Archives du mot-clé histoire

Comment déchiffrer un espace blanc?

Après plusieurs mois de silence ici, c’est le moment de reprendre le fil d’une narration entreprise depuis un assez long moment déjà. C ‘était le but premier de la tenue de ce carnet: montrer une recherche en train de se faire, soulever en quelque sorte le capot pour essayer d’y voir plus clair, s’arrêter peut-être davantage sur les copeaux de ce que l’on peut trouver lorsqu’on chemine dans les archives, regarder l’échafaudage plutôt que le bâtiment qui est en construction.

explorer d'autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR
explorer d’autres horizons dans la recherche en cours. Photo DR

S’interroger sur les formes de narration en histoire aussi. Pour cela, les travaux de Carlo Ginzburg sont de merveilleux guides. J’ai d’ailleurs emprunté le titre de ce billet à un de ces articles, « déchiffrer  un espace blanc » paru dans Rapports de force[1]. L’historien s’interroge sur la signification d’un espace blanc laissé par Flaubert dans L’éducation sentimentale, et passant de Proust à Marc Bloch, il étudie les formes narratives de l’Histoire.Pour Ginzburg, il est important:

« de bien comprendre que les interrogations de l’historien sont toujours formulées, directement ou indirectement, en des formes narratives (le pluriel est important). Ces narrations provisoires délimitent un champ de possibilités, qui seront souvent modifiées, voire totalement écartées, au cours du processus de recherche. On peut comparer ces narrations à des instances médiatrices entre interrogations et sources, lesquelles influencent profondément (même si nullement de manière exclusive) la manière dont les données sont recueillies, éliminées, interprétées, et, pour finir, incorporées à une narration. [2]»

C’est là, je crois, une très bonne explication de ce en quoi l’écriture sur un carnet de recherches en ligne peut apporter dans le processus de la recherche en train de se faire. Comme souvent pour les écrits de Carlo Ginzburg, il faut peut-être lire et relire ce qu’il écrit, pour bien en saisir la teneur et la portée. Souvent en effet, il semble s’écarter d’un chemin rapidement tracé pour ensuite entraîner le lecteur dans des méandres pas toujours faciles à suivre. Mais parallèlement, on peut découvrir une pensée très éclairante sur l’histoire et sa pratique.  Sans doute aussi que la pratique d’une histoire numérique complexifie encore les formes narratives de cette discipline, mais pour les enrichir. Alors il faut continuer à poser quelques jalons ici. Parce que aussi précise également Ginzburg « la projection du désir, sans laquelle nul ne s’adonnerait à la recherche, n’est pas incompatible avec les démentis infligés par le principe de réalité. [3]»

Donc pour déchiffrer un espace blanc, il faut d’abord le créer.

Et ensuite partir vers d’autres chemins a priori éloignés du principal sujet de recherche, mais ce n’est peut-être pas vraiment le cas. À suivre dans les prochains jours.


[1] Carlo Ginzburg, «  Déchiffrer un espace blanc » in Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 2000, pp. 87-97.

[2] Carlo Ginzburg, op.cit., p.95.

[3] Carlo Ginzburg, op.cit., p34.

Les Bonnets rouges, le socialisme et la Bretagne: Histoire et mémoire (1900-1940)

 

Aujourd’hui, dimanche 27 octobre 2013, on peut lire en Une du Télégramme de Brest, un gros titre « La révolte des bonnets rouges ». Relatant la manifestation organisée à Pont de Buis dans le Finistère contre l’écotaxe par des paysans bretons et leurs soutiens, le journal se focalise ainsi sur un élément visible par tous de cette action de colère : les manifestants portaient tous un bonnet rouge, en mémoire de la révolte des Bonnets rouges de 1675, façon de  revendiquer une mémoire longue des mouvements collectifs contre l’impôt et d’intéresser par là-même les médias. L’observateur ne peut qu’être étonné pour cette forme d’action : le bonnet rouge, facilement assimilable en plus au bonnet phrygien, pourrait objectivement être perçu comme un symbole du peuple de gauche et non pas a priori  comme celui d’un mouvement hostile à une nouvelle taxe mise en place par un gouvernement socialiste. C’est sans doute que ce qui peut rassembler les deux mouvements de colère est une animosité  vis-à-vis du reste de la France et d’un gouvernement jugé trop centralisé. Ce type d’action serait alors destiné à montrer l’existence d’une « identité » bretonne en lutte contre une forme d’ « impérialisme» de l’Etat, unifiant les partisans de celle-ci, les opposants à un supposé « matraquage fiscal » du gouvernement actuel et d’autres personnes sensibles à la seule vue d’un bonnet de couleur rouge, couleur symbolique s’il en est d’un mouvement social populaire de gauche. Le tout sur fond de nombreux plans sociaux en cours dans la région.

