A peine le début d’un commencement

Julien Blanc : Au Commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme, 1940-1941, Seuil, La librairie du XXIe siècle, 2010.

Faire la recension d’un livre est toujours chose difficile.  Pourtant ce passage obligé de tout travail de recherche est nécessaire afin de souligner les dettes que l’on peut contracter  ou de contester certains résultats obtenus. Dans ce carnet, il ne s’agira pas pour moi de faire des compte-rendus d’ouvrages selon les normes habituellement admises. Je souhaite plutôt partir de la lecture d’essais pour ensuite mieux déceler ce qui peut m’être utile afin de construire ma propre réflexion. Autrement dit, je cherche dans les livres lus ce qui peut m’être utile et je n’ai pas pour objectif de faire une recension complète des livres évoqués.

Alors pourquoi commencer par un livre sur la Résistance, alors que cet objet d’étude est a priori exclu de mon propre champ de recherche ? C’est que si mon sujet de thèse trouve son terme en 1940, la période de la Résistance en est la «  page suivante » naturelle. C’est en effet à partir d’une réflexion sur la participation ou non des socialistes à l’opposition à Vichy et à l’occupation allemande que ma problématique d’ensemble s’est peu à peu constituée. Il est donc normal que les études sur la Résistance trouvent une résonnance particulière dans mes propres investigations et nourrissent encore ma réflexion.

Le livre de Julien Blanc est issu d’une thèse portant sur le réseau du musée de l’Homme. Montrant que ce réseau a une histoire apparemment bien connu mais trop souvent engoncé dans des pratiques mémorielles, l’auteur a pour objectif de «  redonner de la chair » ( p.10) aux épisodes de cette résistance du musée de l’Homme. Se faisant, il insiste à raison sur les débuts de la Résistance en France, montrant que trop souvent les historiens ont laissé de côté les années 1940-1941 pour privilégier la période suivante, là où les documents sont plus nombreux, lestémoignages plus précis et où la relation des événements touchant les activités de la Résistance semble plus aisée. Restituant l’action de Boris Vildé, de Germaine Tillon (qui fut un témoin et un informateur privilégié pour l’historien), d’Agnès Humbert ou de Anatole Lewitsky, Julien Blanc avance dans les méandres des prémices de la Résistance en voie de constitution et nous replace l’histoire du réseau du musée de l’Homme dans la perspective plus large de la France occupée. Nourrie par une utilisation riche des archives disponibles, sa réflexion vise en effet plus loin que l’étude de cet unique réseau : Blanc souhaite aussi montrer les débuts de la Résistance  en 1940-1941.

Ce travail précieux me pose pourtant plusieurs questions en lien avec ma propre recherche dans plusieurs domaines (encore une fois j’ai bien conscience que mes interrogations ne concernent qu’une petite partie de l’ensemble du livre, et cela ne remet pas en cause la valeur globale de cette étude). Trois points me semblent nécessiter un débat : la question de l’implantation régionale du réseau, le rapport à la politique et plus particulièrement à la gauche et à la Sfio ; l’analyse du rôle des anthropologues dans ce groupe résistant. Dans ces trois cas il y a, me semble –t-il, des imperfections ou du moins des aspects qui méritent qu’on s’y arrête.

Julien Blanc montre que le réseau du musée de l’Homme a dès le début cherché à avoir une implantation en dehors de Paris. L’Ouest de la France, par sa proximité avec les côtes anglaises, fut un territoire convoité .Si l’auteur nous indique bien quelques noms (  Henri Waquet, Auguste Dizerbo) ou quelques documents ( les lettres d’un Breton occupé à son frère dont il nous dit qu’elles ont exercé une grande influence ce que je ne savais pas), on doit admettre que l’on apprend très peu sur l’action et l’implantation en province, et dans le cas qui m’intéresse en Bretagne. L’auteur souligne pourtant qu’il a systématiquement dépouillé plusieurs cartons d’archives concernant les départements bretons, mais on apprend peu sur la Résistance en province dans les années 1940-1941. Cela est d’autant plus regrettable que l’auteur a la volonté de dresser un portrait plus large de la Résistance dans les premiers mois de l’Occupation, bien qu’il précise toutefois qu’il a exclu de son domaine la position des communistes. Bien sûr la question des archives doit être posée : peut-être qu’il n’existe plus de traces écrites de cette action ? Cela ne résiste pas à l’examen : dans le cas de la Bretagne, on se permettra de signaler que les archives des deux anciens correspondants du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale sont disponibles, celles de Georges-Michel Thomas aux archives municipales de Brest et celles d’Alain Le Grand aux archives départementales de Quimper. Ces deux fonds auraient pu aider Julien Blanc dans la reconstitution de trajectoires militantes et dans la restitution de la geste résistante en Bretagne qui est liée au réseau du musée du Trocédéro. Il me semble également qu’Auguste Dizerbo était vivant il y a encore quelques années et qu’il aurait pu être un témoin utile pour notre historien. Ces lacunes sont d’autant moins explicables que Julien Blanc avoue avoir bénéficié de conditions très favorables pour mener à bien sa recherche : quel dommage qu’il ne  se soit pas donner la peine de consulter des dépôts d’archives situés au-delà de la frontière de l’Ile de France !

