Archives du mot-clé baignoire

La baignoire d’Henri de Man, ou comment avance la recherche

Le précédent billet se terminait sur le mot de «baignoire», qui était tiré d’une citation du philosophe John R. Searle. Mais si je reviens à ce mot, ce n’est pas pour poursuivre la réflexion comme je l’avais songé dans un premier temps. J’escomptais même, en effet, intituler le prochain billet « le carnet de recherche est une baignoire comme les autres » afin de m’interroger – avec un peu de détachement teinté d’ironie – sur la signification de cette pratique d’écriture en ligne et de recherche partagée en cours d’élaboration. Mais depuis, je sais que je vais avoir l’occasion de revenir sur cette question dans d’autres lieux et dans d’autres espaces, donc cela attendra encore un peu. Pourtant, je vais quand même évoquer dans ce billet une baignoire, mais une vraie, celle d’Henri de Man lorsqu’il était combattant de la Première Guerre mondiale.

Henri de Man, socialiste et combattant de la Première Guerre mondiale

« Après coup » ou les mémoires du soldat socialiste de Man

Henri de Man est une personne très présente dans ma recherche en cours, son nom apparaît souvent, c’est à la fois une référence pour certains des socialistes qui m’intéressent mais aussi un repoussoir puisqu’il appartient à cette frange du socialisme qui a accueilli avec bienveillance, au moins dans un premier temps, l’occupation allemande. Dans la littérature militante des années Trente, ses idées sont très présentes, c’est un de ceux dont le nom est immanquablement associé au planisme, ce courant idéologique issu de la gauche qui envisageait de créer par l’organisation de l’économie une société plus égalitaire qui ne serait plus divisée comme le capitalisme l’imposait, ni comme une nouvelle société créée par une révolution comme le revendiquait le communisme. Très influent au sein de la CGT et dans une partie de la Sfio, ce courant doit à Henri de Man d’avoir élaboré une théorie  dont les fondements furent établis dans son ouvrage aujourd’hui le plus connu Au delà du Marxisme[1]. Comme de nombreux autres partisans de cette forme de socialisme organisateur, De Man, entre temps devenu le principal dirigeant du parti socialiste belge, le POB, se révèle à la fin des années Trente incapable de résister à l’attraction du fascisme et du nazisme et accepte l’occupation allemande, y voyant même une forme de libération amenant à la société socialiste. À partir de ce moment, le socialiste belge est de plus en plus contesté au sein de la gauche et ses idées sont marquées du fer rouge de l’infamie[2].

Pour qui souhaite connaître davantage cet intellectuel et dirigeant socialiste « renégat », le livre de Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France – une grande référence pour moi  qui va bientôt être republiée en version revue et augmentée dans la collection Folio histoire– étudie avec précision son action et ses idées. Parmi les reproches que l’on a pu faire au livre de Sternhell, l’un des plus importants porte sur le fait que l’historien a négligé la Première Guerre mondiale comme facteur explicatif et essentiel de la révision du marxisme, chemin nécessaire selon lui à la constitution d’une idéologie fasciste. C’est ici que le personnage du créateur du planisme m’intéresse plus particulièrement.

La leçon de la guerre

Henri de Man appartient en effet à la génération des militants socialistes qui a participé aux combats de 14-18. De cette expérience fondamentale, il a gardé un souvenir vivace qu’il cherche par la suite à inclure dans son programme idéologique, même si ces ouvrages théoriques, Au delà du marxisme, mais aussi L’idée socialiste publié en 1935 ne l’évoquent pas directement.

On peut connaître son parcours et sa participation à la guerre  grâce à deux autres ouvrages essentiellement autobiographiques. Le premier, publié directement après la guerre en 1919, dont le titre est déjà tout un programme, The remaking of a mind : a soldier’s thougths on War and Reconstruction, est un essai autobiographique dans lequel de Man s’interroge sur son comportement durant la guerre et sur ses idées socialistes. Ce premier essai autobiographique est publié en français l’année suivante en 1920 mais sous forme de brochure militante d’une cinquantaine de pages alors que la version anglaise est bien plus complète[3] .

Il revient ensuite sur son parcours en 1941 dans ses mémoires publiées sous le titre Après Coup[4], alors que le contexte n’est plus du tout le même. De Man insère d’ailleurs dans ce dernier texte un extrait de La Leçon de guerre qu’il me paraît important de citer, tant cela correspond à mon objet de recherche :

« De toutes les souffrances que j’ai connues au front – j’en parle sans fausse pudeur, puisque ce furent celles de millions d’hommes – la pire n’était pas la menace constante de la mort, ni les privations, ni la solitude morale, ni même la crasse, le froid et la boue. C’était de devoir combattre pour une cause tellement différente de celle qu’un socialiste eût pu librement choisir, que le devoir en devenait un permanent problème de conscience. Il fallait être prêt à mourir à chaque seconde, il fallait tuer et mutiler des hommes, et cependant être en état à répondre au grand Pourquoi ? qui me revenait en écho de ce que j’avais dit moi-même contre la guerre avant qu’elle n’éclatât. »[5]

Cette interrogation est portée de façon encore plus vivace par Henri de Man qu’il confie avoir beaucoup apprécié la vie de soldat et avoir combattu avec fierté et souvent même avec ardeur. On doit tenter de comprendre cette forme de tiraillement, cette «dualité de [ses] réactions» comme il l’écrit encore. C’est pourquoi la lecture de ses écrits autobiographiques m’est très utile pour étudier le parcours d’autres militants socialistes en guerre.