Pourtant, il me semble nécessaire d’aller bien plus loin dans l’analyse en ne ciblant cependant qu’un aspect peut-être marginal : comment cette mémoire des Bonnets rouges a-t-elle été entretenue par la gauche bretonne dans la première partie du XXème siècle ? Ce sera mon interrogation de départ. Celle-ci s’ancre dans un questionnement bien plus large sur les pratiques militantes du milieu partisan socialiste dans ces années et sur l’étude d‘un imaginaire social et d’une mémoire collective des militants de la SFIO en Bretagne. Au final du coup, l’actualité n’est qu’un prétexte pour poursuivre la recherche et peu importe ce que je pense de la situation. L’événement actuel aiguise ma curiosité, mais ce qui prime, c’est une analyse historique.

La révolte de 1675

La révolte des Bonnets rouges de 1675 est un épisode de l’Ancien régime fréquemment étudié en histoire moderne. Au départ, on trouve une réaction hostile et violente à l’instauration d’une nouvelle taxe voulue par le pouvoir royal. Mais cette révolte du papier timbré est avant tout urbaine et dans les campagnes du Centre-Bretagne, un mouvement concomitant se déroule, les paysans se mobilisant non seulement contre les nouveaux impôts mais aussi contre les abus des seigneurs. Ceux qui portent un bonnet rouge comme signe distinctif entrent en lutte contre une oppression fiscale lointaine mais aussi toute proche. Quelques meneurs, comme Sébastien Le Balp, font de cette révolte un mouvement collectif assez bien organisé. Une répression sévère est rapidement mise en place par le pouvoir central et laisse des traces nombreuses dans les traditions orales dans cette région. Un très bon résumé de l’histoire de cette révolte est visible dans ce documentaire réalisé sous la houlette de l’historien Alain Croix . Plusieurs études historiques sont également disponibles comme le livre d’Yvon Garlan et de Claude Nières , Les révoltes bretonnes de 1675.Papier timbré et bonnets rouges ( Paris, éditions sociales, 1975) dont l’analyse est influencée par le courant dominant du marxisme à l’époque de la rédaction de l’ouvrage. Car cette révolte de 1675 a été également l’objet d’un débat historiographique important, j’y reviendrai tout à l’heure.

En ce qui concerne la mémoire de cette révolte des Bonnets rouges, quelques études comme celle d’Alain Croix[1], ou plus récemment celle de Gauthier Aubert , donnent de précieux jalons pour comprendre comment cet évènement a pu laisser des traces dans la mémoire collective jusqu’à nos jours.

De mon côté, je voudrais apporter quelques réponses à deux questions complémentaires liées à mon objet d’étude : est-ce que d’une part l’histoire des Bonnets rouges a servi lors des mobilisations collectives des socialistes entre 1900 et 1940 ? La SFIO a-t-elle eu, d’autre part, un discours historique ou engagé à propos de cette révolte bretonne de 1675 ?