Si l’histoire du réseau du musée de l’Homme se restreint à l’espace parisien (même si l’auteur en « dilate » l’évocation dans plusieurs chapitres qui offre une vision plus large de l’ensemble de la Résistance balbutiante, rendant parfois la lecture de son livre plus complexe), on peut également rester insatisfait en ce qui concerne les rapports entre l’objet d’étude de Julien Blanc et la question du politique. Outre une certaine naïveté lui faisant cataloguer obligatoirement un résistant anticommuniste à droite (faut-il rappeler qu’on peut ,en 1940 comme aujourd’hui,  être anticommuniste de gauche ?) comme c’est le cas pour Pierre Walter ( p.359), Julien Blanc finit par écrire que le réseau «  penche assez nettement vers la droite » ( p.361).  Plus généralement, à la lecture de la partie intitulée «  profils de pionniers » on a parfois le sentiment que l’auteur reprend le discours gaullien : entre les gaullistes et les communistes, rien d’autre ! Il semble d’ailleurs en accord avec une certaine doxa qui relate une confusion droite/gauche et une primauté des valeurs patriotiques dans les premiers mois de l’occupation ( ce qui nécessiterait au moins une étude sémantique préalable).Cela pose question : en effet, deux des inspirateurs des précurseurs du réseau, Paul Rivet et Marcel Mauss sont des membres importants de la Sfio. Et on aurait aimé que justement l’influence de ces deux personnes soit étudiée, soit du moins interrogée. Or,si Paul Rivet a droit à quelques pages signalant surtout son incapacité à résister selon les nouvelles normes du répertoire d’actions collectives qu’impliqueraient l’occupation allemande et l’existence du gouvernement de Vichy ( ce qui est plutôt sévère pour un homme qui affirme dès le début son opposition au nouveau pouvoir en place) Marcel Mauss n’apparaît qu’en filigrane dans Au commencement de la Résistance . Pourtant grâce aux travaux de Marcel Fournier ou de Sylvain Dzimira, on sait combien Mauss a eu une action militante importante et que ses activités d’ethnologue sont pour lui intimement liées à son adhésion au socialisme démocratique. Alors n’aurait-il pas fallu lire l’engagement des résistants du musée de l’Homme en parallèle de l ‘influence politique que n’ont pas manqué d’avoir les deux grands ethnologues sur leur auditoire ou sur  leurs collègues ?  Mais plus largement c’est sur l’évocation de l’anthropologie durant cette période que le livre de Julien Blanc nous a laissé définitivement sur notre faim. Mais avant d’évoquer ce dernier point, il faut souligner  une autre lacune en lien avec les questions politiques : si Blanc avoue avoir laissé de côté la question du communisme dans les premiers mois de l’Occupation, question qui est en effet à elle seule un « continent » historique et historiographique, il aurait dû aussi préciser qu’il n’évoquait pas non plus le positionnement des socialistes. Outre l’oubli éventuel de l’influence de la Sfio sur ce petit milieu du musée de l’Homme, lorsque l’auteur étudie le cas d’André Weil-Curiel, il semble faire preuve d’une trop grande légèreté. Je laisserai de côté la question, que Blanc aborde pourtant, d’une éventuelle trahison de ce résistant, tant les pages du livre concernant cette « affaire » ne sont pas claires. Par contre, Weil –Curiel est souvent défini comme «  avocat socialiste ». C’est une présentation un peu rapide. Cet avocat est en effet au début de la guerre adhérent au Psop, Parti Socialiste Ouvrier et Paysan, après avoir quitté la Sfio. Il est donc politiquement à la gauche de la Sfio et cela ne peut qu’avoir un rôle dans son positionnement dans les mois qui suivent la défaite. De plus, André Weil-Curiel garde des liens avec des militants du Psop et de la Sfio et cela lui permet d’agir en lien avec les premiers résistants. Ces quelques remarques sont autant de faits qui militent en faveur d’une présomption d’influence socialiste ou d’extrême gauche sur les premiers résistants du musée de l’Homme. Pourquoi dès lors ne pas au moins se poser la question ? Mais revenons au rôle de l’anthropologie.

En effet, et pourtant l’auteur se pose la question dans la partie «  Intellectuels +musée de l’Homme = Résistance ? » pp.263-278, on aurait aimé que les liens entre l’engagement résistant et l’anthropologie soient bien davantage ici étudiés. Certes, Blanc se tourne vers le très bon article de Daniel Fabre ( «  l’ethnologie française à la croisée des engagements 1940-1945 » in J-Y Boursier, dir., Résistants et Résistance, L’Harmattan, 1997) mais force est de constater qu’il se contente sur cette question de bien peu, négligeant tout un pan de l’historiographie de l’anthropologie durant la Seconde Guerre mondiale pourtant assez riche, en particulier grâce à de nombreux articles parus dans des revues comme le Journal des Africanistes. Je voudrais insister pour finir sur ce point.