Le soldat de Man, que l’on peut voir ici poser avec fierté en tenue de combat, avoue tout d’abord qu’il a été un jusqu’auboutiste de la guerre, demandant à être affecté comme officier dans une batterie de mortier de tranchée. Là, il a pu ensuite montrer son attachement à l’autorité et à la discipline, se comportant en « farouche zélateur de la discipline». En lisant ses mémoires publiées en 1941, on doit d’ailleurs s’interroger si de Man n’évoque pas par moment davantage le climat des années Trente plutôt que la Première Guerre mondiale. Car, et c’est aussi un aspect important de mon travail en cours, son parcours permet de mieux comprendre les évolutions de militants socialistes dans l’Entre-deux-guerres pour qui les années 1914-1918 ont causé une rupture idéologique dont on peine pourtant à suivre les contours. Cet aspect est abordé par l’historien Dan S.White dans son livre Lost Comrades, socialists of the Front generation, 1918-1945[6], dont la lecture a aussi beaucoup influencée ma démarche.

Mais surtout Henri de Man explique comment il a essayé de commander son unité en respectant des principes issus de son idéologie socialiste. Et c’est là que l’on peut retrouver l’évocation de sa baignoire.

« Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge »

« Dans le domaine de l’hygiène, le standing unique de la batterie était symbolisé par une gigantesque baignoire à roulettes. Cette baignoire eut ses heures de célébrité au front belge, à cause du curieux spectacle qu’elle offrait quand, la batterie étant en mouvement, elle brimbalait sur ses grossières roues en bois, à la remorque d’un de nos camions. Entretemps, elle permettait, par un fonctionnement presque ininterrompu, de procurer à chaque homme un bain chaud par semaine. »[7]

Pour qui a lu des descriptions sur l’hygiène au front, ce passage peut paraître étonnant. Ce n’est pas tout : l’officier socialiste fait attention à que ses hommes soient bien nourris, il leur procure des livres par l’intermédiaire d’une bibliothèque, des instruments de musique, du matériel sportif, des cours élémentaires à l’image des structures ouvrières que les partis socialistes cherchaient avant et après la guerre à mettre en place  pour l’émancipation du peuple. Et comme il l’écrit « Tout cela rendait possible la formation d’un esprit de corps étonnamment puissant, modifiant profondément la pratique militaire courante »[8] Cet exemple, que l’on peut penser très exceptionnel, m’oblige à m’interroger sur le comportement des officiers socialistes que j’étudie de mon côté. Ont-ils pour certains d’entre eux essayé d’avoir un positionnement qui soit à la fois en accord avec la hiérarchie militaire et leur engagement militant ? Je peux seulement pour le moment me poser la question, il faut maintenant réexaminer mes sources. J’ai en effet dorénavant une vingtaine de dossiers d’officiers, provenant du Service Historique de la Défense de Vincennes qui étaient aussi militants socialistes en Bretagne, avant ou après la guerre. C’est une formidable source pour faire l’histoire de ces combattants. Je tiens pour terminer ce billet à remercier très vivement Mickaël Bourlet, historien et co-animateur du blog Sources de la Grande Guerre ( qui est aussi l’auteur d’un livre récent sur la Belgique durant la Première Guerre mondiale) , de m’avoir guidé  dans les méandres de ces archives.  C’est aussi comme cela que la recherche avance !

Shd de Vincennes, où la recherche a beaucoup avancé

[1] La première édition en français est publiée en 1926. Ce texte est republié en 1974 par les éditions du Seuil. On peut lire en ligne cette édition.

[2] On peut retrouver dans la préface d’Au delà du marxisme, rédigée par Michel Brelaz et Ivo Rens, les éléments essentiels du parcours de de Man, bien que les auteurs adoptent un point de vue très positif sur le socialiste belge.

[3] Henri de Man, La Leçon de la guerre, Bruxelles, Librairie du Peuple, 1920, 47 p. Sternhell écrit que le 1er texte en anglais, publié à New York, est traduit en français sous ce titre. Mais ce n’est qu’une traduction très partielle.

[4] Henri de Man, Après Coup (Mémoires), Bruxelles, éditions de la Toison d’or, 1941, 323 p.

[5] Henri de man, op.cit., p 108-109, lignes tirées de la préface à la brochure La Leçon de la guerre.

[6] Dan S.White, Lost Comrades, Socialists of the front generation, 1918-1945, Harvard University Press, 1992. Sont analysés dans ce livre le parcours de socialistes européens marqués par la Première Guerre mondiale et confrontées dans les années suivantes au fascisme et à la recherche d’adaptations théoriques pour y faire face ou pour s’y rallier. Outre le parcours d’ Henri de Man sont évoqués  dans cet excellent livre méconnu Marcel Déat ou Oswald Mosley.

[7] Henri de Man, op.cit., p.117.

[8] Henri de Man, op.cit., p.118.