 Historiens socialistes et  Bonnets rouges

La seconde question oblige tout d’abord à considérer le rôle possible des historiens socialistes. Il se trouve que la fédération de l’Ille-et-Vilaine a durant cette période deux historiens spécialistes de la période moderne, Henri Sée[2] et Armand Rébillon. Tous deux professeurs à l’université de Rennes, ils ont milité au sein de la SFIO dans les suites de l’affaire Dreyfus dès le début du XXème siècle. Historiens reconnus, ils ont aussi participé activement à l’implantation du socialisme en Bretagne pour Henri Sée jusqu’à sa mort en 1936 et pour Rébillon encore après la Seconde Guerre mondiale. Surtout, leurs études historiques ont porté sur l’histoire économique et sociale de la région à l’époque moderne. Historiens engagés, ils écrivaient régulièrement dans la presse militante et parfois sur leurs propres sujets de recherche. Pourtant, sous réserve d’une étude plus exhaustive, on ne trouve pas sous leur plume de référence aux Bonnets rouges. Henri Sée par exemple signe une étude sur « Le socialisme et les paysans » en trois articles, du 22 août au 10 septembre 1922 dans le journal de la fédération socialiste des Côtes du Nord L’éveil breton mais il ne mentionne pas la révolte de 1675. Armand Rébillon, de son côté, fait plusieurs conférences sur la Révolution russe et ses antécédents historiques, ou encore sur l’histoire de la paysannerie, mais là encore il ne mentionne pas l’exemple des Bonnets rouges. Mais les deux historiens évoquent cette révolte dans leurs travaux historiques comme Henri Sée dans son étude Les classes rurales en Bretagne du XVIème à la révolution [3]parue en 1906, où il explique que les paysans pris dans cette révolte ont conscience de leur classe et de leurs intérêts collectifs. Si le discours intellectuel sur la révolte des Bonnets rouges ne semble pas être utilisé comme une arme politique au sein de la SFIO en Bretagne, on peut être tenté d’explorer plus en avant la question afin de savoir si lors de mobilisations collectives, l’exemple de la révolution de 1675 est utilisé. Là encore, force est de constater que ce n’est guère le cas. La seule mention que j’ai retrouvée pour le moment est associée à une contremanifestation organisée par le parti socialiste en septembre 1933.

Des Bonnets rouges de 1933 ?

 A cette date, l’Action française souhaite organiser un rassemblement à Saint-Goazec dans le centre-Bretagne. La SFIO du Finistère organise la riposte et mentionne la mémoire des Bonnets rouges à cette occasion :

« Face aux Camelots du Roy

Notre appel a été entendu. D’excellentes nouvelles nous parviennent de tous les points du département et même des Côtes du Nord et du Morbihan. Du Nord comme du Sud, du Trégorrois avancé, de la Montagne rouge comme de la Cornouaille d’avant-garde, tous se préparent à venir contre-manifester (…) Les paysans de Cléden, de Laz, de Landeleau, de Kergloff, de Saint-Hernin, dignes descendants des bonnets rouges ».[4]

Mais c’est la seule évocation de la révolte de 1675, même si les contre-manifestants utilisent tout un vocabulaire contre les royalistes qui peut se rattacher à l’hostilité que manifestaient les bonnets rouges vis-à-vis du pouvoir royal. On trouve même des pratiques similaires au XVIIe siècle puisque lors de la manifestation de 1933 une effigie de Jean III, le duc de Guise, qui est à l’époque le prétendant au trône allié de l’Action française, est exhibée puis brûlée. Des pratiques collectives identiques pouvaient exister à l’époque moderne lors des révoltes paysannes dirigées contre le roi. Le journal national de la SFIO, Le Populaire, insiste encore davantage sur la mémoire des Bonnets rouges à propos de cet épisode.

Ainsi dans l’édition du 1er septembre 1933, on précise qu’il faut réagir à la présence de l’Action française :

« Nos amis demandent aux forces antifascistes de se dresser résolument contre la réaction, contre le bellicisme fauteur de guerre. Ils font appel aux descendants de ces Bretons, de ces « bonnets rouges » qui, bien avant la Révolution osèrent se dresser contre l’absolutisme royal et furent massacrés sans pitié. »[5]

Cette évocation de la mémoire des Bonnets rouges est toutefois la seule que j’ai retrouvée jusqu’à présent et cela montre que c’est plutôt parce que la mobilisation a lieu près du lieu d’origine de la révolte de 1675 que cet exemple est ici rappelé, pas forcément parce que c’était un exemple à suivre. Sans doute, aussi faut-il rappeler qu’à la même période, le mouvement nationaliste breton utilisait cet exemple mais dans un tout autre but : il s’agissait alors de rappeler la volonté autonomiste que les Bretons avaient selon eux en mémoire. Cela peut sans doute expliquer pourquoi les socialistes n’évoquent qu’avec parcimonie cet exemple de mobilisation collective. Pourtant, comme je le rappelle au début de ce billet, la révolte de 1675 devient aussi un enjeu historiographique. Ainsi l’historien soviétique Boris Porchnev publie quelques temps après en 1940 son étude sur « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 » inscrivant les Bonnets rouges dans une analyse marxiste qui allait entraîner un débat historiographique après 1945. Au-delà, la révolte de 1675 sera à nouveau évoquée au sein de la gauche autonomiste à partir de la fin des années 60 comme un épisode précurseur et à valeur d’exemple.

