11 novembre: « le cauchemar est fini » O.Kerjean

« Le cauchemar est fini. Les mugissements des canons, les sifflements des balles se sont tus. Le ciel bleuté de cette fin d’automne n’est plus terni par les lourdes fumées pestilentielles. Il s’égaie d’un soleil chaud encore qui affirme que la vie peut être vécue comme elle le fut jadis.

Des plateaux crevassé de trous immenses, des tranchées emplies de fils de fer déchirés et de gabions éventrés, des amas de cailloux que sont les ruines des pauvres villages, ne montent plus ni les cris déchirants des blessés, ni les longues plaintes monotones des mourants ».

C’est ainsi que Olivier Kerjean dans le Cri du Peuple du 16 novembre décrit la situation après la signature de l’armistice du 11 novembre 1918. Dans le même article, on perçoit le pessimisme de l’auteur sur la sortie de guerre tant la situation lui semble correspondre à un monde détruit. Pourtant il appelle de tous ses vœux à une action de plus en plus forte du mouvement ouvrier pour construire un monde nouveau où pourraient régner ce qu’il nomme « la concorde et la fraternité universelles ».

Kerjean est un des socialistes dont on retrouve le plus le nom dans les journaux socialistes du Finistère. Il a droit à sa biographie dans le Maitron mais il y a au final peu de renseignements sur son itinéraire. Il est, selon les sources et les périodes, soit avocat, soit publiciste ; membre influent de la Sfio, il participe aussi activement à la Ligue des droits de l’Homme. Après 1920, il reste à la Sfio, et se situe de plus en plus à la droite du parti. Il joue un rôle actif de journaliste au Breton socialiste et ce jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale. Mais il est difficile de croiser les faits le concernant, de rassembler des pièces de puzzle pouvant ressembler à la trajectoire de sa vie. Encore un de ces socialistes dont je peine pour le moment à connaître véritablement le rôle. Mais j’espère bien en savoir plus sur lui dans les semaines à venir.

Ce qu’il écrit a bien sûr une résonance particulière. Je pense aussi aux dernières images du documentaire réalisé par Laurent Veray, « l’Héroïque cinématographe» qui montre les passants lors du 11 novembre. Ces images montrées au ralenti illustrent cette période où la « sortie de guerre » et la démobilisation dans tous les domaines fut parfois difficile.

Le documentaire vient de sortir en dvd ( éditions Scéren-Cndp)

Peu de journaux pourtant ce matin pour rappeler cette Première Guerre mondiale. Si on évoque le 11 novembre, c’est plus le 11 novembre 1940 qui est relaté comme dans Le Figaro ou dans La Croix. Peut-être faudra-t-il attendre 2014 pour renouer avec une actualité mémorielle de la Grande Guerre. J’ai ainsi appris que la BNF prépare une grande exposition sur la période d’entrée en guerre. D’ici là j’aurai- du moins je le souhaite- terminer la rédaction de ma thèse.

Plusieurs publications récentes évoquent des aspects de  cette guerre : les livres d’André Loez, de Juliette Courmont ou de Romain Ducolombier. Je suis en train de les lire et en ferais probablement une recension ici. Relecture aussi du brillant essai de Stéphane Audoin-Rouzeau sur les deuils de guerre. Mais il y a tellement de choses à lire.

Mais Olivier Kerjean dans l’article que je viens de citer me donne une ligne de conduite :

« L’heure presse. L’heure n’est plus aux méditations et aux hésitations. Elle est à la préparation réfléchie, mais sans solution de continuité, en attendant que l’action suive», le Cri du Peuple, 16 novembre 1918.


Laisser un commentaire