As-tu vu Le Treïs?

Hier fut consacré à la lecture d’articles du Cri du Peuple, le journal de la fédération socialiste du Finistère, concernant les militants au front durant la Première Guerre mondiale.

Le Cri du Peuple est une aide précieuse pour connaître le parti socialiste dans le Finistère, ( photo dr)

La consultation des tomes du «  Maitron » m’a permis d’identifier certains militants. Mais aussi surtout de voir que les «  soldats socialistes » n’ont pas souvent laissé beaucoup de traces car le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français est lui-même trop souvent silencieux sur eux. Il faut donc poursuivre le travail de recoupement des données. Ainsi, dans les premiers mois du conflit, le journal finistérien met en valeur les militants morts au combat, blessés ou qui se sont illustrés par des actes de bravoure. Par exemple plusieurs soldats originaires de Carhaix sont évoqués par Jean Le Treïs, un des dirigeants de la fédération. Mais d’eux le «  Maitron » ne dit mot. Le Treïs exalte la geste socialiste dans les premiers temps du conflit, c’est plutôt intéressant à étudier. D’autant que ce militant va peu à peu rejoindre la «  minorité » du parti hostile à la guerre, pour devenir ensuite un des fondateurs du parti communiste dans le Finistère. Il est muté en 1922 et peu à peu on perd ensuite sa trace. C’est regrettable d’autant que c’est un personnage clé de ces années.

Jean Le Treïs est un militant socialiste important dans ces années de guerre ( photo dr)

J’espère en découvrir bien plus sur lui, un peu comme Roger Faligot et Rémi Kauffer qui s’étaient lancés à la recherche de Jean Cremet. Mais pour le moment j’essaye juste de mettre un peu d’ordre dans les notes que j’ai prises.


Laisser un commentaire