De mon côté, ces quelques indications m’incitent surtout à utiliser plus en avant les recherches de l’historien H. Roderick Kedward qui travaillant sur l’histoire de la Résistance en France a cherché ,selon une approche d’anthropologie historique, à comprendre comme la Résistance s’inscrivait dans des continuités avec d’autres contestations collectives des siècles antérieurs. C’est pourquoi cette action collective actuelle que l’on connaît en Bretagne m’aide également de me plonger dans l’imaginaire social des socialistes bretons avant 1940. Dans le prochain billet, retour à Pierre Guéguin.


[1] Alain Croix «  La révolte des bonnets rouges, de l’histoire à la mémoire » revue Ar Men, nov-déc. 2002

[2] Sur Henri Sée, voir l’article «  nécrologie et bibliographie des travaux de Henri Sée » écrit par Armand Rébillon à la suite de son décès dans les Annales de Bretagne, 1936, p2-33 consultable en ligne.

[3] Henri Sée, Les classes rurales en Bretagne du XVIème siècle à la Révolution, Paris, Giard et Brière, 1906, consultable en ligne.

[4] Le Breton socialiste, 2 septembre 1933.

[5] Le Populaire, 1er septembre 1933.

«16 septembre.Pluie battante toute la journée»: tenter une micro-histoire de la guerre

couverture du JMO 87e RIT
couverture du JMO 87e RIT

Parmi les sources que je repousse souvent d’utiliser, il en est deux qui pourtant sont souvent très utiles, même si leur utilisation est très souvent fastidieuse. Il s’agit d’une part des délibérations de conseils municipaux, et d’autre part des JMO, les fameux Journaux de Marche et d’Opérations qui relatent, pour un grand nombre d’unités de l’armée française, les opérations effectuées durant la Première Guerre mondiale. Ces deux types de sources sont souvent en ligne, c’est en particulier le cas des JMO. En ce qui concerne les délibérations de conseils municipaux, les lire et les exploiter, c’est entrer dans le quotidien d’une ville avec tout ce que cela signifie de routinier : c’est foisonnant, très technique souvent mais on peut aussi comprendre beaucoup de choses surtout lorsqu’on étudie des parcours militants.

Le maire socialiste de Brest au combat

Sur un point, je savais qu’il me faudrait combiner ces deux types de sources : il s’agissait du parcours d’Hyppolyte Masson, le maire socialiste de Brest en 1914. Mobilisé, il a fait la guerre dans un régiment de l’infanterie territoriale, unité réservée aux plus âgés des mobilisables. Mais malgré son importance locale, je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait que très peu de choses sur son parcours durant la Première Guerre mondiale. Lui-même, d’ailleurs, ne semble pas avoir souvent évoqué sa participation à la guerre, contrairement à d’autres élus socialistes qui comme lui furent mobilisés. Il me fallait donc combiner les deux champs de la recherche en histoire, l’histoire politique du socialisme et l’histoire militaire, ce qui passait par l’utilisation croisée du JMO de son unité de rattachement et des délibérations du conseil municipal de Brest.

Mais le premier écueil – et ils furent nombreux- pour mieux connaître l’action de Masson durant la guerre fut de trouver son régiment ! La notice du Maitron explique en effet qu’il a effectué toute la guerre dans le 128e régiment d’infanterie territoriale. Donc a priori, cela semblait facile. Mais une chose me gênait : ailleurs, dans d’autres archives, j’avais trouvé qu’il était mobilisé non pas dans le 128e mais dans le 87e RIT ! Première question : comment en savoir davantage ? Un principe de réalité s’est imposé toutefois ici : tout d’abord le JMO du 128e RIT n’existe pas, et ensuite ce régiment a pour lieu d’implantation le sud de la France. Dans un premier temps, au moins, la mobilisation est conçue pour que chaque soldat rejoigne une unité dont la base est près de chez lui, donc cela semblait étonnant, surtout qu’a contrario le 87e RIT lui était établi à Brest. Donc j’ai décidé qu’il fallait mieux regarder de ce dernier régiment et laisser de côté la piste du 128e. Evidemment, cela peut paraître un détail, une erreur bien bénigne mais cela illustre également que les deux champs historiques – l’histoire militaire et l’histoire sociale- ne se croisent pas toujours, et je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai encore bien du mal à me repérer dans les méandres de l’organisation militaire française durant le premier conflit mondial. Mais les deux chiffres différents peuvent s’expliquer par une légère confusion : le 87e RIT semble être à sa dissolution rattaché à la 128e division – et non pas régiment- d’infanterie, c’est du moins ce qui apparaît dans les dernières pages du JMO du 87e.

Ce que contient le JMO du 87e RIT

Bon, maintenant que j’avais appris cela, je pouvais lire ce fameux JMO. Le site Mémoire des Hommes présente ce corpus dans son ensemble en précisant bien plusieurs aspects : anonyme, mais rédigé par un officier de l’unité, le journal est dépourvu de «tout commentaire ou appréciation personnelle» et il obéit à des règles très strictes de rédaction. Aussi la lecture du journal du 87e RIT allait me réserver quelques surprises. Je l’ai lu puisque le maire de Brest était mobilisé dans ce régiment dès août 1914 et le journal permet d’entrer dans le quotidien du régiment.

Les territoriaux qui le composent arrivent dans les premiers jours d’août et sont répartis dans plusieurs bataillons soit à Ouessant, soit dans la presqu’île de Crozon. C’est le moment où l’encadrement se met en place, mais ce qui ressort, c’est toutefois une organisation assez difficile :

« 21 août

Il est difficile de se procurer de la paille, la récolte n’étant pas faite ; il faut faucher et battre ; de même pour les pommes de terre ; pour en avoir, il faut d’abord les récolter ; difficultés aussi pour la viande (…) L’habillement est de bonne qualité, mais mal ajusté (…) les capotes sont trop courtes et les pantalons trop longs »

De nombreux hommes sont pressés de rejoindre le front, mais on répond que le 87e est un régiment de forteresse et doit pour le moment rester en place sur les côtes bretonnes. L’ordre de partir arrive le 24 août, d’abord direction Paris puis le front. Le régiment change de lieu tous les jours entre fin août et début septembre sans participer aux combats. Le 15 septembre, le régiment complété par l’arrivée des derniers permissionnaires qui étaient restés dans un premier temps à Brest, s’établit à Dammartin :«Dammartin a été en partie pillé par les maraudeurs. La population attribue ce pillage aux troupes de passage. L’accueil est y plutôt froid. ». Le lendemain, les soldats découvrent pourquoi ils sont arrivés là :

« 16 septembre. Pluie battante toute la journée.

Alors commence pour le régiment la lugubre corvée de l’ensevelissement des morts. Ils sont là depuis 8, 10 ou même 12 jours. Et la bataille de la Marne a été terrible. Au bas mot 8000 ou 10 000 morts, au deux tiers des Français. Une compagnie française a été surprise à la ferme Roujon en état d’ivresse. Elle a été égorgée. Un détachement de la même force a été massacré dans les mêmes conditions au château de Ponchard. Ce sont des zouaves. Il a été anéanti. Nos pauvres petits soldats ont tous été dévalisés par des maraudeurs depuis qu’ils gisent sur le champ de bataille. Leurs poches de pantalon sont retournées ou coupées. »

C’est donc le premier vrai contact avec la guerre pour le 87e RIT et le rédacteur du journal évoque ensuite l’attitude des territoriaux chargés d’enterrer les morts après les combats très violents:

«Nos petits Bretons accomplissent pieusement ce triste et répugnant devoir. MM les officiers et MM les docteurs leur montrent l’exemple. Que c’est triste la guerre ! Surtout quant on l’ausculte froidement sur un champ de bataille vieux de 10 jours. Les chevaux exhalent une odeur pestilentielle, près de laquelle celle des hommes n’est rien. »