Tout d’abord, plusieurs des membres du réseau étaient en 1940 anthropologues, mais de leurs travaux nous ne serons rien. Sans doute l’auteur a-t-il jugé que cela n’entrait pas dans son sujet d’étude. Pas plus, nous ne saurons ce qu’ils ont pensé de l’enseignement de Marcel Mauss à l’institut d’ethnologie, alors que beaucoup ont assisté à ses cours. Au contraire, Julien Blanc souhaite démontrer que tous les anthropologues n’ont pas été résistants. Certes. Mais il a tendance à se perdre en considérations morales (voir ses appréciations uniquement à charge sur Marcel Griaule) et oublie des points importants. Combien d’étudiants avait Marcel Mauss ? Les résistants du musée de l’Homme représentent-ils une faible proportion ou une majorité d’entre eux ? Qu’en est-il de cette sociabilité étudiante ? A-t-elle joué dans la participation active au réseau ? Qu’en est-il des cours d’ethnologie durant cette période ? Ce ne sont que quelques premières questions qui auraient mérité une bien meilleure attention. Il semble par exemple que Mauss a été très affecté par la perte de Vildé et de Lewitsky, pourquoi dès lors ne pas aborder cet aspect ? On ose espérer que ce n’est pas parce que cela aurait demandé de s’éloigner de l’étude stricto sensu de la Résistance pour aborder l’histoire des intellectuels, de l’anthropologie ou encore du rapport entre les intellectuels et le socialisme. Quant à souligner que de nombreux ethnologues ont choisi la voie de la collaboration et du soutien à Vichy, on s’étonne encore de l’évocation d’un Marcel Griaule au détriment des ethnologues proches du musée des Arts populaires qui ont pu écrire par exemple dans la revue Esprit des articles vantant les mérites d’une identité française stable et ancrée dans le « sol » ( à titre d’exemple on peut citer l’article de Jean Marie Guilcher «  le chant et la danse populaire, éléments de culture française » paru dans Esprit en janvier 1941). Surtout Julien Blanc avait à sa disposition un des premiers membres du réseau dont le parcours ne laisse pas de poser question : l’ethnologue René-Yves Creston qui dès les premiers mois participe aux actions résistantes du musée de l’Homme puis s’enferre dans un soutien de plus en plus affirmé à Vichy et aux Allemands. Pourquoi ne pas avoir creusé ce sillon ?

Julien Blanc écrit qu’il souhaite, à l’instar de Lucien Febvre, donner de la «  chair » à cette histoire. Même si ce livre est d’une lecture plutôt agréable (on a toutefois du mal à se retrouver dans la structure d’ensemble du texte : comme il est sans doute difficile de transformer une thèse universitaire en livre destiné au grand public !), il me semble que l’auteur passe trop souvent à côté du sujet. Au lieu de consacrer de nombreuses pages, au bout du compte peu utiles, sur les développements en général de la Résistance dans la France occupée, il aurait dû « creuser davantage son sillon » en étudiant les parcours des membres du réseau sans négliger les influences politiques ou intellectuelles, en incluant les années d’avant –guerre et en insistant bien davantage sur cette équation qu’il pose lui-même : Intellectuels+Musée de l’Homme = Résistance ? Cela passait aussi par une étude bien plus poussée de la sociabilité résistante en incluant des développements sociologiques ( à part la thèse de Fabienne Federini ou l’analyse discutable de François Marcot sur « intentionnalité/fonctionnalité », les approches venant des sciences sociales sont inexistantes), une utilisation de l’histoire des intellectuels incluant les travaux de Pierre Bourdieu, Christophe Charle ou de Christophe Prochasson en ce qui concerne les rapports intellectuels/socialisme, et un regard portant au-delà de l’espace résistant parisien.

Bien sûr, on peut penser qu’en faisant ce compte rendu critique, j’adopte une position facile : privilégier ce qui m’intéresse ou qui me semble faire défaut, oubliant ainsi les avancées réelles de ce travail. Ce n’est pas du tout mon intention, d’autant que la tenue de ce carnet de recherches implique au moins implicitement que je me plie aussi à la règle de la critique et de la controverse à partir du moment où la discussion se déroule sur un espace commun.Toutefois il me paraît important de relever ce qui semble être des lacunes ou des insuffisances, d’autant que Julien Blanc participe avec d’autres, à une volonté de renouveler l’historiographie de la Résistance au sein du Centre d’histoire et de recherches sur la Résistance . En attendant la suite des travaux de l’auteur, ce n’est qu’à peine le début du commencement d’une histoire renouvelée de cette période que nous offre cette étude.


Laisser un commentaire