Archives quotidiennes :

Le socialisme, le pacifisme et Ricoeur (suite)

Lorsqu’on s’interroge en historien sur l’action de Paul Ricoeur au sein de la Sfio d’avant -guerre, on tombe souvent sur un texte polémique de Robert Lévy paru dans la revue Sens Public (lire ici). On y découvre une lecture partiale du parcours de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre et dans ses années de captivité en Allemagne. Ce texte, qui nous retrace la genèse des « découvertes» de Robert Lévy n’obéit pas vraiment aux règles historiques en usage. Superposer des citations et en commenter le sens avec les yeux inquisiteurs de celui qui se place anachroniquement au dessus de la mêlée ne fait pas avancer la connaissance historique. Rançon malheureuse de la gloire : grâce à Internet, on tombe et retombe invariablement sur cet article si on cherche des renseignements sur la vie de Paul Ricoeur.

Avec une repartie heureuse, Olivier Abel a répondu sur le site de la fondation Ricoeur à ce texte (lire ici) ; ainsi il écrit  « Il y a donc ici un travail de vérité sur l’évolution de sa pensée en amont de cet épisode, qu’il faut reprendre si l’on veut comprendre les propos incriminés et ne pas les amalgamer avec des choix idéologiques qui leur sont profondément étrangers. Sa propre mise au point, faite en 1994 sous le titre « Note sur Certaines paroles de prisonniers », nous permet de cerner la façon dont lui-même abordait cette période. Il serait d’ailleurs utile un jour de reprendre tous ces textes du Ricoeur d’avant-guerre afin de vérifier leur cohérence et leur force. » Le texte de 1994 rédigé par Paul Ricoeur est aussi disponible sur le site de la fondation (lire ici).

J’essaye donc à une place modeste de reprendre les écrits de Ricoeur dans l’immédiat avant-guerre. Comme le souligne avec force raison Olivier Abel, certains jugements de Ricoeur peuvent aujourd’hui déconcertés mais il importe avant tout de les replacer dans leur contexte. Le philosophe lui-même est revenu à plusieurs reprises sur son parcours personnel d’avant la Seconde Guerre mondiale.

Qu’il se trompe sur certaines dates ou sur certains faits n’implique pas qu’il faille condamner ses témoignages et les placer sous le sceau d’une quelconque volonté de cacher certains épisodes de son existence. De tels procès d’intention ont souvent été faits sur des témoins de la Seconde Guerre mondiale, comme lors d’une table –ronde organisée par Libération à propos des époux Aubrac. Confronter les sources et la mémoire des témoins soumis naturellement aux méandres du temps peut en effet entraîner des réajustements dans la reconstitution de trajectoires de vie. Cela n’implique pas automatiquement, comme le pensent les «Fouquier- Tinville» de la pensée historique, une volonté de mentir de la part des témoins.

De telles précautions méthodologiques impliquent aussi, comme le souligne Abel, qu’il faut s’intéresser de près aux écrits du jeune Ricoeur.

Ainsi dans le précédent billet, j’évoquais un article de l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Morbihan, en date du 29 avril 1939, où il y avait un compte-rendu d’une conférence de Ricoeur fait dans le cadre du cercle « Jeune France » de Vannes. Il est bien précisé l’appartenance du jeune professeur de philosophie de Lorient à ce groupe. Robert Lévy aurait été bien inspiré de s’intéresser à ce type de textes au lieu de se contenter de lancer quelques anathèmes à grand coup de montage de citations. En effet, cette appartenance au cercle « Jeune France » peut aider à expliquer le parcours de Ricoeur dans les années de captivité.

Mais qu’est-ce que le cercle «  Jeune France » ?

Dans le climat des années Trente, prompt à une remise en cause, venant de toutes parts, de la démocratie et sujet à de multiples interrogations sur l’avenir, apparaissent des structures politiques et intellectuelles «  non-conformistes ». « Jeune France » est l’un de ces groupes souvent éphémères. Lancé en 1937 par Jean Rivain, cet ensemble de cercles de réflexion se développe sur l’ensemble du territoire français, comme nous l’apprend Pierre Laborie dans  L’Opinion française sous Vichy (pp 88-89, Seuil, coll. Points, édition de 2001). « Jeune France » a la volonté de regrouper tous les courants politiques et d’aller au-delà de la gauche ou de la droite, mais comme le souligne Laborie «  il y a quelque chose de pathétique à découvrir chez les hommes de cette génération une telle volonté de surmonter le désarroi et de lutter contre le sentiment lucide d’une désagrégation de l’unité nationale » (P.Laborie, op.cit., p.89). Ricoeur appartient donc dans ces années au cercle de Lorient, comme d’autres socialistes,  présents dans ces groupes un peu partout en France. Mais la confusion idéologique entretenue par de telles structures, si elle ne semble pas avoir dérangée Paul Ricoeur, pose problème à d’autres socialistes au même moment. Ainsi, une de ses connaissances, lui aussi ancien étudiant rennais, socialiste et protestant, Robert Gravot ( dont Ricoeur rédigera bien plus tard une préface à son livre regroupant des conférences) , est à l’époque militant brestois  et il s’oppose à l’initiative de Jeune France en des termes très durs :  il écrit dans le Breton socialiste du 11 mars 1939 «  les ‘ cercles Jeune France’ étaient créés, qui rassemblaient les hommes de bonne volonté de tous les partis, pour élaborer un programme d’action commune, et pour sauver notre Empire. Admettons qu’ils furent des pèlerins sincères. La sincérité n’empêche pas l’erreur ».Plus loin dans l’article, il ajoute  que Jeune France représente selon lui «  un état d’esprit pré-fasciste ». Mais le terme employé doit bien sûr être remis dans un contexte bien plus global.

De plus, l’appartenance de Ricoeur à un cercle Jeune France montre qu’il connaissait donc avant son arrivée dans le camp de prisonniers en Allemagne Jean Rivain qui fut par la suite responsable de la publication non autorisée de textes attribués à Ricoeur, cet épisode étant évoqué dans les « notes sur certaines paroles de prisonniers » ou dans la biographie de François Dosse (dont on peut lire le chapitre correspondant aux années de guerre ici).

Loin de confirmer les écrits de Robert Lévy, ce qui précède montre cependant que les activités de Ricoeur dans ces années sont encore mal connues. Comme il l’a lui-même écrit dans les « notes », il faut avant tout retrouver les articles qu’il a pu écrire dans la presse militante socialiste. Plus largement, on ne dispose pas sauf erreur de ma part d’un article ou d’un livre expliquant l’action du philosophe au sein de la Sfio. C’est bien regrettable car cela pourrait éviter des polémiques lancées sur des bases tronquées et fausses. Cela permettrait aussi de mieux restituer le cheminement de la pensée de Ricoeur, confronté aux malheurs de l’époque. D’autres grands intellectuels, comme Claude Lévi-Strauss lui aussi militant socialiste avant-guerre, ont été étudiés en ce sens comme dans le livre d’Alexandre Pajon (qu’on peut lire ici).

Bien sûr ces quelques lignes ne sont qu’une infime part de mon travail de recherche en cours.