On peut voir dans ces extraits que la règle officielle qui fait du JMO un compte rendu purement objectif des faits ne semble pas ici du tout respectée, l’auteur des lignes laissant entrevoir bien des appréciations personnelles. Les jours suivants, le régiment poursuit cette tâche, l’auteur du JMO se plaint du manque de soutien logistique. A la fin du mois de septembre, les combats sont très proches du cantonnement du régiment :

« 28 septembre

Depuis huit jours on entend le canon (grosses pièces) ; mais on ne marche plus au canon on est pendu au bout d’un satané fil qui vous transmet des ordres que le fil soit rompu, le régiment ne sera pas là. Aussi tout le monde écoute avec énervement et anxiété le bruit de la grosse caisse ; il faut de temps en temps un téso méo, ou quelque gaudriole pour ragaillardir nos pontifiants petits Bretons. Ils vous regardent alors avec leurs grands yeux fidèles, ni chair ni poisson ; ils semblent réfléchir avant de rire, mais quand ils ont bien ri, ca va bien. On les ferait pleurer de même ; mais ne touchons pas cette corde.»

J’ai ensuite lu en entier ce JMO: on peut continuer à y découvrir les nombreuses réflexions de l’auteur, des descriptions du comportement des soldats, le tout écrit avec un ton qui me semble assez éloigné de la sécheresse d’autres JMO et de la distance entretenue par certains officiers qui rédigent ce type de documents.On y découvre en particulier de très nombreuses indications sur les Bretons en guerre et de nombreuses réflexions sur le conflit.

Mais il faut continuer à chercher

Hyppolyte Masson est mobilisé dans ce régiment dès 1914. Il a donc vécu ces faits, il a logiquement sans doute vu ce que raconte le JMO, les premiers jours effroyables au front comme les milliers d’autres petits évènements que l’on peut y lire. C’est du moins ce que je pensais, mais non, du moins pour les premières semaines. J’ai voulu en effet vérifié sa présence et en consultant les délibérations du conseil municipal de Brest en septembre 1914, j’ai pu voir qu’en réalité le maire, même mobilisé, est toujours là à présider le conseil. Au moment où les autres soldats du 87e RIT ramassent les cadavres, Masson est encore dans sa ville. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il est indiqué qu’il est absent pour cause de mobilisation, remplacé par son adjoint Ernest Hervagault. Sa situation est d’ailleurs évoquée au sein du gouvernement où l’on s’interroge pour savoir s’il faut le mobiliser au front ou le maintenir comme maire. Début octobre, le préfet maritime de Brest s’insurge contre lui affirmant qu’il continue de se comporter en maire alors qu’il est sous les drapeaux et qu’il n’en a en conséquence pas le droit, en particulier en ce qui conserve les missions de police du maire. Les relations entre les deux hommes sont de toute façon détestables car à plusieurs reprises avant guerre le maire socialiste a remis en cause l’autorité du préfet maritime et il a souvent mis en avant son antimilitarisme. Toujours est-il qu’à la fin de l’année 1914, Masson est au front et qu’il revient à quelques reprises en Bretagne lors de permissions. On en retrouve les traces dans des rapports de police qui mentionnent les réunions de militants qui se déroulent lors de ses permissions. Quant à connaître son parcours de soldat une fois qu’il a rejoint le front, sur ce point il faut que je contente pour le moment de ce que dit le JMO.

Plus globalement, on peut voir ici que restituer un parcours de guerre, ou plutôt que faire une micro-histoire de la guerre, peut se révéler une entreprise difficile à mener. Il ne faut pas en particulier considérer que ce que l’on trouve, ce que l’on affirme, est le reflet exact de la réalité. J’aurais pu en effet penser, affirmer que Masson avait vu les horreurs de la guerre en septembre 1914 tel que le relate le JMO de son régiment. Mais non, il n’était pas là à ce moment. D’autres archives (en particulier celle de Jules Guesde conservés à Amsterdam) permettent d’affiner le parcours de Masson dans les premiers mois de la guerre. Elles existent, et c’est tant mieux. Sans doute aussi que d’autres archives seront un jour utilisées et pourront compléter ce que je relate ici. Peut-être aussi qu’elles n’existent pas, et dans ce cas il faudra se satisfaire des recoupements ici esquissés. Dans tous les cas, cela rappelle que l’historien-ne doit avancer prudemment et qu’on ne doit jamais considérer que ce qu’il raconte est définitif.