À quoi sert un centenaire? Retour sur le congrès socialiste de Brest (mars 1913)

Le congrès de Brest à la Une de l'Humanité, 25 mars 1913

Le congrès de Brest à la Une de l’Humanité, 25 mars 1913

La pratique de l’histoire semble être de plus en plus liée à l’existence de commémorations qui valorisent tel ou tel évènement qu’on estime significatif et signifiant pour notre époque. Une telle profusion d’ «anniversaires» stimule la recherche historique par une demande sociale grandissante, mais en même temps restreint cette même recherche à quelques périodes ou quelques évènements dont on estime qu’ils ont une portée actuelle au risque de délaisser d’autres périodes qui auraient pourtant méritées qu’on s’y attarde. Comme mon sujet de thèse porte pour partie sur la Première Guerre mondiale, il est probable que l’année 2014 aura une influence sur mon travail. La commémoration du centenaire de 14-18, que l’on peut sentir déjà effervescente, donnera en effet lieu à de nombreux colloques, publications ou documentaires. Si comme tous les historien-ne-s, je me réjouis de cette perspective, il me semble aussi important d’interroger une telle pratique, celle qui consiste à réduire l’histoire à une série de commémorations, même si celles-ci impulsent de nombreux travaux novateurs (ce qui n’est toutefois pas toujours le cas).

Avant d’aborder plus en avant cette question, je vais donc durant le mois de mars sur ce carnet de recherches « créer » un centenaire. Il n’y a a priori aucune raison à cela, juste un point de départ commençant par « il y a cent ans commençait… ». Je prendrai le prétexte du centenaire du congrès de la Sfio à Brest, qui s’est déroulé en mars 1913, pour écrire une série de billets sur ce thème. Il n’y a pas, à ma connaissance, de commémoration officielle de cet évènement  mais ce n’est bien sûr le point essentiel. Il s’agira plutôt, d’une part, de relater le déroulement de ce congrès selon plusieurs angles d’étude, et d’autre part de tirer quelques enseignements de cette « commémoration de papier » dans un cadre plus large de la pratique de la recherche en histoire.

Pour le moment, voici la liste des billets qui seront publiés dans le cadre de ce mois « Brest 1913-Brest 2013 » :

Le 1er billet portera sur la journée de manifestation qui a lieu à Rennes le 14 mars 1913. En effet durant ce mois, la France connaît une forte mobilisation du mouvement ouvrier contre la loi des trois ans et ce jour-là dans la ville bretonne, des affrontements entre socialistes et camelots du roi ont lieu. Ce sera l’occasion de s’arrêter sur les pratiques militantes des socialistes dans un contexte de mobilisation sociale.

Plus largement, le second billet portera sur ce moment historique où la loi des trois ans est discutée en France. Une semaine avant le congrès de Brest a eu lieu en effet un très large rassemblement au Pré-Saint-Gervais, qui sera suivi d’autres rassemblements au même endroit en mai de la même année. J’étudierai donc l’importance de cette mobilisation qui atteint son paroxysme lors de ces manifestations parisiennes restées dans les mémoires militantes.

Les billets suivants porteront ensuite plus précisément sur le congrès de Brest : le troisième texte s’intéressa ainsi à la préparation et à l’organisation du congrès par la fédération du Finistère en posant la question de la « logistique » d’un tel congrès. Dans le 4ème billet, les idées défendues par les socialistes seront analysées, en particulier celles concernant le pacifisme, l’internationalisme et la loi des trois ans. Le 5ème texte s’intéressa au grand absent du congrès : Jaurès, retenu par les débats à la Chambre, n’est en effet pas présent et on s’interrogera pour savoir si c’est sa seule absence qui a fait du congrès de Brest « un congrès raté ». La 6ème étude portera sur l’internationalisme en action à travers l’étude de la présence du socialiste allemand Molkenbuhr qui fait un discours à la tribune. L’avant-dernier texte aura pour but d’étudier la portée de ce congrès si proche du déclenchement du Premier conflit mondial. Et enfin dans un 8ème et dernier billet, je reviendrai sur le thème évoqué dans ce début de ce texte, à savoir l’utilité des commémorations dans la pratique de la recherche en histoire.

Deux remarques pour finir : tout d’abord, il ne faudra voir dans cet ensemble que des esquisses, pas une étude aboutie sur le sujet. Ensuite et surtout, le congrès de 1913 par bien des aspects marque en quelque sorte le début de la période chronologique sur laquelle repose mon travail de recherche, même si pour certains points je remonte plus loin dans le temps. Il sera donc commode d’y voir aussi quelques idées que j’essaye en ce moment de rassembler dans l’écriture de ma thèse. C’est pourquoi dans une sorte d’introduction à l’ensemble de la série ici évoquée je vais au préalable évoquer un autre congrès qui se déroule en 1912 à Bâle. Il s’agit du congrès de l’Internationale socialiste consacré aux questions de la guerre et de la paix. Plusieurs délégués bretons y assistent et le prochain billet qui sera publié dans un ou deux jours portera sur ce congrès international contre la guerre avant de débuter franchement la série du mois de mars consacré à  Brest 1913-Brest 2013.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire