de nombreux militants de la SFIO « goudistes » et les « antigoudistes» ont peine à rassembler l’ensemble des forces militantes. Cela explique qu’en 1932, Goude soit toujours le candidat soutenu par les instances officielles. De même en 1935, c’est encore lui qui conduit une liste de gauche aux élections municipales de Brest. Mais son échec entraîne la fin de la ligne défendue par les partisans de Goude. C’est dorénavant un rapprochement avec les communistes que favorisent les socialistes et de nombreux militants de la SFIO veulent tourner définitivement à Brest ou ailleurs la page du « goudisme ». Jean-Louis Rolland, une fois élu, n’évoque ainsi presque jamais son ancien mentor.

Comment réagit la SFIO ?

                La SFIO avait déjà réagi face au dissident Goude. Dès 1928, le député de Brest adopte des positions qui vont à l’encontre de la doctrine officielle du parti. Attaché à son indépendance d’action, Goude s’oppose également à tout militant ou élu qui lui demande de favoriser avant tout les intérêts du parti au lieu de son cas personnel. Voyant que cela ne freine pas les actions personnelles de Goude, la fédération du Finistère organise la riposte : un nouveau secrétaire fédéral est désigné, Guy Le Normand, qui a pour mission officielle de redynamiser la fédération, mais pour mission officieuse de se débarrasser du «goudisme». Un nouvel hebdomadaire, le Breton socialiste, est lancé pour faire concurrence au Cri du Peuple de Goude qui perd peu à peu son lectorat. On peut donc voir que le parti officiel fait en sorte de s’organiser pour limiter l’influence du dissident. Pourtant, lors des périodes électorales, la SFIO n’hésite pas aider Goude et elle lui permet de garder son mandat de député en 1932. Tant qu’un dissident est en position de gagner des élections, les socialistes le soutiennent tout en préparant sa succession et en limitant au maximum son influence. C’est ainsi que Émile Goude après 1936 a perdu toute influence sur le socialisme à Brest, au point que les militants n’évoquent pratiquement plus celui qui est pourtant à l’origine du socialisme dans cette région.

La discipline de parti et la violence des polémiques

                Si je m’intéresse au sort de ce député dissident, c’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord la position doctrinale de Goude – même si comme c’est souvent le cas dans la dissidence des députés, les questions de personne sont importantes – a évolué à partir des années 1920. Partisan d’un réformisme déclaré, il condamne ainsi souvent l’utilisation de la violence dans les pratiques militantes et de ce qu’il nomme le bolchevisme ou les «stipendiés de Moscou». Ensuite les polémiques entre les partisans de Goude et la SFIO sont marquées par des discours souvent violents, des insultes et des affrontements parfois physiques lors de débats publiques. Cela nécessite surtout de s’interroger sur la discipline de parti tel qu’on la conçoit dans l’entre-deux-guerres. En effet, favoriser l’obéissance aux directives nationales et fédérales et respecter la discipline militante sont des enjeux de taille pour la SFIO depuis sa création. Il me paraît important en conséquence de mieux comprendre comment l’identité socialiste inclut des normes d’obéissance et des formes de contrainte et d’autocontrainte dans les pratiques militantes. C’est pourquoi le cas évoqué ici peut aider à mieux saisir ces différents processus qui sont un des éléments importants de ma recherche en cours.


[1] Sur l’histoire des socialistes, en particulier sur la question du rôle des élus dans le parti et de la participation à un gouvernement, A.Bergounioux, G.Grunberg, Les Socialistes français et le pouvoir, l’ambition et le remords, Paris, Hachette Pluriel, 2007.

[2] Lettre d’E.Goude publiée dans la Vie Socialiste, 23 novembre 1929.